Vers une révolution de la photo

29 décembre 2012 à 16:48


Appareil photo LytroConnaissez-vous Lytro ? Il s'agit d'un appareil photo plénoptique, c'est à dire un capteur capable contrairement à un appareil traditionnel d'enregistrer la direction des rayons lumineux. L'avantage est simple : grâce à ces nouvelles informations, l'appareil est ainsi capable d'enregistrer une image "brute". En effet, l'appareil photo traditionnel a la particularité d'enregistrer la projection d'une image en trois dimensions sur une surface plane, ce qui nécessite de faire un choix : la mise au point. Cette mise au point permet de choisir quel plan de la photographie sera net, et tout ce qui sera devant ou derrière ce plan sera plus ou moins flou. Avec un appareil plénoptique, cette mise au point n'est pas nécessaire, puisque la capture n'enregistre pas une image mais un ensemble de rayons lumineux et leur orientation. Ainsi, la mise au point peut être réalisée non pas avant la prise de vue, mais après, comme vous pouvez le voir sur l'image suivante, capturée par un appareil Lytro :




L'avantage est évident : s'il n'est plus indispensable de régler la mise au point avant la prise de vue, il n'est plus possible de se tromper ! Le gain de temps est aussi un élément important : si vous devez prendre une photo dans la précipitation, ne plus avoir à faire la mise au point, même via un autofocus, est un atout précieux. Bien sûr, cette révolution ne vient pas sans problèmes et challenges, et l'appareil de Lytro coûte relativement cher (400 dollars) pour des photos dont la définition est de 1,2 mégapixels (l'iPhone 5 est doté d'un capteur de 8 mégapixels), alors que les fichiers bruts pèsent tout de même 16 Mo (l'iPhone 5 ne dépasse pas 3 Mo). Si ce dernier problème peut être aisément réglé, en choisissant la mise au point juste après la prise de vue et en n'enregistrant qu'un fichier JPEG classique, le reste est problématique.

Capteur ToshibaPourtant, il faut s'attendre à ce que cette technologie débarque dans nos téléphones et tablettes dans un futur relativement proche. Toshiba vient d'annoncer avoir réussi à reproduire la technologie de Lytro dans un composant bien plus petit, qui intègre pas moins de 500 000 lentilles et a d'ailleurs l'avantage de pouvoir aussi enregistrer de la vidéo. Selon le fabricant japonais, une commercialisation est envisageable dès la fin d'année 2013, ce qui rendrait ainsi possible une arrivée en masse dans les équipements grand public dès 2014. Pas sûr qu'Apple se montre tout de suite intéressée, le procédé étant bien sûr sympathique mais la définition des images laissant encore à désirer. Les perspectives sont néanmoins très intéressantes, et il ne fait aucun doute que cette nouvelle technologie trouvera petit à petit sa place dans nos appareils !


PARTAGER SUR :

Retrouvez les produits d'Apple sur notre comparateur de prix.

Sur le même sujet

Vos réactions (8)

Mr Bob

29 décembre 2012 à 17:21

Depuis le temps qu'on en parle de cette technologie, elle va bien finir par arriver sur le marché !

Gordon

29 décembre 2012 à 23:33

Mr Bob > Elle y est, et c'est une catastrophe

Sans compter que c'est faisable le plus simplement du monde de manière logiciel, et ça ne coûte rien.

pim

30 décembre 2012 à 10:35

À la lecture de l'article, une seule chose m'est venue en tête : chat alors !

MathieuClem

30 décembre 2012 à 11:42

500 000 lentilles dans moins de 1 cm d'épaisseur ? Erreur ou pas ? C'est assez impressionnant si c'est le cas.

Sylvain

30 décembre 2012 à 13:39

Non pas d'erreur, il y a plusieurs lentilles sur un même plan, comme sur cette image.

pehache

31 décembre 2012 à 10:22

@Gordon : ce n'est pas du tout faisable par voie logicielle.

Pour l'instant cette technologie est encore balbutiante, mais il est probable qu'un jour elle s'imposera. Rappelez-vous, les premiers appareils numériques aussi c'était des catastrophes au niveau qualité par rapport à l'argentique. Aujourd'hui il n'y a plus photo (ha ha).

Gordon

31 décembre 2012 à 15:52

pehache > La bonne blague, évidement que si, il suffit de fermer le diaph afin d'avoir sa "plage" de netteté puis de simuler le Bokeh logiciellement.

pehache

31 décembre 2012 à 16:24

Pour simuler le "bokeh" (flou de mise au point) il faut l'info de distance, qui est totalement perdue sur une photo "2D" classique. On peut le faire à la main par détourage et application d'un filtre flou, mais c'est fastidieux et est limité à 2 ou 3 plans maximum. Il existe aussi des algo qui font ça plus ou moins automatiquement, mais ça ne marche à peu près que sur des photos présentant des étagements de plans simples, et c'est à la serpe. Il n'y a pas de secret.

Sans compter que fermer le diaph ça a ses limites, on atteint assez vite la limite de diffraction.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription