Plus de 15 heures d'autonomie sur les MacBook en 2014 ?

12 septembre 2013 à 13:54


En ce moment se tient le International Digital Forum (IDF) à Berlin. Ce salon informatique a été l'occasion pour Intel de présenter l'architecture Broadwell, la prochaine génération de processeurs que l'on retrouvera sans aucun doute sur le Mac. En juin dernier, Apple a dévoilé son premier Mac équipé d'une puce Haswell, qui venait tout juste d'être commercialisée (voir dépêche : Le MacBook Air est arrivé à maturité). Alors que l'on attend toujours la mise à jour des autres gammes d'ordinateurs (qui devraient pour la plupart arriver en octobre ou en novembre) qui abandonneront donc l'architecture Ivy Bridge, nous avons donc aujourd'hui un aperçu des ordinateurs de la génération suivante.




Broadwell ne sera pas une toute nouvelle architecture comme l'a été Haswell cette année (voir dépêche : Haswell est commercialisé !). Il s'agira d'un die shrink, c'est à dire une réduction de la taille de la puce. Alors que les processeurs Haswell sont gravés avec une précision de 22 nm, Broadwell atteindra une nouvelle limite avec 14 nm seulement. L'avantage principal est très intéressant : à puissance égale, un processeur gravé plus finement consomme moins d'énergie.

Et si Intel en profitera évidemment pour améliorer l'efficacité de son processeur, ce sont bien sûr les gains en consommation qui ont été mis en avant à l'IDF cette semaine. Le fondeur a en effet montré sur scène la consommation de sa future puce face à un processeur de la génération actuelle. Dans le cadre d'une démonstration où deux puces Haswell et Broadwell devaient effectuer la même tâche, la première consommait 6,8 Watts, contre 4,9 Watts pour la seconde. Soit un progrès de 28,3% !




Cette impressionnante avancée se traduira par deux nouveautés majeures sur les ordinateurs qui seront équipés d'un processeur Broadwell. D'abord, l'autonomie sur batterie sera en hausse. Alors que le nouveau MacBook Air et son processeur Haswell sont capables de tenir officiellement 12 heures sur batterie, et même plus en réalité dans des conditions extrêmes (voir dépêche : Un MacBook Air avec 20h d'autonomie !), on pourra certainement dépasser allègrement les 15 heures d'autonomie avec Broadwell. Ensuite, en toute logique Broadwell devrait moins chauffer que son prédécesseur, ce qui nécessitera des systèmes de refroidissement moins rapides, voire aucun ventilateur sur certaines configurations. Ainsi, les futurs MacBook Air et surtout les futurs MacBook Pro devraient être plus silencieux. Mais également, moins un ordinateur est chaud, plus il peut se permettre d'être fin...




Malheureusement, nous ne disposons pas de date de sortie claire pour l'architecture Broadwell. Si l'on se réfère aux habitudes d'Intel, les générations de processeur sont généralement remplacées une fois par an environ, ce qui nous amène au milieu d'année 2014, Haswell étant sorti en juin 2013. Selon les informations dont nous disposons jusqu'ici, les processeurs de bureau ne seront pas de la partie à ce moment-là (voir dépêche : Après Haswell, pas de révolution), et se contenteront d'une version révisée de l'architecture Haswell. Mais selon une feuille de route d'Intel, les puces destinées aux ordinateurs portables auront bien la primeur avec une sortie prévue pour le second semestre 2014. Reste à savoir s'il s'agira du début ou de la fin du semestre...




Alors que la génération 2013 des MacBook Pro d'Apple est attendue pour très bientôt avec la traditionnelle conférence spéciale du mois d'octobre, la génération 2014 pourrait arriver à peu près à la même période de l'année prochaine. Il y a en effet peu de chances qu'Intel commercialise ses futurs processeurs en pleine période de fin d'année et rate ainsi la période faste des achats de Noël. Comme chaque année, les mois d'octobre et de novembre sont les dernières limites pour présenter de nouveaux produits.


PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (4)

WunderNinja

12 septembre 2013 à 15:42

Sans parler des apports de Mavericks en terme d'optimisation des ressources. 13h de batterie, c'est encore trop juste si on veut tenir une vraie journée de travail, avec de nombreux logiciels ouverts. Dans les faits avec une utilisation intensive ça tient beaucoup moins longtemps. Alors si on a encore mieux c'est très bien.

Sethenès

12 septembre 2013 à 16:46

Je pense qu'Intel n'a pas (eu) le choix.

Les puces ARM & cie deviennent de jour en jour plus puissantes. Si Intel n'avait pas réagi, c'est à terme (3-5 ans) le marché du PC qui aurait été menacé. Avec ces nouveaux processeurs, Intel repousse le risque de quelques années. Dans le fond, c'est une chance que la Surface de Microsoft soit un échec.

En ce qui concerne les puces Desktop, Workstation et Server, Intel n'a malheureusement plus de concurrence.

De plus, les finesses de gravure commencent à approcher de la taille de la maille (selon Wiki, c'est 0,54 nm). D'accord, avec une structure de type diamant, il y a 8 atomes par mailles mais quand même. 14 nm, ça correspond à 26 mailles seulement ...

Rien ne dit que les dimensions suivantes (<= 10 nm) ne révèlent pas des difficultés "physique" ou "matérielle" pour la mise en oeuvre.

sudes

12 septembre 2013 à 18:38

Détail technique (sans importance, mais bon...) : l'autonomie officielle du MacBook Air 13.3" est de 12 heures, et non 13 comme indiqué dans l'article.

Dans deux ans, on aura des ordinateurs qui pourront enfin se passer effectivement de chargeur pendant une journée. Ca laissera plus de la place pour le chargeur de l'iPhone !

Sylvain

12 septembre 2013 à 18:48

@sudes : ah oui, en effet ! Merci, c'est corrigé.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription