7 nm : la course à la finesse des processeurs continue !


C'est une annonce à peine croyable : IBM a réussi à produire des processeurs gravés avec une finesse de 7 nanomètres ! Alors que les puces actuelles d'Intel sont gravées avec une précision de 14 nanomètres, il faudra attendre l'année prochaine voire plutôt 2017 pour que le fondeur de Santa Clara produise des puces avec un procédé de gravure à 10 nanomètres (il s'agira de la génération Cannonlake). L'étape suivante, à 7 nanomètres, ne devrait donc pas être atteinte avant 2019 si Intel conserve son fonctionnement habituel, et cela ne devrait pas être une mince affaire avec à la clé l'abandon du silicium (lire : Quel avenir pour les processeurs d'Intel ?).


Intel Tick Tock

L'évolution de la finesse de gravure chez Intel (Kaby Lake restant pour le moment à l'état de rumeur - plus d'infos)



Pour arriver à produire de telles puces avec autant d'avance, IBM a lui aussi abandonné le silicium pur pour utiliser un alliage silicium-germanium. Résultat ? La capacité du processeur est quatre fois supérieure aux puces les plus puissantes sur le marché aujourd'hui. De plus, l'ensemble se permet d'être moins consommateur à puissance égale, ce qui est une excellente nouvelle pour la finesse, le poids et l'autonomie de nos ordinateurs.


Le processeur IBM gravé avec une précision de 7 nanomètres



Bien sûr, nous parlons ici d'une fabrication en laboratoire, et non d'une production de masse. Car si IBM réussira certainement à réaliser un joli coup médiatique, il y a un fossé qui sépare cette annonce de la mise en place de chaînes de production efficaces et abordables. Graver des puces avec une précision aussi importante est en effet un challenge considérable. À titre de comparaison, un globule rouge mesure 7500 nanomètres de diamètre, et un brin d'ADN mesure 2,5 nanomètres de diamètre. À ce niveau, la moindre vibration compromet la qualité de la gravure, au point qu'il est nécessaire de construire des bâtiments et des outils spécifiques pour une fabrication stable.

IBM ne possédant plus la moindre usine, ce nouveau procédé de fabrication a été mis à disposition de plusieurs fabricants, dont GlobalFoundries, qui pourront l'exploiter sous licence. L'avenir de la technologie n'est donc plus entre les mains d'IBM, mais la loi de Moore, qui suppose que le nombre de transistors présent dans une puce double tous les deux ans, pourrait donc être encore respectée quelques années. Là où un processeur Intel Core i7 bicoeur de génération Broadwell atteint 1,9 milliards de transistors et une puce Apple A8X en atteint 3 milliards, IBM affirme pouvoir pousser sa technologie jusqu'à plus de 20 milliards. Voilà qui est impressionnant !


PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (13)

Ben10

9 juillet 2015 à 16:18

@Sylvain :
Pour arriver à produire de telles puces avant autant d'avance

L'avenir de la technologie n'est donc plus sous entre les mains d'IBM,

oryzon

9 juillet 2015 à 16:20

Inutile de comparer un résultat en labo avec ce que fait Intel à une échelle industrielle.

Intel ne communique jamais dessus mais vous croyez qu'ils implémentent des usines de 10 milliards de $ avec de nouvelles finesses de gravure sans avoir fait depuis longtemps des tests en labo ?

Ben10

9 juillet 2015 à 16:20

"À titre de comparaison, un globule rouge mesure 7,5 nanomètres de diamètre, et un brin d'ADN mesure 2,5 nanomètres de diamètre"
ou quand la technologie se déguise en biologie, ça me fait penser au film Ex-machina, entre autre...

Michel Bellemare

9 juillet 2015 à 16:33

… ou Terminator!

aexm

9 juillet 2015 à 17:09

Ca me fait penser qu'en laboratoire …

ils arrivaient à faire fonctionner des transistors à plusieurs THz …

Qu'ils arrivaient à manipuler la matière au niveau atomique etc …

bref , je vais rien dormir encore ce soir …


Sebastien

pipoca

9 juillet 2015 à 19:47

Gravure à 7 nanomètres ? Plus facile que de demander à un panda de se reproduire 1 fois par an !

pipoca

10 juillet 2015 à 09:22

Par ailleurs le Ø d'un globule rouge c'est aussi 7 mais plutôt micromètres...

Sylvain

10 juillet 2015 à 09:31

@pipoca : aaaarg ! Merci, j'ai corrigé.

bunios

10 juillet 2015 à 10:41

De toute façon, la fin de la gravure actuelle approche à grand pas. D'ici la fin de la décennie, il va bien falloir trouver un autre moyen pour une puissance accrue supplémentaire.

Michel Bellemare

10 juillet 2015 à 13:11

@bunios: Et ce nouveau moyen de contourner la barrière de la finesse de la gravure sera... l'informatique quantique. Au lieu du système binaire des bits 0 et 1, les ordinateurs quantiques utilisent des «qubits» à la fois 0 et 1.

Alors qu'un ordinateur pour jouer aux échecs, examine «très rapidement» tous les coups possibles un après l'autre; un ordinateur quantique les examine tous en même temps.

Pour vaincre la barrière matérielle de la finesse de gravure, il faut changer de paradigme. Est-ce que Intel restera le meneur, où subira-t-il le sort des vedettes du muet avec le cinéma parlant?

Spinnozza

10 juillet 2015 à 19:53

Pour continuer ce que tu dis Michelle Bellemare : J'avais vu sur Arte un reportage sur des chimistes qui "s'amusaient" a fabriqué du diamant synthétique (ne me demandez pas comment exactement mais il y a une histoire de pression extrême). Et je viens juste de vérifier sur un forum pour voir si je n'avais pas rêvé, tenez vous bien: le diamant synthétique transporte l'électricité 3 fois plus vite tout en dégageant 2 fois de chaleur que nos composants actuels!!! (Il aurait la capacité de remplacer certains composants des transistors comme le silicium, mais aussi le cuivre...) De quoi vous redonner un peu d'espoir

pipoca

11 juillet 2015 à 09:42

@ Spinnozza : 2 fois ... moins de chaleur

(pipoca rectificateur )

Spinnozza

11 juillet 2015 à 12:16

Merci pipoca

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription