Vous aurez besoin de l'Apple Watch... plus tard


À l'approche de la sortie de l'Apple Watch prévue le 24 avril, Tim Cook a revêtu ses habits de commercial pour tenter de contrer la vague de scepticisme au sujet de la montre connectée d'Apple. Le PDG d'Apple a donné une intéressante interview au site Fast Company, où il est (entre autres) revenu sur le lancement prochain de l'Apple Watch. En substance : vous ne vous rendez pas encore compte que vous en avez besoin.


Tim Cook après la conférence Spring Forward, le 9 mars 2015.



Pour le PDG d'Apple, le démarrage de l'Apple Watch sera peut-être relativement modeste. Tim Cook rappelle en effet qu'il est indispensable de posséder un iPhone 5, 6 ou 6 Plus pour pouvoir utiliser la montre, ce qui est un facteur limitant, et il précise également que le nombre d'applications disponibles grandira avec le temps, ce qui donnera de plus en plus d'intérêt à l'Apple Watch. Toutefois, le successeur de Steve Jobs affirme ne pas tenir compte des critiques et du scepticisme ambiant :

Les gens ne se rendaient pas compte qu'ils avaient besoin d'un iPod, ils ne se rendaient vraiment pas compte qu'ils avaient besoin d'un iPhone. Et l'iPad s'est fait complètement descendre. Les critiques se demandaient : « qui a besoin de ça ? » Honnêtement, il ne me semble pas que la moindre chose révolutionnaire que nous ayons accomplie ait été considérée comme un futur hit au moment de sa sortie. Ce n'est qu'avec le recul que les gens se sont rendus compte de sa valeur. Peut-être que cela se passera de la même manière [avec l'Apple Watch].



Car pour Tim Cook, l'Apple Watch n'est pas une montre connectée comme les autres, et les modèles qui existent aujourd'hui seront vite oubliés :

Les technologies fondamentales de la montre sont le logiciel et l'interface utilisateur. Vous travaillez avec un petit écran, donc vous devez inventer de nouvelles manières d'interagir avec celui-ci. Ce qui fonctionne pour un téléphone, une tablette ou un Mac ne marchera pas aussi bien sur un écran plus petit. La plupart des entreprises qui ont créé des montres intelligentes n'y ont pas suffisamment réfléchi, et elles utilisent toujours les gestes multi-touch que nous avons créés pour l'iPhone.

Essayez de réaliser ces gestes sur une montre et vous allez rapidement vous rendre compte qu'ils ne fonctionnent pas. De ce raisonnement découlent de nouvelles idées, comme Force Touch. Sur un petit écran, vous avez besoin d'ajouter une dimension à l'interface utilisateur. Donc vous appuyez un peu plus fort pour faire apparaître une autre interface qui était cachée jusque là. L'écran a l'air plus grand qu'il ne l'est vraiment, en quelque sorte.

Ces nombreuses idées représentent des années de conception, le résultat de beaucoup d'attention, de réflexion, d'essais et d'améliorations. Nous ne sortons rien avant que ça soit prêt. Nous avons la patience de faire les choses bien. Et c'est exactement ce que nous avons fait avec la montre. Nous ne sommes pas les premiers [sur le marché].

Nous n'étions pas les premiers sur les lecteurs MP3, nous n'étions pas les premiers sur les tablettes, nous n'étions pas les premiers sur les smartphones. Mais nous avons probablement réalisé le premier smartphone moderne, et nous aurons la première smartwatch - la première qui compte vraiment.

La couronne numérique de l'Apple Watch.



À ceux qui douteraient de la capacité d'Apple à séduire les masses avec sa nouvelle montre, Tim Cook rappelle quelques points d'histoire :

Avec l'iPod, les attentes suscitées par Apple elle-même étaient à l'époque très basses. Et puis la plupart des gens ont descendu le prix de l'iPod en flammes. Qui veut de ça ? Qui va acheter ça ? Les choses habituelles. Avec l'iPhone, nous avons donné des prévisions : nous avons dit que nous souhaitions attendre 1% du marché, avec 10 millions de téléphones la première année. Nous avons quelque peu dépassé nos objectifs.

Qu'il s'agisse de l'iPod, de l'iPhone ou même de l'iPad, Tim Cook oublie toutefois de préciser que les premières versions de chaque produit ont connu un succès finalement très relatif, si l'on compare leurs chiffres de vente à ceux de leurs successeurs. Si la première Apple Watch essuiera certainement quelques plâtres, c'est plus probablement la direction que prendra l'Apple Watch 2 qui nous permettra de répondre à la fameuse question : en ai-je besoin ?


PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (15)

Vianne

19 mars 2015 à 17:38

On verra... w8 & see

Baraka

19 mars 2015 à 18:05

Joli article, Sylvain !

Je suis entièrement d'accord : l'Apple watch en l'état ne peut être considérée que comme une extension de l'iPhone. Ça plaira sans doute à certains mais, contrairement à l'iPod, à l'iPad ou à l'iPhone, ne répond à aucun besoin ou usage en soi. À part le cardiofréquencemètre, elle n'a rien qu'un téléphone ne pourrait faire. Il y a donc de la marge et pour un peu que de nouveaux capteurs biométriques soient inclus dans la montre, pour mesurer la glycémie et que sais-je encore, les applications sportives et santé seraient une véritable manne. D'ailleurs, une grande partie de la communication est déjà basée là-dessus.

Mr Bob

19 mars 2015 à 18:40

Hey Sylvain, quand est-ce que tu prends des rédacteurs de M4E en stage pour qu'ils ameliorent leur rédaction ?
Allez, un peu de méchanceté gratos, pour bien finir la journée.

matt

19 mars 2015 à 20:01

Bel article je trouve ^^ bien résumé tout ça

VanZoo

19 mars 2015 à 20:51

L'AppleWatch me paraît être une belle promesse d'avenir ( tout comme l'Iphone 1 qui n'avait même pas la 3G quand les concurrents la proposait déjà )

angel of death

19 mars 2015 à 21:17

Eh ben moi j'ai commandé la montre One touch de Alcatel. C'est seulement pour recevoir les notifications et de ne plus devoir ressortir mon iphone pour rien. Le reste : I don't give a shit !

Pour la moitié du prix de l'Apple avec une bien meilleure autonomie et ce que je veux en faire, c'est amplement suffisant.

Sinon, mon cher Tim Cook (Cook in your a**, ok je sors, ah l'humour...), l'ipad, je n'en ai jamais eu besoin, ni en aurai un jour besoin...

Michel Bellemare

19 mars 2015 à 22:46

En résumé, la Apple Watch est la montre de demain... qu'il vaut mieux attendre à demain pour acheter. Baraka a un très bon point, la Apple Watch (contrairement à tous les autres iBidules), n'est pas un appareil en soi. Tout au plus une télécommande de iPhone à porter au poignet, et qui duplique les fonctions de celui-ci.

Contrairement aux prétentions de Apple, je ne pense pas qu'elle est particulièrement soignée. Présenter une montre en aluminium, sans verre saphir, à ce prix, ça frise l'arnaque.

En terminant, certaines compagnies ont fait leur niche du secteur «santé»; en offrant des appareils comme des tensiomètres et des balances (compatibles avec «Santé» de l'iOS 8), et pouvant surveiller la qualité de votre sommeil. La Apple Watch ne pourra jamais le faire, parce que la nuit... elle doit se recharger.
On sent comme une panique chez Apple.

Boonichou

19 mars 2015 à 22:55

"On sent comme une panique chez Apple"

J'adore ce genre de commentaires arbitraires et péremptoires, sortis de nulle part !

Michel Bellemare

19 mars 2015 à 23:06

Sorti de nulle part??? Ça arrive souvent à Apple d'aller au devant des coups, et d'excuser à l'avance un flop appréhendé?

pim

19 mars 2015 à 23:16

Ce qui est merveilleux dans l'Apple Watch c'est que c'est un écran. Les écrans sont en train d'envahir nos vies, c'est la troisième révolution, la première c'était l'écriture (les hommes qui ne savaient pas écrire devaient être mécontent de tout le temps tomber sur de l'écriture scripturale), la deuxième c'était l'imprimerie (et on est entouré de caractères dactylographiés, jusqu'à l'étiquette de votre slip), et voici la troisième, les écrans, partout, tout le temps.

Se poser la question de savoir à quoi ça sert, personne ne sait, ce serait comme remonter au temps de Gutenberg et leur demander à quoi peut bien servir l'imprimerie, ils vous auraient dit que ça va éviter de recopier la bible à la main, et envoyer au chômage tous les moines copistes !!!

Michel Bellemare

19 mars 2015 à 23:34

Très bonne réflexion philosophique Pim. L'Apple Watch est-il un écran... de trop? Au Québec, les textos au volant sont un fléau, qui causent plus d'accident que l'alcool au volant.

L'Apple Watch compliquera le travail policier pour enrayer cette peste, quand consulter ses textos se confondra avec un geste aussi banal que... regarder sa montre.

Thomas

20 mars 2015 à 14:33

@michel: en quelque sorte, l'Apple watch sera un accélérateur de sélection naturelle

matt

20 mars 2015 à 18:24

XD pas mal le coup de la séléction naturelle ^^ je pense qu'on est tous d'accord pour dire qu'elle n'est pas fini cette apple Watch ! Attendons une Apple Watch 2 est on relancera le débat. Essayons maintenant d'imaginer la manière dont Apple va améliorer son produit ! Et pourquoi pas une iWatch dans cet esprit ? http://youtu.be/H9LyQmADrS4

Michel Bellemare

20 mars 2015 à 22:12

Malheureusement Thomas, les imbéciles dans ce cas-ci, se tuent souvent en tuant des innocents.

Guyom

31 mars 2015 à 11:42

Comparé l'Apple Watch à la sortie de l'Ipod, l'Iphone ou l'Ipad est ridicule quand même. C'est 3 produits étaient et sont utilisables de façons autonomes donc déjà le public cible était largement ouvert. L'Apple Watch c'est déjà direct un marché de niche qui se destine au possesseur d'iPhone et Apple sera prétentieux de croire que tout les possesseurs d'iPhone voudront posséder ce produit.

Et non je n'ai jamais vu l'utilité d'un iPod, d'un iPad ou d'un iPhone (tous trop fermé et trop chère) et je doute qu'avec l'évolution de la marque mon dernier MBP soient renouvellés par un autre produit Apple un jour.

Curieux de voir si réellement ce sera un flop.

Réagir

Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion
Inscription



À PROPOS

Qui sommes-nous ?
© 2004 - 2016 Consomac

CONTACT

Rédaction - Technique
Presse - Bons plans

SOCIAL

Consomac sur Twitter
Consomac sur Facebook

FLUX RSS

Les news
Les bons plans



Recherche

Contact

Voir version ordinateur

Sur Facebook - Sur Twitter

RSS News - RSS Bons Plans

À propos

© 2004 - 2016 Consomac