La loi de Moore, c'est bientôt fini !


C'est certainement l'énoncé le plus connu de l'industrie informatique : en 1965, un des cofondateurs d'Intel, Gordon Moore, avait postulé que la complexité des processeurs (ou plus tardivement le nombre de transistors embarqués dans les puces) doublerait tous les deux ans. Plutôt respectée jusqu'ici malgré des ralentissements depuis une poignée d'années, la "loi de Moore" s'apprête à rencontrer un mur infranchissable : pour continuer à embarquer toujours plus de transistors, Intel et les différents acteurs de l'industrie informatique ont gravé leurs puces avec une finesse de plus en plus importante... et cette finesse est désormais telle qu'il ne sera bientôt plus possible d'aller plus loin sans se frotter aux effets de la mécanique quantique. L'architecture Skylake qui devrait équiper tous les Macs cette année est gravée avec une finesse de 14 nanomètres, et il faudra patienter jusqu'en 2017 pour Cannonlake et sa gravure de 10 nanomètres. En 2020, la gravure d'une précision de 7 nanomètres pourrait être la dernière miniaturisation avant l'émergence de technologies radicalement différentes (lire : Quels processeurs après Skylake ?).


Gordon Moore

Gordon Moore, par OnInnovation



Quelles seront ces technologies ? Plusieurs pistes sont évoquées pour le moment et William Holt, responsable des processeurs d'Intel, a affirmé au MIT Technology Review que la feuille de route d'Intel sur le sujet n'était pas encore finalisée. Il pourrait s'agir de processeurs spintroniques, ou encore de transistors à effet tunnel. Mais quoi qu'il en soit, William Holt prévient que les futures architectures de processeurs ne mettront pas l'accent sur la puissance mais plutôt sur l'efficacité énergétique. Les puces continueront bien sûr à progresser en terme de performances, mais de manière moins soutenue qu'aujourd'hui. À l'heure de l'internet des objets, l'empreinte écologique de nos appareils (et des millions de serveurs présents dans les centres de données) est d'une importance cruciale, et du point de vue de l'utilisateur final, l'arrivée de composants moins gourmands en énergie permettra la création d'appareils extrêmement fins tout en progressant sur le front de l'autonomie.


PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (12)

Sethenès

10 février 2016 à 10:38

J'espère ne pas dire de bêtise.

Ces deux technologies m'ont l'air plus susceptible de permettre une concrétisation à moyen terme que les "ordinateurs quantiques".

Qu'on soit clair, tant le transistor actuel que les 3 autres technologies sont basés sur des phénomènes quantiques.

Mais les deux technologies présentées me semblent être proche dans leurs principes du fonctionnement actuel. Un spin pouvant être dans deux états, comme l'est aujourd'hui une case mémoire (0 ou 1).

Au contraire, l'ordinateur quantique joue sur une propriété très particulière des états quantiques : leur superposition,

LolYangccool

10 février 2016 à 10:53

Je n'ai toujours pas compris ce qu'était un ordinateur quantique par rapport aux ordinateurs d'aujourd'hui...

Dudu-du62

10 février 2016 à 11:47

@LolYangccool Un ordinateur conventionnel utilise des bit (1 ou 0) tandis qu'un ordinateur quantique peut prendre une infinité de valeurs (en théorie) ça s'appelle des qbit si je ne m'abuse mais de là à t'expliquer comment ça fonctionne j'en suis incapable

Gaius

10 février 2016 à 11:58

J'ai toujours trouvé la loi de Moore débile, et il est temps qu'elle s'arrête ! Depuis quand on doit suivre des feuilles de routes établis plus de 50 ans en arrière, juste parce Moore l'a dit. Depuis 10 ans on tourne avec des proco au dessus de nos besoins. Et cette amas de puissance a rendu les développeurs fainéants à ne plus en avoir rien a foutre de l'optimisation de leurs programmes...

Ils sont comme des cons Intel maintenant, ils savent plus quoi faire après avoir suivit pendant tans d'années cette loi de Moore.

LolYangccool

10 février 2016 à 13:03

@Dudu-du62 : Ok, merci.

VanZoo

10 février 2016 à 13:23

@Gaius ; nous aurons toujours besoin de plus en plus de puissance. Tu ne t'es pas rendu compte que les possibles en informatique ont explosé ces dernières décennies ? Je peux faire bien plus de choses avec mon actuel qu'avec mon 1er ordinateur, l'Amstrad CPC 6128. D'ici quelques années donc, les actuels Mac seront les nouveaux Amstrad

romainB84

10 février 2016 à 18:00

Ce qu'est bien c est que si la puissance des machines n évolue plus beaucoup, cela permettra de rendre nos machines moins rapidement obsolète (si il n y a que 20% d écart de puissance entre une machine et une machine plus récente de 5 génération par exemple, les OS seront obliger d être plus optimisé)

Sethenès

10 février 2016 à 22:04

Je ne suis pas physicien, mais j'ai quelques notions de mécanique quantique.

Vous connaissez probablement cette histoire du "chat de Schrodinger", qui est à la fois vivant et mort. C'est ce qu'on appelle un état superposé.

L'idée est que tant qu'on ne provoque pas la mesure (on ouvre la boite), on ne sait pas. Evidemment, une interprétation pourrait être qu'il soit déjà mort depuis longtemps ou toujours bien en vie. Cette interprétation est fausse (selon la MécaQ), il est vraiment dans les deux états.

Un électron peut par exemple se trouver à plusieurs endroit à la fois, mais au moment d'impressionner la plaque photo ou le système du détecteur, il se "matérialise" en un endroit unique. C'est vraiment comme pour le chat, il est "partout". Ce n'est pas notre ignorance qui provoque cela.

Imaginons par exemple un labyrinthe, dans lequel on met un électron au point de départ. Comme il est partout, il va explorer tous les chemins. Si on met un détecteur à la sortie, il y a bien un moment où il se matérialisera sur celui-ci. Peut être faudra-t-il envoyer plusieurs électrons (il pourrait se manifester ailleurs).

Un ordinateur quantique, fonctionne comme ça. On lui soumet un code à casser et les qubits (qui sont des superpositions d'états) vont explorer toutes les possibilités simultanément. Jusqu'à trouver la bonne.

Donc, si j'ai bien compris, c'est super utile pour casser un code, mais si c'est pour calculer un Excel monstrueux, ça ne va pas fonctionner.

Sethenès

10 février 2016 à 22:12

Cette vidéo donne l'impression d'être pour enfant, mais regardez-la. En 5 minutes à peine, vous comprendrez le problème.

https://www.youtube.com/watch?v=k2qE3QZAYl4

L'expérience qui y est décrite n'est pas vulgarisée.

pipoca

10 février 2016 à 22:49

@ LolYang : dans un premier temps tu peux déjà lire Quantum mechanics and Path Integrals de Feynmann et Hibbs...

Sethenès

10 février 2016 à 23:08

Sur, you are joking Mister Pipoca.

Sethenès

11 février 2016 à 09:08

BTW Pipoca, tu as des notions (ou plus ?) de QED ?

J'ai assisté à un cours sur les diagrammes de Feynman. Extrêmement intéressant (on a entre autre calculé la correction de Schwinger pour le rapport gyromagnétique de l'électron).

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription