Intel peut-il sauver l'ordinateur portable ?


Le marché des ordinateurs portables va mal. Durant la période des fêtes de fin d'année 2012, les portables ont vu leurs ventes chuter de 11%, Apple faisant mieux que la moyenne avec une baisse de seulement 6%. Cela fait déjà quelques temps que la situation est morose, mais alors que Microsoft vient tout juste de commercialiser Windows 8, les différents fabricants s'attendaient au moins à une petite embellie pour Noël.

Neuf ordinateurs sur dix étant équipés d'un processeur Intel, la baisse des ventes touche durement le fondeur, qui a fermement réagi en présentant cette semaine sa future génération de processeurs, nommée Haswell. Et Intel a bien compris que le marché à changé en profondeur : la tablette électronique a fait son apparition et bouleverse les usages. Parallèlement, les ordinateurs atteignent des puissances incroyablement élevées, et les gigahertz ne font plus rêver grand monde. Si Intel veut pousser ses clients à renouveler leur matériel, il faut quelque chose de véritablement nouveau. Pour la firme de Santa Clara, la solution vient de l'Ultrabook.




Ce récent nouveau type d'ordinateur est une réaction au MacBook Air : légèreté est le maître mot, mais sans sacrifier les performances. Avec la sortie d'Haswell, Intel veut aller plus loin, et a durci son cahier des charges. Pour qu'un ordinateur puisse être qualifié d'Ultrabook, il faudra une fois Haswell sorti que les portables en question disposent d'un écran tactile ainsi que du support des écrans sans fil (WiDi, pour Wireless Display). De son côté, Intel s'engage à fournir une puce bien plus économe en énergie, qui permettra de tenir une journée de travail entière sur batterie.

Afin d'inspirer ses partenaires fabricants, Intel a fait la démonstration d'un prototype d'Ultrabook réalisé par ses soins : avec 13 heures d'autonomie sur batterie, il fait presque deux fois mieux que le MacBook Air 13", qui ne dépasse pas 7 heures, tout en ayant la même finesse. Avec deux batteries (une derrière l'écran et l'autre sous le clavier) ainsi qu'un processeur Haswell situé derrière l'écran, il est possible de détacher ce dernier, et utiliser l'écran comme tablette tactile.




Ultrabook convertibleAvec l'Ultrabook convertible, amené à se développer, Intel entend répondre à la montée en puissance des tablettes. Faire pivoter l'écran, le faire glisser sur le clavier ou encore le détacher seront bientôt des gestes normaux ! L'innovation est bien évidemment rendue possible par Windows 8, dont l'interface est prévue pour fonctionner de manière tactile.

Selon Intel, le prix des Ultrabook, qui est jusqu'ici assez similaire à celui du MacBook Air, est amené à baisser rapidement, et le fondeur pense que des modèles tactiles à moins de 700 € seront disponibles avant la fin de l'année. Si cela se confirme, l'Ultrabook devrait rapidement remplacer l'ordinateur portable classique !

Apple, elle, n'est pas concernée par cette notion d'Ultrabook qui est une initiative d'Intel à laquelle elle n'adhère pas. Néanmoins, l'annonce de Haswell et de la nouvelle génération d'Ultrabook est une excellente nouvelle. Cupertino pourra d'abord bien sûr bénéficier des gains substantiels d'autonomie apportés par la nouvelle architecture de processeurs du fondeur, qui seront disponibles massivement en fin d'année. Ensuite, si les Ultrabook de nouvelle génération et les Ultrabook convertibles rencontrent le succès escompté, cela poussera inévitablement Apple à se poser la question de l'avenir du MacBook Air. Actuellement, OS X, le système d'exploitation du Mac, n'est absolument pas adapté à un usage tactile, et le système hybride que nous venons de voir est plutôt séduisant. Une première étape pour répondre à Intel serait déjà de baisser drastiquement le prix du MacBook Air. Un modèle 13" d'entrée de gamme à 999 €, comme feu le MacBook, ferait fureur.


PARTAGER SUR :

Retrouvez les produits d'Apple sur notre comparateur de prix.

Sur le même sujet

Vos réactions (7)

sudes

8 janvier 2013 à 19:34

OS X n'est certes pas encore adapté pour un usage avec les doigts, pourtant il intègre déjà des nouveautés issues du tactile, apparues avec iOS et donc facilement adaptables. Par exemple, le Launchpad ou le Centre de Notification.

Jef

8 janvier 2013 à 19:44

Les ultra-portables vont ralentir la disparition des pc portables, pas l'empêcher. les dinosaures ont la peau dure mais ils finissent toujours par passer à la trappe.

aexm

8 janvier 2013 à 22:29

le problème c'est qu'en sortant des netbook a 300 €, et vu les besoins utilisateurs moyens … le netbook et a plus forte raison les tablette suffisent largement …

les ultra portable ou portable n'ont plus leur place … trop cher et pas besoin d'autant de puissance !

Sebastien

skylex

9 janvier 2013 à 00:40

Si, ils ont leur place, mais limitée à ceux qui veulent un ordinateur léger, plutôt performant et avec un clavier et un écran ayant une résolution assez élevée. Des utilisateurs exigeants (sans être riches) qui privilégient la mobilité sans faire beaucoup de sacrifices.

Zarck

9 janvier 2013 à 09:04

Le marché des netbooks et déjà mort. Le marché des tablettes va peut être suivre le même chemin. Les modes passes.

pehache

9 janvier 2013 à 09:28

Le principe du PC portable convertible en tablette me parait un excellent compromis pour ceux qui trouve une simple tablette trop limitante. Ca nécessite une interface adaptée aussi bien au pilotage clavier/trackpad que purement tactile : Windows 8 n'est pas encore assez mature je pense mais va dans ce sens.

Stef38

10 janvier 2013 à 10:34

+1 pour un ultra portable convertible avec une grosse autonomie, on est quand meme pas mal à prendre le train tous les jours, et à avoir besoin de bosser ou de lire ses mails ou autres dedans.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription