La tablette pas fun de Microsoft


Microsoft vient de rendre disponible à la précommande sa Surface, tablette électronique sensée concurrencer l'iPad et les tablettes Android des partenaires de Google (voir dépêche : Surface : un concurrent pour l'iPad). Pour le moment, seul le modèle équipé de Windows RT est proposé pour une expédition le 26 octobre, avec deux capacités : 32 Go et 64 Go. Le prix d'appel est à 489 € pour la version 32 Go sans clavier externe (Type Cover ou Touch Cover), soit au centime près le tarif de l'iPad 3 d'une capacité de 16 Go. Un avantage au premier coup d'oeil, mais on déchante rapidement dès que l'on s'intéresse de plus près aux caractéristiques de l'appareil.




Intéressons-nous donc à la fiche technique de la Microsoft Surface (accrochez vos ceintures), à commencer par l'écran : Surface dispose d'une dalle de 10,6 pouces, contre 9,7 pouces pour l'iPad, mais la définition est de 1 366 x 768 pixels (148 ppi) contre 2 048 x 1 536 pixels (264 ppi) pour la tablette d'Apple. Une résolution à peine supérieure à l'iPad de première et deuxième génération, qui atteignait lui 1 024 x 768 pixels pour 132 ppi. Cela est bien sûr suffisant pour travailler, mais loin d'être aussi agréable que sur l'iPad.

Les dimensions de la Microsoft Surface sont en revanche assez intéressantes : 676 grammes pour une épaisseur de 9,3 mm, contre 652 grammes pour 9,4 mm pour l'iPad. Un très léger surpoids tout à fait compréhensible vu l'écran plus grand.

Côté capteurs, l'iPad a une petite avance : la tablette de Microsoft intègre deux caméras HD 720p, alors que celle d'Apple peut filmer en HD 1080p (la caméra frontale est cependant inférieure). Et comme l'iPad, Surface est dotée d'un accéléromètre, d'un capteur de luminosité ambiante, d'un magnétomètre et d'un gyroscope.

Niveau connectique, Surface a (et ce n'était pas difficile) une grande avance sur Apple, avec un port USB 2.0 (taille classique), un lecteur de carte microSDXC et une sortie vidéo HD en plus du connecteur destiné à la Touch Cover. Un plus très appréciable pour une utilisation professionnelle, alors que l'iPad nécessite un adaptateur à 29 € pour pouvoir décharger sa carte SD.




La puissance est également au rendez-vous, avec un processeur NVIDIA T30 (dont la puissance reste à déterminer mais sera sans aucun doute très respectable) et 2 Go de mémoire vive contre 1 Go sur l'iPad 3. Le Wi-Fi 802.11a/b/g/n et le Bluetooth 4 sont également de la partie, comme sur la tablette pommée.

Grand avantage sur l'iPad, Microsoft Surface est livré avec la suite Microsoft Office Home pré-installée. Des logiciels quasi-indispensables dès qu'il s'agit de travailler sur sa tablette, qui sont pourtant payants chez Apple (Keynote, Pages et Numbers coûtent chacun 7,99 €).

Enfin, la tablette de Microsoft dispose de deux ans de garantie, contre une seule année chez la Pomme. Un avantage qui séduira là aussi les professionnels et les entreprises, mais aussi les particuliers qui ne souhaitent pas prendre l'extension de garantie AppleCare pour iPad qui coûte tout de même 79 € pour trois ans.




Reste la capacité : avec 32 Go pour le modèle d'entrée de gamme, Microsoft propose le double de la capacité de l'iPad. Seulement, tout n'est pas si simple : Windows RT, une version allégée de Windows destinée au monde des tablettes, pèse lourd, très lourd. Nos confrères de PCInpact se sont intéressés à la question : entre le système d'exploitation, Office et les différentes applications installées par défaut, 10 Go sont utilisés sans que l'utilisateur ait son mot à dire. On ajoute à cela une partition de récupération de 4 Go, ce qui après formatage laisse à la tablette de Microsoft une capacité de stockage exploitable de... 14 Go. Exactement l'espace disque disponible sur un iPad 16 Go sorti du carton ! Certes, Keynote, Pages et Numbers ne sont pas installés par défaut, mais ces derniers ne pèsent respectivement que 286 Mo, 231 Mo et 255 Mo : entre une Surface de 32 Go et un iPad de 16 Go, la tablette de Microsoft n'a donc qu'un petit giga-octet d'avance...

Les premiers tests devront le confirmer, mais il y a de grandes chances que la Surface ne soit pas plus puissante ou plus réactive que l'iPad. La tablette de Microsoft dispose de plus de mémoire vive, mais le système d'exploitation est tellement lourd que cela est certainement indispensable pour la bonne marche de l'appareil...

Vous l'avez donc compris, Microsoft vient de commercialiser une tablette sérieuse, complète, mais qui ne s'adresse pas au grand public. Certaines fonctionnalités sont séduisantes, mais le prix est élevé, le catalogue d'applications ne fait pas le poids face à l'App Store d'Apple, l'écran a une résolution très faible... Si les professionnels, les entreprises, certains amateurs de haute technologie et les détracteurs d'Apple y trouveront peut-être leur compte, les autres risquent bien de passer leur chemin.


PARTAGER SUR :

Retrouvez l'iPad et l'iPad mini sur notre comparateur de prix.

Sur le même sujet

Vos réactions (12)

mathieu.amiens

17 octobre 2012 à 12:42

la conlusion n'est pas vraiment en ligne avec les détails présentés dans l'article...
On pourrait également ajouter des éléments clés liés à l'OS = personnalisation de l'interface selon plusieurs utilisateurs, vignettes des applications dynamiques, prise en charge du Flash etc...
Je pense qu'au contraire Surface trouvera un public très large compte tenu du prix compétitif, et de innovation que représente le clavier/coque de protection

Sylvain

17 octobre 2012 à 13:27

@ mathieu.amiens : il existe plusieurs clavier/housse externes pour iPad, la seule différence avec Microsoft étant qu'Apple n'en fait pas la promotion (fabricants tiers). Cette protection est certes très sympathique, mais n'est absolument pas exclusive.
Pour moi, si on veut concurrencer Apple, il faut que le prix soit moins élevé. Si un client compare les deux tablettes, il va voir que les écrans sont sans commune mesure, que l'iPad a un nombre inimaginable d'applications, mais le reste importe peu. La connectique éventuellement, mais pas forcément de quoi contrebalancer la force de la marque Apple.

mathieu.amiens

17 octobre 2012 à 13:59

Attention tout de même lorsque l'on parle de la "force de la marque" Apple = celle-ci a fortement était challengée ces derniers mois par Android, le règne sans partage de l'iphone étant bel et bien terminé.

Sylvain

17 octobre 2012 à 14:01

Concernant l'iPhone, c'est tout à fait vrai. Pour les tablettes, on en est encore loin, avec des parts de marché toujours supérieures à 60%.

mathieu.amiens

17 octobre 2012 à 14:34

là encore attention... ce n'est la part de marché qui fait le succès d'un produit : Sony ne serait jamais lancé sur le marché des consoles, Samsung n'aurait jamais pensé produire des TV, etc etc..
Bref, we'll see !

Mout

17 octobre 2012 à 14:56

Il faut aussi préciser que Windows RT, embarqué sur les tablettes ARM, sera incapable d'accepter et de faire tourner les applications Windows habituelles qu'on installe sur PC (x86). Il faudra donc un moment avant que les éditeurs ne portent leurs logiciels sur Windows RT.
Mais la présence d'Office est un grand, un enorme plus.

pehache

17 octobre 2012 à 15:40

Sans nier le plus apporté par le Retina, ni le fait que tout le monde y viendra à un moment ou à un autre, je ne pense pas que ce soit aujourd'hui un critère très fort de choix pour le grand-public. Quand on parle de "résolution très faible", il ne faut pas oublier jusqu'il y a peu 148dpi était considéré comme une très bonne résolution, et qu'à ce jour elle est supérieure à celle de n'importe quel écran de bureau.

Par contre 14Go occupés par défaut (donc 18Go de libre, non ? Pas 14...) c'est énorme en effet.

Sylvain

17 octobre 2012 à 15:46

@ pehache : je suis allé vite sur le sujet de l'espace disque, ça mériterait presque une news à part : c'est bien 14 Go malheureusement. PCInpact explique la raison, je t'invite à lire leur article.

Pour l'écran, quand on passe au Retina on a du mal à revenir en arrière, même si ce n'est effectivement pas indispensable. Si tu as un iPhone 4/4S/5, as-tu tenté de remanipuler un 3G ou 3GS ? Aujourd'hui, une grande majorité de la population a déjà testé une tablette, et de plus en plus nombreux sont ceux qui ont testé l'écran Retina de l'iPad 3. Au moment de tester la Surface il y a des chances qu'ils s'en souviennent...

iMusic

17 octobre 2012 à 19:22

Un premier reproche pour ces tablettes Surface et iPad Retina, c'est avant tout le poids. Les deux concurrents approchent les 700 grammes ! C'est beaucoup, beaucoup trop pour une lecture confortable en balade ou dans les transports (évitez le RER D et la station Chateau Rouge...). Les liseuses et autres Kindle Fire (et iPad mini ?) ont de beaux jours devant eux...
Apple va nous sortir un iMac plus mince qu'Arielle Dombasle, alors que son iPad Retina pèse le poids de Gérard Depardieu après un gueuleton bien arrosé !
Autour de 300 grammes, ça serait déjà bien, là on en est très loin. Certains ultrabooks pèsent à peine plus que les tablettes actuelles pour une toute autre prestation.

La tablette Surface est annoncée prochainement avec Windows 8 Professionnel (qui exécute les applications de bureau Windows 7), et un stylet !!! Ce qui en fera une tablette véritablement complète, un vrai ordinateur + une vraie tablette + une palette graphique (l'iPad sera complètement largué, même avec sa résolution Retina).
Avec le clavier "touch cover" la boucle est bouclée. Une idée digne de ce qu'Apple aurait pu sortir de mieux. On peut dire ce qu'on voudra, mais un iPad avec OS X, ça aurait eu une certaine gueule... La preuve en est avec ce ModBook commercialisé 3500,00 $ (oups !) avec la bénédiction d'Apple (même si ce n'est qu'un assemblage basé sur un mac désossé (re-oups ! )) . Et quid du dessin avec les grosses papattes sur iPad... c'est rigolo 5 minutes, un stylet devrait obligatoirement être proposé, même en option. Et si Apple fait comme avec l'USB3, ou le copier/coller, on l'aura dans 4 ans ?

Pour le reste, certains attendront la seconde version de cette "Surface", en effet elle a des lacunes (résolution, poids...), et pareil pour l'iPad Retina qui reste très cher vu le poids, la capacité étriquée (16Go LOL), et l'absence de véritable stylet. Pour ma part, je veux obligatoirement un stylet ultra précis, sans cela, je considère la tablette pas terminée, juste un gadget pour VRP, une visionneuse numérique ou pour aller sur le web. Certes, il y a déjà une clientèle pour ça, mais on se sent très vite limité et à l'étroit avec les tablettes actuelles.


Le gagnant de ce duel Apple/Microsoft pour le moment... c'est personne. Trop d'améliorations à apporter de chaque côté. Chacun décidera en fonction de ses besoins, nul doute que le succès sera au rendez-vous. Et on repassera dans 2 ans au moins, quand le marché sera mature et que les tablettes auront progressé en terme de fonctionnalités, de poids, de capacités, d'accessoires, etc.
Peut-être pourra t-on même les connecter à des moniteurs de bureau et les utiliser comme de vrais ordinateurs ?

Pour le moment j'attend de tester la Samsung Galaxy Note, qui dispose déjà d'un véritable stylet de type Wacom (ça parlera aux graphistes), particulièrement adapté à l'écriture manuelle, au dessin, au croquis, à la retouche précise (détourage)... pour les enseignants, conférenciers, architectes, artistes, commerciaux, ou toute personne qui a besoin d'une tablette pro aboutie.
Même Photoshop est plus "utilisable" grâce à la précision du stylet, alors que sur l'iPad ça reste un gadget.
De plus, la galaxy note dispose d'un slot microSD, vous n'êtes donc pas obligé d'acheter une seconde tablette dès que la première est remplie (en 3 jours avec l'iPad Retina) ou de passer le plus clair de votre temps à charger/décharger des données, connecté à iTunes...

Pour le moment je dirait que chacun se trouve un positionnement marketing. Apple qui sont arrivé en premier ne sont plus bêtement copiés, bien au contraire, et c'est une excellente chose.
Rendez-vous dans quelques temps pour voir l'évolution de tout ça !

Sid

17 octobre 2012 à 21:14

C'est dommage. Non pas à propos de la tablette présentée mais de l'article.
Ce que je trouvais bien sur Consomac c'était l'avis critique, et non pas des articles 100% pro Apple ou 100% anti {concurrents}. Et là, malheureusement, il semble que et article soit bourré de partis pris pro Apple et anti Microsoft. Sur un site Apple (consoMAC), je conçois aisément que la majorité des comparaisons aient été faites avec l'iPad. Cependant, quelques mots pour comparer à la concurrence auraient, à mon avis, été les bienvenus.
Par ailleurs, j'ai l'impression qu'il y a une déconnexion quasi-totale entre le fond et la forme : le festival commence avec le titre "La tablette pas fun de Microsoft", en plein milieu de l'article : "Intéressons-nous donc à la fiche technique de la Microsoft Surface (accrochez vos ceintures)" ou encore "déchante rapidement", la conclusion " Si les professionnels, les entreprises, certains amateurs de haute technologie et les détracteurs d'Apple y trouveront peut-être leur compte, les autres risquent bien de passer leur chemin." (liste non exhaustive). En un mot, tu tires des boulets rouges sur la Surface. Si Microsoft avait sorti une bouse monumentale, pourquoi pas. Là où le bas blesse, c'est que les arguments contre la Surface ne sont pas légion. Mis à part l'écran de définition inférieure (mais faut-il rappeller que seul l'iPad 3ème du nom est Retina, il y a encore moins d'un an, la définition de l'iPad était inférieure) et le magasin d'app plus restreint (normal, le produit est nouveau). Tout le reste est soit à l'avantage de la Surface soit à égalité (pour les appareils photos, il faudrait plus de détails que 720p AV/AR...). Et nombre des immenses avantages de cette tablette son passés sous silence, voir atténués ! Un exemple parmi d'autres, cette tablette embarque Windows 8 RT, qui, à défaut d'offrir l'interface classique, propose la vraie interface de windows 8... synchronisée avec celle du PC.. On pourrait aussi citer Office RT (je ne l'ai pas testée mais elle n'aura aucun mal à être "mieux compatible" avec Office x86 que ne le sont Pages, Numbers et Keynote (ou pourrait dire cependant qu'Office RT n'est pas compatible iWork, mais c'est beaucoup moins handicapant que l'inverse). Ou encore l'écran plus grand et 16/9 : avantage considérable pour les films.. Voir encore des haut-parleurs stéréo (qu'il conviendrait cependant de tester). Etc., etc.
Les articles de Consomac étaient bien moins durs concernant les produits Apple similaires ces dernières années. (oui l'iPad 2 à un an et des brouettes, mais ce n'est pas si loin que ça, il est encore vendu, et mis à part pour le Store, cette Surface le surclasse sur tous les points)
Alors certes il y a des avantages et des inconvénients à chacun des deux produits, certes un article ne saurait être tout à fait objectif, mais je pense que cet article gagnerait à être plus modéré sur la forme, afin de laisser au lecteur son libre arbitre (ici on se sent forcé à en arriver au fait que cette Surface est une grosse bouse (pour le pas dire autre chose) intergalactique, ce qui n'est pas si évident que ça, comme en témoignent les arguments de fond de l'article... ce qui fait d'autant plus tâche qu'on est sur un site dédié à Apple : cela tend malheureusement à décridibiliser tout le reste) : il s'agit d'un article présentant un produit qui semble tout à fait convenable (qui plus est non testé, pas d'un coup de gueule sur un sujet bien précis avec des arguments béton !

Et mon avis perso sur le sujet (je le mets ici pour bien montrer que ce qui précède n'est pas en rapport avec celui-ci) : la Surface est pas mal, un poil chère, je regrette l'écran retina même si je m'y attendais. Cette tablette constitue, toujours à mon avis, la meilleure alternative à l'iPad. Windows 8 est certes volumineux (second point négatif), mais il constitue un système abouti et réactif (en tout cas dans sa déclinaison x86 que j'utilise quotidiennement), et possède l'avantage de la synchronisation avec la version x86. Le format de l'écran est appréciable pour les films (à voir pour le reste). Quant au design (et la c'est subjectif), je le trouve très bien. Il n'a rien a envier à celui des iPad 2 et 3 (l'iPad 1 restant un must inégalé. Reste à voir si son épaisseur constante n'altère pas la sensation de finesse. Donc un produit intéressant. À tester. Et peut-être envisager sérieusement pour tout windows user n'ayant pas de périph iOS et souhaitant acheter un iPad.

En espérant qu'il ne s'agit que d'un article perdu au milieu de tant d'autres (apres tout, on peut bien avoir une dent contre un produit) et non d'un changement de tendance global

ThomOrlo

17 octobre 2012 à 22:30

Il faut également attendre la grille tarifaire du Surface Pro qui montre de bien meilleures caractéristiques par rapport au Surface présenté le 23 :
- 1920x1080
- USB3
- Mini DisplayPort
- i5
- 4 Go de RAM
- jusqu'à 128 Go de capacité de stockage
- batterie plus conséquente
- ...
on est bien sûr beaucoup trop lourd pour iMusic Microsoft annonce sans trop de précisions : -1 kg
Si le prix n'est pas exorbitant, ce sera pour moi et je pense beaucoup de personnes, une réelle alternative à un Mac de bureau ou portable + iPad. Avantages d'une tablette en déplacement et avantages des "stations de travail" sur le bureau avec clavier, souris, et écran externe. Il ne faut pas non plus être trop exigeant en puissance graphique.
Ce n'est pas nouveau ce concept, Asus le fait très bien avec le Pad Transformer sous Android et annoncé avec Windows 8 également à l'IFA de Berlin. Que ce soit Microsoft ou un autre constructeur, ce sera je pense cette utilisation qui gagnera du terrain dans quelques années.

Wil

18 octobre 2012 à 07:29

Roh les cons la tablette de 32 livrée avec 14 Comme d'ab Windaude !

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription