Un Mac mini ARM pour bientôt ?


Ce n'est pas la première fois que l'on envisage la sortie d'un Mac utilisant une architecture ARM. Ce type de processeur, présent dans l'iPhone ou encore l'iPad, a l'avantage d'être très peu consommateur et de ne pas nécessiter de ventilateur, ce qui est l'une des conditions de son succès dans les smartphones et les tablettes électroniques. Sur un ordinateur, l'arrivée d'une telle puce serait assurément intéressante, mais pas dans n'importe quelle condition, comme nous l'avons vu il y a quelques mois (lire : Un Mac ARM, est-ce vraiment plausible ?). En effet, la puissance pourrait être largement en baisse par rapport aux ordinateurs dont nous disposons aujourd'hui, et le changement d'architecture nécessiterait la réécriture de nombreux logiciels.


Un Mac mini ouvert, par iFixit, avec son ventilateur au centre.



Malgré ces contraintes, Apple serait bien décidée à faire ce choix et nos amis de MacBidouille affirment qu'un modèle de Mac mini sous architecture ARM serait prêt à être produit. Il serait doté d'un processeur conçu en interne, à 4 ou 8 coeurs en fonction du modèle. Côté stockage, les modules prendraient bien sûr la forme de mémoire flash, dont les avantages par rapport au vénérable disque dur compensent largement la baisse de capacité, qui pourrait chuter de 500 Go à 128 Go pour le modèle d'entrée de gamme. Enfin, la mémoire vive serait soudée et donc inaccessible, ce qui permettrait une miniaturisation accrue mais également pour Apple de pouvoir vendre des options à prix d'or...

Toujours selon MacBidouille, Apple hésiterait encore à commercialiser cette nouvelle gamme d'ordinateurs, qui n'existe pour le moment qu'à l'état de prototypes. Toutefois, si les équipes de Tim Cook se décident à lancer la production de ce nouveau Mac mini, il ne faudrait qu'une poignée de mois pour qu'il arrive en rayons et nous pourrions avoir des annonces en ce sens très bientôt, comme par exemple durant le traditionnel événement spécial du mois d'octobre consacré au Mac. Quoi qu'il en soit, le développement d'un Mac mini sous architecture ARM pourrait largement expliquer l'absence de mise à jour ces derniers mois (le modèle actuel date d'octobre 2012...), à l'instar du Mac Pro avant la sortie du dernier modèle cylindrique. Il reste bien sûr de nombreuses questions en suspens, à commencer par celle du tarif, mais pour cela, il faudra malheureusement patienter... si MacBidouille a vu juste.


PARTAGER SUR :

Retrouvez le Mac mini sur notre comparateur de prix.

Sur le même sujet

Vos réactions (17)

aexm

4 septembre 2014 à 17:31

surprenant si c'est le cas … Ça veut dire que les autres modèles devraient y passer rapidement ?

Si Apple passe en archi proprio, ils vont perdre pas mal de monde …

Mais je ne connais pas le degré de dépendance des utilisateurs par rapport à MAC OS
et donc leur capacité à suivre la marque …

Si ca fait baisser les tarifs en restant sur MAC OS, ça risque de concurrencer véritablement Windows.

Sebastien

DrHouse64

4 septembre 2014 à 17:46

Vu qu'aucun logiciel n'est écrit en ARM, ce serait une version de Mac OS vraiment bridée : peu d'applis ARM, des performances en baisse (déjà que c'était pas la fête question performances avant)... Donc bon, concurrencer Windows, j'en doute mais alors très sérieusement, ha ha.

Ou alors ils développent une version Mac de iOS... Mais dans ce cas, on perdra le multitouch au passage.

pehache

4 septembre 2014 à 17:53

Ils peuvent y aller si ils veulent se tirer une balle dans le pied.

Sethenès

4 septembre 2014 à 18:00

Je partage le scepticisme ambiant.

Les processeurs Intel avaient la puissance suffisante pour émuler des PowerPC. J'ai du mal à imaginer que des processeurs ARM puissent émuler des processeurs Intel.

Déjà les parts de marché d'Apple sont à la limite de la survie (il suffit de voir quelques départs récents, Ciel si je ne m'abuse), dès lors comment imaginer qu'Apple prenne le risque d'encore les subdiviser.

A moins bien sûr d'avoir pris la décision d'abandonner totalement la ligne Mac Intel. Mais de nombreux pros utilisent des outils de virtualisation pour émuler des serveurs sous Windows / Linux. Ce serait les perdre définitivement. Sans compter qu'il sera très difficile de vendre des MacBook Pro 15" à 3000 euros équipés d'un processeur ARM.

pehache

4 septembre 2014 à 18:34

Si ils se lancent, je sens bien une version ARM d'OS X verrouillée sur le Mac App Store. Ca aura au moins autant de succès que Windows RT, c'est sûr !

oryzon

4 septembre 2014 à 18:40

Impossible sauf si c'est pour lancer une nouvelle gamme de produit.
Un genre d'Apple TV ++ fusionnée avec un raspberry qui propulse nativement les applications iOS.

Baraka

4 septembre 2014 à 19:00

Je rejoins Oryzon : un Apple TV avec un peu de patate, soit de quoi jouer à pas mal de jeux de l'App Store sur grand écran... avec un iBidule pour contrôleur. Pour la modique somme de 120€ supplémentaires, on pourra même s'en servir avec clavier et souris sans fil pour faire du Pages et du Numbers. Une sorte de Wii U à la sauce pommée, en somme, avec quelques fonctions bureautiques en plus. Suivant le prix, ça se vendrait sans doute...

Sethenès

4 septembre 2014 à 21:41

Vu comme ça, j'achèterais probablement.

iMusic

5 septembre 2014 à 10:36

Ça fait un moment que je n'ai aucun doute là dessus. Que ce soit ARM, Intel ou autre, une seule architecture pour une simplification OS, logique ! Ça va dans le sens de l'unification et de la simplification des OS, qui doit répondre à l'explosion des supports de toutes formes et aux usages multiples.
Si iOS et OS X se ressemblent de plus en plus (ou plutôt OS X qui ressemble de plus en plus à iOS), Apple ne s'arrêtera pas là. Et pour se faire devra gommer les freins hardware. Même si un changement complet d'architecture serait une mesure quelque peu brutale et radicale, comme seule Apple peut la prendre. Quid du Mac pro à terme ? Va t-il y avoir 2 types de mac ? Des coupes franches dans les gammes ? L'architecture ARM est-elle plus tournée vers l'avenir que l'architecture x86 ?

À savoir si Apple ira jusqu'à la fusion de ses deux OS ou se contentera d'une architecture avec un OS double et des applications qui passent de l'un à l'autre ? Les combinaisons sont multiples et pourraient s'opérer en deux temps. Ce qu'il faut noter, c'est que la mutation des OS déjà entreprise sur le plan du design et de l'ergonomie n'en est qu'à ses débuts et va bousculer l'usage qu'on a du mac.

La transition va-elle se passer de façon fluide et transparente, ou bien va t-il y avoir une rupture, avec de la casse logicielle et matérielle ? Apple a les cartes en main et une visibilité sur plusieurs années tenue bien secrète, mais les indices actuels sont forts et croire que le choses vont continuer comme actuellement, à savoir iOS et OS X dans les configurations actuelles, c'est faire la politique de l'autruche.
Microsoft a déjà une grosse longueur d'avance avec un OS plus moderne, orienté bureau, tactile, mobile… aussi perfectible soit-il. Qui a même fortement influencé OS X et iOS (flat design… ). Prêt à passer la phase suivante avec des appareils pouvant lire tous types d'applications, classiques comme mobiles (tabletPC… ). Apple ne peut rester sur le banc de touche au risque de se retrouver marginalisé à terme.

En espérant que la transition ne se fasse pas comme le passage du PPC à Intel. Les beta testeurs en ont eu pour leurs frais avec de nombreux problèmes et incompatibilités au début. Si le passage du PPC à Intel était lié à une obligation technique avec des processeurs qui n'évoluaient plus, l'unification en cours (matérielle et logicielle) est d'avantage liée à la nécessité de s'adapter aux nouveaux usages. Si Apple arrive avec un train de retard, elle pourrait surprendre en proposant une combinaison repensée et aboutie de ce qu'on peut voir actuellement, tous OS confondus. Avec le risque de voir les travers de la marque s'accentuer, à savoir, un OS et du hardware toujours plus fermés (difficile de faire plus qu'actuellement), des applications et suites phares non compatibles et/ou non portées (suite Adobe, Office… ) et la main mise sur le marché de la distribution des logiciels pros dont les tarifs peuvent atteindre les milliers d'euros.
Si leurs motivations sont uniquement commerciales, ils pourraient en effet se tirer une balle dans le pied, les pros sont plus responsables et raisonnés dans leurs choix que les fanboys écervelés et suiveurs qui achètent du "rêve" et de la "reconnaissance sociale" pour utiliser Safari et iTunes.


Ceci dit. Apple avait initié le passage à Intel avec l'iMac, à l'époque le mac le plus vendu (mac : un mot qui tombe progressivement en désuétude… ). Faire rentrer l'architecture ARM par le Mac mini ressemble plus à une entrée par la petite porte pour ne pas effaroucher le client, sauf si le Macbook air suit rapidement, qui est le mac le plus populaire actuellement.

Maintenant, si ces rumeurs se confirment à court terme, le Mac mini actuel, bien que périmé sur le plan matériel, va s'arracher sur le reburb et le marché de l'occasion. Le temps que les beta testeurs essuient les plâtres et que le marché soit plus mature. Ce qui peut durer des années.

Cela fait des années que je dis que la fusion iOS/OS X est imparable à terme, quelqu' en soit la forme, face à des incrédules qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. C'est une nécessité liée aux usages multiples qu'on a désormais de l'informatique, particuliers ou professionnels, ça se rejoint. Elle peut se faire sous différente formes, façon Microsoft qui va vers un OS hybride qui s'adapte à tous les types de supports, ou autre …
Attendons ou pas la proposition d'Apple, qui s'ils sont capables d'être innovants sur le plan matériel, pourraient bien surprendre aussi dans leurs choix logiciels et reprendre le flambeau actuellement détenu par Microsoft ?

Sethenès

5 septembre 2014 à 12:02

Je ne partage pas ton point de vue, iMusic.

La fusion iOS/OSX tel que tu la présente implique à terme la disparition du Mac. C'est finalement tout le contraire de ce qui est recherché par l'effet de Halo : l'achat d'un produit qui en entraine plus autres. Microsoft RT est emblématique pour moi de cette voie de garage.

Par contre, ce qui serait peut être envisageable, c'est l'apparition de Macbook tactiles sur lesquels iOS seraient émulé par OSX. Dans ce scénario, la puissance est au rendez-vous. Cette solution existe déjà, il suffit d'installer Xcode et de tester une appli sur l'émulateur.

pehache

5 septembre 2014 à 12:12

@Sethenes : Windows RT est un échec surtout parce que MS l'a sorti non fini, et a très mal communiqué sur le fait que non ce n'était pas Windows.

@iMusic : "Que ce soit ARM, Intel ou autre, une seule architecture pour une simplification OS, logique !"
--> pas tant que ça : Linux tourne sur de multiples architectures matérielles, avec un unique code source. Et ce n'est pas le seul : c'est le cas aussi de FreeBSD, pour ne citer que lui et sur lequel OS X est largement basé. Contrairement à ce qu'on peut imaginer, faire un OS portable qui peut être compilé sur plusieurs plate-formes n'est pas difficile.

iMusic

5 septembre 2014 à 13:23

@ Sethenès :
L'effet "halo" a du plomb dans l'aile. Le but des iDevices n'est plus de faire vendre du mac, mais de vendre des iDevices bien plus rentables (marché de masse + marges) et tout l'écosystème qui va avec (iTunes… ). Il suffit de voir la répartition des ventes dans leur chiffre d'affaire. D'ailleurs Apple a actuellement 3 OS : OS X, iOS et "iTunes" qui est multiplateforme en quelque sorte. Ça commence à être le bordel et l'usine à gaz qu'est devenu iTunes démontre qu'on arrive à la fin d'un cycle.
Le mac tel qu'on l'a connu est déjà sur une voie de garage, avec un tournant vers iOS. D'ailleurs on dit désormais OS X et non plus Mac OS. Il s'agit plus d'une transition qu'une disparition. Pour s'adapter aux usages actuels.
Certains secteurs traditionnellement sur mac comme le cinéma ou la vidéo ont déjà massivement migré sur d'autres plateformes. Pour ce qui est des bastions mac comme le graphisme ou la photo, la transition vers Windows a commencé depuis un moment. Si dans certains secteurs on ne jurait que par le mac il y a quelques années, maintenant il n'est plus rare de croiser ces mêmes professionnels sur Windows, comme dans le webdesign par exemple.
Pour le reste je te rejoins.

@ pehache :
Oui, tout à fait, Apple pourrait garder une architecture différente pour les Mac pro par exemple, qui sont déjà des produits spécifiques. Mais simplifier leur offre mobile et bureau, software et hardware avec une architecture et un seul OS bureau/mobile (double ou hybride), présenterait des avantages, ou pas. Le problème c'est la transition qui si elle est mal maîtrisée, pourrait faire de la casse.

pehache

5 septembre 2014 à 16:19

En fait il y a pas mal de gens qui achètent un Mac en se disant qu'ils pourront toujours faire tourner Windows dessus (bootcamp ou virtualisation) si besoin. Si Apple passe à du ARM cette possibilité disparaîtra probablement, et cette clientèle sera beaucoup plus réticente à l'achat d'un Mac.

Sethenès

5 septembre 2014 à 18:19

@pehache : c'est clairement mon cas. J'aime bien les Mac, mais je reste lucide.

1) Je ne suis pas prêt de lâcher totalement Windows.
2) Les parts de marché du Mac frisent le seuil minimal en dessous duquel les éditeurs arrêteront totalement le support d'OSX.

Sethenès

5 septembre 2014 à 18:22

Je n'achèterai jamais un Mac ARM et de surcroit, je crains qu'une segmentation des modèles ne fassent tomber les parts de marché en dessous de ce seuil minimal.

Ceci dit, quel bonheur de ne plus avoir Windows comme OS de base, et de ne plus avoir le pincement à chaque mise à jour de savoir si le PC démarrera. Même si j'abandonne Mac, Windows ne reviendra pas mon OS de base.

Djoejo

5 septembre 2014 à 18:54

On va passer à ios 8 avec l'iPhone 6. Dans un an,le 9,dans 2 ans un iosX fusionné avec (mac)OSX ?!

Timing parfait! Lol

Ou alors attendre i/Mac OS 11 pour fusionner le tout clairement et simplement!

iMusic

6 septembre 2014 à 00:40

@ Djoejo : Excellent !


Je suis aussi dans l'expectative. Des mac non compatibles Windows seraient une sévère régression avec la main mise totale d'Apple sur l'OS et un manque de liberté, une régression pour l'utilisateur.

Ce que je redoute le plus, c'est les problèmes de portages des grands éditeurs pros (Adobe CS, Office… ) qui pourraient bouder le pomme. Voir même l'abandon du mac ARM. Adobe n'est plus dépendant d'Apple comme il y a quelques années. La majorité des start up web aussi sont sur Windows, même pour la partie design avec pour certaines des centaines de postes. Par exemple Ventes Privée qui a environ 100 postes rien que pour son "usine de design" est sur WIndows. Il en va de même pour la majorité des entreprises de ce type, ce qui fait des centaines de milliers de ventes perdues au niveau mondial (souvent du matos haut de gamme et sur équipé).
Même les freelances passent progressivement sur Windows, ce qui aurait été impensable par exemple il y a 5 ans. Sans les pros, le mac perdra de son aura et le pouvoir de prescription de ce secteur sur le grand public représente au final des millions de ventes. L'inverse de l'effet halo…

Cela a été causé par des choix contre productifs d'Apple il y a quelques années qui avait sabordé son segment "pro" (l'époque Scott Forstall, viré depuis). L'addition se paye souvent avec quelques années de recul, le temps du renouvellement. Si Apple a essayé de corriger le tir depuis et de séduire à nouveau les pros avec ses nouveaux Mac pro, ils arrivent bien tard. Si les ventes aux particuliers compensent largement les pertes chez les pros, cela ne va pas durer si Apple rend son matériel moins souple et encore plus fermé, amputé de logiciels indispensables pour beaucoup d'utilisateurs. Car ce qu'on peut craindre pour les suites professionnelles est aussi valable pour le grand public, par exemple avec des grands jeux qui pourraient ne plus être portés sur mac.

Quoi qu'il en soit, la balle est dans le camp d'Apple. L'excès d'avidité commerciale peut avoir un effet contre productif à terme, que ce soit en gonflant trop les marges (iPhone 5… ) ou en bridant trop les machines. Si le mac ARM devient trop fermé, il pourrait descendre de catégorie en remplaçant son concurrent Windows par Chrome OS et ses applications web (beurk… ), ce qui serait un sabordage du mac en effet. Avec des tarifs qui ne pourraient plus se justifier sur aucun point, puisque l'atout de l'OS deviendrait un handicap. Espérons qu'Apple soit resté les pieds suffisamment sur terre en ne considérant pas ses clients que comme des vulgaires comptes bancaires sur pattes.

Un article de macbidouille qui va dans ce sens :
http://www.macbidouille.com/news/2014/09/05/des-mac-arm-pourquoi

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription