La résolution du MacBook Pro est trop faible


C'est un tout petit détail qui passerait presque inaperçu... Et pourtant, il est lourd de sens : avec son MacBook Pro 2016, Apple a changé la définition d'affichage par défaut du système. Auparavant, le MacBook Pro 13,3" affichait par défaut une définition de 1 280 x 800 pixels, et le MacBook Pro 15,4" une définition de 1 440 x 900 pixels. Désormais, le MacBook Pro 13,3" de 2016 affiche par défaut une définition de 1 440 x 900 pixels, alors que le modèle 15,4" affiche une définition de 1 680 x 1 050 pixels. Précisons que la dalle du MacBook Pro dispose toujours du même nombre de pixels physiques (2 880 x 1 800), mais que la définition d'affichage est indépendante de celle de l'écran lui-même. C'est le principe de l'écran Retina : le nombre de pixels de la dalle est largement supérieur à ce qui est nécessaire, afin de présenter des polices plus fines et une qualité d'image exceptionnelle. Dans les Préférences Système, il est ainsi possible de choisir entre différentes définitions d'écran qui permettront d'obtenir une interface plus ou moins grande.


Définition MacBook Pro 2016

Lorsque Apple a présenté son premier écran Retina avec l'iPhone 4 en 2010, Steve Jobs a bien expliqué la différence entre un écran traditionnel et ce qu'Apple appelle un écran Retina : là où un écran traditionnel affiche un pixel, l'écran Retina en affiche quatre. Pour un écran de 2 880 x 1 800 pixels comme le MacBook Pro 15,4", la définition d'affichage native est donc de 1 440 x 900 pixels. En choisissant un affichage de 1 680 x 1 050 pixels, Apple oblige macOS à réaliser des calculs impossibles : au lieu de correspondre à quatre pixels physiques, un point affiché ne correspond plus qu'à 2,94 pixels physiques ! Le résultat à l'écran est donc un peu plus approximatif, même s'il reste extrêmement confortable.


Définition Retina Steve Jobs

En augmentant la définition d'affichage par défaut du MacBook Pro 2016, Apple admet que les écrans de ses ordinateurs portables professionnels sont sous-dimensionnés. Si nous partons du principe que 1 680 x 1 050 pixels représentent une définition idéale pour le MacBook Pro 15,4", alors il devrait s'agir d'une définition native et l'ordinateur devrait être équipé d'une dalle de 3 340 x 2 100 pixels et non de 2 880 x 1 800 pixels "seulement". Le modèle 13,3", lui, devrait être doté d'une dalle de 2 880 x 1800 pixels et non de 2 560 x 1 600 pixels. Alors que les dalles Ultra HD commencent à se démocratiser chez certains fabricants de PC, il serait souhaitable qu'Apple mette à jour les écrans Retina de ses ordinateurs portables. Rendez-vous en 2017 ?


PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (44)

LolYangccool

16 décembre 2016 à 10:42

Ah, depuis le temps que je le dis que les écrans Retina d'Apple sont derrière la concurrence !

skylex

16 décembre 2016 à 10:56

Effectivement, il est temps de passer à une résolution supérieure ! La résolution par défaut des anciens MBP était trop basse je trouve, 1280x800 ça fait un espace de travail vraiment trop petit...
Je suis en 1680x1050 sur mon MBP Retina 13" et je trouve ça convenable, bien que les caractères soient un peu petits et il m'arrive donc souvent de zoomer. Mais c'est un compromis pour avoir un grand espace de travail sur un petit portable.

bunios

16 décembre 2016 à 11:17

Pourtant je pensais à tord que les écrans Rétina étaient meilleurs que la concurrence...sic....Que reste t'il à Apple au final ?

A+

LolYangccool

16 décembre 2016 à 11:57

@bunios : les écrans Retina sont très bons sur tout le reste. C'est "juste" la définition qui est à la ramasse.

pehache

16 décembre 2016 à 12:18

Le raisonnement exposé ici est faux. Le coup du "4 pixels physiques pour 1 pixel logique" permettait à Apple d'expliquer simplement le principe des écrans HiDPI (dits Retina chez Apple), mais en réalité qu'il y ait 4, 3, 2.94 ou n'importe quelle nombre de pixels physiques pour 1 pixel logique n'a quasiment aucune importance :

Ca n'en a strictement aucune pour tout ce qui est affichage vectoriel, où il n'y aucune notion de pixel logique. L'OS calcule l'image directement sur les pixels physiques à partir des éléments vectoriels quelle que soit la résolution virtuelle choisie.

Ca en une pour les images bitmap, mais uniquement dans les cas où elles sont affichées à une échelle de 100% : dans ce cas il est effectivement plus simple de distribuer un pixel d'image sur 4 pixels physiques que sur 2.94 pixels physiques. Dans tous les autres cas (fréquents) il faut et il fallait de toutes façons faire un calcul "compliqué" d'interpolation entre les pixels de l'image et les pixels physiques. Même les icônes bitmap du dock ne sont quasiment jamais affichées en 100%.

Bref, faux problème...

Sylvain

16 décembre 2016 à 12:44

@pehache : Je vais prendre un domaine que je connais bien, le web design : prends par exemple la petite ligne grise qui encadre ce commentaire. Elle fait 1 pixel d'épaisseur. La rendre sur 4 pixels, facile, mais sur 2,94, je vois un peu moins... Ça reste relativement imperceptible parce que c'est bien fichu (et sans doute parce que 2,94 est proche de 3), mais le rendu n'est pas parfait et dans certains cas ça sort quelque chose d'un peu flou.

Macintosh

16 décembre 2016 à 13:04

Du coup n'aurait-il pas mieux fallu garder les définitions précédentes ?

pehache

16 décembre 2016 à 13:13

Le web design entretient depuis longtemps une confusion entre "point" et "pixel", dont il va bien falloir se détacher à un moment, maintenant que les écrans ont des pixels physique bien plus petits que le "point". Alors oui ça peut entraîner une légère sensation de flou quand le ratio entre la taille du point et celle du pixel physique n'est pas un multiple de 2, mais en pratique ça ne m'a jamais gêné.

2DSP

16 décembre 2016 à 13:26

@Sylvain
Je suis d'accord avec ton raisonnement. Cette logique du 4 pixels (réels) pour 1 pixel (virtuel/affiché) permettait d'avoir une image des plus parfaite. Même si la qualité d'écran est là et que pour le commun la définition actuelle des écrans est déjà bien suffisante, Apple étant plutôt une marque d'informatique premium on s'attendrait plutôt à être intransigeant sur ce genre de détail.

Personnellement j'irai encore plus loin que toi... À l'heure où, comme tu le dis, les écrans UltraHD et 4K se démocratisent (même Apple les a intégré avec les iMac 4K et 5K), on se demande pourquoi les ordinateurs portables professionnelles de la marque ont stagnés sur ce point précis.

En partant sur une définition UHD ("4K TV") sur le 15", on serait en mesure de s'attendre plutôt à :
• MBPr 15" : 3840x2400 (294ppp) avec une résolution adaptée à 1920x1200. Ça serait pas mal, une résolution native "4K" et un affichage FullHD.
• MBPr 13" : 3360x2100 (298ppp) avec une résolution adaptée à 1680x1050.
• MBr 12" : 2880x1800 (283ppp) avec une résolution adaptée à 1440x900.

Avec ce procédé on aurait en fait comme un effet de glissement. Je m'explique. Avant, les trois tailles d'écrans standards étaient 13"/15"/17" avec respectivement une résolution de 1440x900, 1680x1050 et 1920x1200. Aujourd'hui les trois nouvelles dimensions standards sont 12"/13"/15".
Si on faisait en sorte que le nouveau 12" récupère l'affichage de l'ancien 13", que le nouveau 13" récupère l'ancien affichage du 15", que le nouveau 15" récupère l'affichage de l'ancien 17" et que l'on applique la règle du rétina (4 pixels réels pour 1 pixel virtuel) alors on retombe sur les définitions que j'ai cité plus haut.
Les informations seront toutes un peu plus petites, c'est vrai, mais le gain en netteté considérable apporté par les écrans rétina viendrait largement contrebalancer ce problème. Sans oublier que, de surcroît, toutes les machines offrirait un espace de travail un peu plus généreux.

? Joe

16 décembre 2016 à 13:32

La dalle ultra Sharp hp 4K du Dell XPS 15 a une définition de 3 840 x 2 160. Sans parler qu'elle est tactile…
Décidément encore un avantage pour cette série XPS.

VanZoo

16 décembre 2016 à 14:43

Une telle résolution sur une si petite dalle est inutile sinon à fatiguer les yeux ! Même les vendeurs de téloche explique que la 4K est inutile en dessous de 50" ( et on est plus loin de sa télé que de son ordi )
J'attend Pehache pour me contredire 😜

Sylvain

16 décembre 2016 à 14:55

@VanZoo : je peux m'en charger si tu veux ! C'est justement parce qu'on est plus loin qu'on ne voit plus la différence, plus ou se rapproche et plus la résolution élevée devient utile.
Et pour la fatigue c'est exactement le contraire, plus la résolution est élevée et plus l'affichage est reposant. À moins bien sûr d'afficher l'interface à la définition native, mais à l'heure du Retina il faut être fou pour faire ça (ou être sur un très grand écran).

Attention à ne pas confondre résolution (densité de pixels, ex. 326 ppp - pixels par pouce) et définition (nombre de pixels, ex. 1 920 x 1 080).

LolYangccool

16 décembre 2016 à 15:43

@VanZoo : Sylvain a raison. Les écrans Hi-DPi sont plus reposant que les écrans classiques.
Et les définitions élevées sont plus utiles également à distance plus faible. Puisque plus on est proche plus on voit les pixels. S'ils sont plus petits on les vois moins du coup.

Sethenès

16 décembre 2016 à 16:33

Ce qu'il faut savoir, c'est que pendant très longtemps ce qu'on voit sur l'image de l'article, n'était pas possible. Les pixels (si on avait repris cette exemple d'une zone noire et d'une zone blanche contiguës) auraient été soit tout noir, soit tout blanc.

Dans ces conditions, quand on optait pour une autre résolution que la nominale (ou un sous-multiple entier), on avait un effet de gouache, l'encre des lettres semblaient couler. L'apparition du mécanisme de correction appelé anti-crénelage (les pixels gris plus ou moins foncés) ont déjà apporté un énorme confort.

Au point qu'aujourd'hui, ce n'est plus une torture d'utiliser un écran hors de la résolution nominale.

Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que depuis toujours, l'affichage sur Mac n'a jamais été pensé "pixel". Et ça, c'est vraiment un différentiel. Parfois on dit que l'écran Mac fait un rendu PDF. C'est, je pense, un abus de langage, mais c'est l'idée. En gros, au lieu de dessiner "à bas niveau" un rectangle de 20 pixels sur 10, on trace un rectangle de coordonnées relatives 46,4 sur 23,2. C'est ce qui est envoyé au moteur graphique et c'est lui qui converti en fonction de ce que représente ces coordonnées relatives.

Pour avoir tâté de le programmation sur OSX, c'est même très difficile de composer une image pixel par pixel. En comparaison, c'est la base de l'affichage sous Windows.

Alors bien sûr, opter pour une résolution nominale ou sous-multiple ajoute encore un confort, mais les conséquences du choix d'une résolution non nominale tendent à disparaitre et ce d'autant plus vite que la densité de pixels par unité de longueur augmente.

LUCIEN89

16 décembre 2016 à 17:21

Oh le mal de tête !! je vais me coucher !!!

VanZoo

16 décembre 2016 à 17:43

M'ouais, je ne suis pas convaincu... La distance à un écran de 50" n'est-elle pas grosso modo la même qu'avec un écran de 15" dont on se rapproche forcément ?
Ils devaient se tromper ceux qui alors disaient qu'une trop grande densité de pixels nuisait à la vue. Je les ai bêtement cru
Plus la définition augmente, plus la résolution augmente, non ?

pehache

16 décembre 2016 à 18:17

Vanzoo : "Ils devaient se tromper ceux qui alors disaient qu'une trop grande densité de pixels nuisait à la vue. Je les ai bêtement cru"

C'est surtout que personne n'a jamais dit ça. Ou alors c'est les mêmes que ceux qui disent que la masturbation rend sourd.

matt

16 décembre 2016 à 18:25

Les histoires de définitions et d'écran semblaient n'avoir aucun secret pour moi mais là l'article + les commentaires m'ont perdu ... Je compte m'offriez un MBP 15" vers janvier, je trouve l'écran très beau contrairement aux analyse des caractéristique technique de certain et je mettrais la résolution au maximum parce que au rendu je trouve que c'est mieux ...

pehache

16 décembre 2016 à 18:53

Bon, quelques considérations utiles :

Les MacBook à écrans "Retina" ont tous à peu près une résolution de 220 pixels/pouce (ppi).

Sur des images type photo, on considère depuis longtemps qu'au delà de 300ppi on ne voit quasiment plus d'amélioration en regardant l'image à 20cm. C'est d'ailleurs tellement acquis que la plupart des tireuses photo professionnelles (type Fuji Frontier) sont à 300ppi (il n'en existe qu'une qui monte à 400dpi, une Agfa D-Lab je crois).

300ppi à 20cm c'est exactement équivalent à 200ppi regardé à 30cm (simple règle de 3). 30cm c'est la distance minimum typique à laquelle on regarde un écran de laptop : ça veut dire que les écrans des MacBook à 220ppi sont parfaits pour les images type photo.

Sur les éléments vectoriels et les dessins au trait à forts contraste (noir sur blanc) c'est un peu différent. 300ppi à 20cm c'est une bonne qualité, mais on perçoit effectivement une (petite) amélioration jusqu'à 600ppi. A 30cm ça correspond à 400ppi.

Conclusion : Apple pourrait donc faire mieux que les 220ppi actuels, même si en soi ça correspond quand même à une bonne qualité.

VanZoo

16 décembre 2016 à 19:45

Merci pour ces informations !
Certains sont bien trop tatillons, on dirait des grands pros de l'image

pim

16 décembre 2016 à 21:51

Dans la dernière beta, sur les anciens écrans Retina, une des définitions est manquante – la plus élevée. Certes on peut y accéder par un autre moyen (il existe plusieurs utilitaires), mais c'est une suppression pénible.

Hangaroa

16 décembre 2016 à 22:59

Ah la vache.. là j'ai trop la migraine je lirai cela à tête reposée demain

matt

16 décembre 2016 à 23:00

Après avoir relu l'article 10 fois et relu vos commentaires 5 fois (j'exagère à peine , nan en vrai je suis pas si con ) il y a une question que je me pose ...

Si les écrans des MacBook Pro ont une définition de 2 880 x 1 800, pourquoi la définition d'affichage est inférieur ? Et pas de 2 880 x 1 800 ????

minipapymetal

17 décembre 2016 à 09:37

@matt, les éléments affichés seraient bien trop petits et on perdrait tout l'intérêt du Retina, à savoir la finesse de l'affichage.

wKns

17 décembre 2016 à 09:55

Pehache ta règle de trois elle ne fonctionne pas aussi simplement (soyons tatillons jusqu'au bout). Ce qui compte c'est l'angle sous lequel tu vois un objet (ouverture numérique) qui limite la résolution (à cause de la diffraction) sur ta rétine. Cet angle dépend d'une fonction trigonométrique qu'on peut approximer linéairement sur un certain intervalle certes, mais qui ne l'est pas !

LolYangccool

17 décembre 2016 à 13:34

@matt : C'est expliqué dans l'article...

pehache

17 décembre 2016 à 14:50

@wkns : vu l'ordre de grandeur des angles en jeu (on parle de l'angle sous lequel est vu un pixel...), l'approximation linéaire et donc la règle de 3 sont plus que valables...

pehache

17 décembre 2016 à 14:53

Elle est même non seulement valable, mais 100% exacte en plus... Un pixel 2 fois plus gros vu de 2 fois plus loin est bien vu avec exactement le même angle (théorème de Thalès !).

2DSP

17 décembre 2016 à 17:30

En fait vous êtes tous proches de la réponse mais n'arrivez pas à la toucher des doigts.

Ce qu'il faut prendre en compte c'est ce qu'on appelle en physique le "pouvoir séparateur de l'oeil". C'est à dire la capacité de l'oeil (humain) à voir distinctement deux points rapprochés. Ce pouvoir séparateur équivaut à un angle "alpha" en dessous duquel l'oeil confond les deux points en un seul au lieu de les séparer. La valeur de cet angle est : "alpha" = 3 x (10 puissance -4), autrement dit : 0,003 radians.

Maintenant prenons l'exemple de l'écran des MacBook Pro rétina 15" actuels, ayant pour rappel une définition de 2880x1800, et faisons quelques petits calculs.

d (diagonale de l'écran) = 15,4 pouces = 391mm
h (hauteur de l'écran) = (10 x D) / racine de 356 = 207

H (distance entre deux rangées de pixels) = 207 / 1800 = 0,115
D (distance entre l'oeil et l'écran) = H / tan(alpha) = 383mm

Résultat, avec une densité de 220ppp on ne peut différencier les lignes de pixels au delà de 38,3cm de distance entre l'écran et les yeux. C'est pas mal... mais le soucis avec ce calcule c'est qu'il prend en compte un différenciation linéaire des pixels et non pas diagonale.
Si on calcule cette distance diagonale entre deux pixels sur l'cran des MBPr 15" on obtient (en appliquant Pytahgore) : (0,115)2 + (0,115)2 = 0,0265. Racine carré de 0,0265 = 0,163.
Si on recalcule D avec cette donnée alors on a : H / tan(alpha) = 543mm.
Donc à l'oeil nu, jusqu'à 54,3cm de distance, on pourra distinguer les pixels des lignes diagonales affichées à l'écran d'un MBPr 15"... tout de suite un peu moins glorieux.

Si Apple passait à 3360x2100 à 257ppp (comme le suggère Sylvain) on aurait :
H = 207 / 2100 = 0,099
D = H / tan(alpha) = 330mm
Les pixels linéaires seront indissociables au delà de 33cm de l'écran.
(0,099)2 + (0,099)2 = 0,02 et racine carré de 0,02 = 0,141
D = H / tan(alpha) = 470mm
Les pixels en diagonales seront invisibles au delà de 47cm de l'écran.
Dans l'ensemble c'est déjà mieux.

Si Apple passait à la UHD à 3840x2400 à 294ppp (comme je le suggère) on aurait :
H = 207 / 2400 = 0,086
D = H / tan(alpha) = 287mm
Les pixels linéaires seront indissociables au delà de 28,7cm de l'écran.
(0,086)2 + (0,086)2 = 0,015 et racine carré de 0,015 = 0,122
D = H / tan(alpha) = 407mm
Les pixels en diagonales seront invisibles au delà de 40,7cm de l'écran.
On arriverait donc très proche du seuil des 40cm, distance à laquelle Apple semble estimer qu'on utilise un ordinateur portable. On noterait un vrai gain en netteté avec cette densité de pixels en permettant de supprimer le désagréable effet de crénelage.

pehache

17 décembre 2016 à 17:57

@2DSP : ton raisonnement est "naïf" concernant les diagonales et tout ça. Le pouvoir séparateur, les points par pouce, tout ça c'est déjà une simplification par rapport aux vrais phénomènes physiques, et si on veut regarder ce qui se passe dans les deux dimensions simultanément c'est plus compliqué que ça.

D'ailleurs tu pars d'emblée sur une fausse piste en disant que la distance entre 2 pixels en diagonale est racine(2) plus grande qu'horizontalement ou verticalement, alors que ce qui compte ici c'est que la distance entre 2 lignes de pixels diagonales est racine(2) fois plus petite qu'entre 2 lignes horizontales (ou verticales).

wKns

17 décembre 2016 à 18:48

Pehache, le théorème de Thalès s'applique pour de la géométrie avec des droites. Considérer la lumière comme des simples rayons est une grossière approximation, surtout que nos yeux fonctionnent à la limite de diffraction. La règle de trois ne fonctionne pas dans ce cas !

Sethenès

17 décembre 2016 à 19:09

Je pense qu'il y a deux conclusions à tirer.

La première est que ce phénomène ne va aller qu'en simplifiant au fur et à mesure de la densification des pixels.

La seconde, c'est que cette course à l'explosion du nombre de pixel pour une surface données (2k, 4k, 5k, ...) est peut être moins importante que certaines équipent de marketing ne nous le prétendent.

pehache

17 décembre 2016 à 21:05

@Wkns : bien sûr que si elle fonctionne dans un tel cas. La diffraction est une phénomène marginal pour ce dont on parle là.

wKns

18 décembre 2016 à 14:43

C'est pourtant ce qui t'empêche de distinguer deux points trop proches.

Sethenès

18 décembre 2016 à 15:51

@wkns : non, c'est la densité de cellule de la rétine qui est le facteur limitant. D'ailleurs, certains animaux voient mieux que nous car la densité de leurs rétines en cellules sensibles est plus grande.

Deux autres considérations générales.

Des effets de la diffraction peuvent s'observe quand vous regarder de la lumière par l'interstice entre deux doigts. Lorsque vous les rapprochez, il semble y avoir des zones d'ombre qui apparaissent "entre" les doigts. Ca, c'est de la diffraction.

Enfin, approximer sin(alpha) par alpha est tout à fait valable pour alpha petit, puisque le développement en série est :

alpha - 1/6 alpha^3 + ...

Le correction n'intervient qu'au cube de alpha.

La correction sur un élément d'1mm vu à 10 cm est de 0,00016mm. Je pense qu'on peut se passer des sinus, surtout avec des densités de plus de 10 pixels au mm (254 dpi / 25,4 pouce/mm) et des distance encore plus grandes.

VanZoo

18 décembre 2016 à 18:56

Discussion de geeks à mille lieux d'être des pros de l'image

wKns

18 décembre 2016 à 21:39

Sethenes, je parle que ce n'est pas valable entre quand tu colles ton nez sur l'écran et quand tu le regardes à 15m. Ensuite les animaux qui voient mieux que nous ce n'est pas la densité de photorécepteurs qui joue (on est à la limite de diffraction dans la fovea chez l'homme) mais l'architecture de l'oeil et le traitement des données par le cerveau.

pehache

18 décembre 2016 à 23:21

Vexé de ne pas tout comprendre, Vanzoo ?

@wKns : à la limite on s'en fiche de savoir ce qui se passe exactement dans l'oeil. Le pouvoir séparateur correspond à un angle à l'extérieur de l'oeil, et cet angle donne une taille strictement proportionnelle à la distance d'observation (d'où la règle de 3). Quant aux animaux qui ont une meilleure acuité visuelle que nous ils ont en général des yeux plus gros, donc dans lesquels l'effet de la diffraction est moindre.

VanZoo

18 décembre 2016 à 23:57

@Pehache, vexé de n'être qu'un geek et pas un pro de l'image ?

pehache

19 décembre 2016 à 01:18

Si être "pro de l'image" implique de dire des bêtises genre "beaucoup de pixels ça fatigue les yeux", bah non du coup je ne suis pas très vexé de ne pas en être un.

2DSP

19 décembre 2016 à 08:42

Les gars je pense qu'il est temps de reprendre son souffle et de se calmer. On est ici pour échanger nos points de vue, éventuellement créer un débat constructif, savoir apporter des réponses le cas échéant quand on s'y connaît vraiment dans un domaine.

Visiblement les éléments pouvant être pris en compte pour définir la densité de pixels nécessaire pour avoir un rendu d'image parfait à l'écran sont nombreux et peut-être touchons nous tous une part de la vérité. Ce qui est certain, c'est que ça nous dépasse.

L'idée n'est pas d'imposer son avis pour paraître le plus intelligent et encore moins de tomber dans des querelles quasis juvéniles quand on se retrouve en manque d'argument... reprennons nous et comportons nous comme des adultes respectueux et respectables.

wKns

19 décembre 2016 à 09:46

Vanzoo c'est pas être un geek que de connaître et se servir des lois de la physique et de son bon sens ...

Claude François

19 décembre 2016 à 23:02

Qu’en partant d’ici tu commets peut être l’erreur de ta vie
Oui de ta vie

Hello

20 décembre 2016 à 10:34

Personellement, utilisant mon MBPr 15" 2015 tout les jours avec des softs pro riches en affichage (Adobe Premiere et DaVinci Resolve), quand je suis en déplacement je suis toujours en 1920*1200 (le maximum) et je trouve ce monde parfait en terme de finesse d'affichage et de confort de lecture (bien que tout soit effectivement assez petit). Quand je surfe je passe parfois à 1440*900 voire même 1280*800, en full sceen sur safari. Mon principal regret est logiciel, j'aimerai pouvoir passer d'une résolution à l'autre beaucoup plus rapidement.

Quand je suis au boulot mon MBPr est écran fermé et je travaille avec un écran informatique et un moniteur de référence pour le retour vidéo, avec une carte vidéo externe (Blackmagic en thunderbolt) ce qui me permet d'avoir une sortie HDMI ou SDI à 25 fps en 10 bit.

Sinon un autre problème très agassant pour moi avec le retina en 1920*1200 est la gestion de la vue 100% sous Lightroom ou le calcul de taille d'affichage me parait inadéquat, et qui ne peut être modifié. Mais ca c'est du ressort d'Adobe...

Réagir

Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion
Inscription



À PROPOS

Qui sommes-nous ?
© 2004 - 2017 Consomac

CONTACT

Rédaction - Technique
Presse - Bons plans

SOCIAL

Consomac sur Twitter
Consomac sur Facebook

FLUX RSS

Les news
Les bons plans



Recherche

Contact

Voir version ordinateur

Sur Facebook - Sur Twitter

RSS News - RSS Bons Plans

À propos

© 2004 - 2017 Consomac