Jump to content

Sethenès

Members
  • Content Count

    2563
  • Joined

  • Last visited

About Sethenès

  • Rank
    Passionné de Consomac

Recent Profile Visitors

44925 profile views
  1. J'ai quand même l'impression qu'il y a un défaut de parallaxe dans la prise de vue elle-même. Serait-il possible de prendre une nouvelle photo avec une latte ou une règle posée sur la barre d'espace et qui "soulignerait" tant les textes des touches à gauche de la barre d'espace que celles de droite ?
  2. Par rapport à ça, j'ai un vieux réflexe de programmeur en C. Je vous explique. Lorsqu'on doit manipuler une variable qui contient un nombre, c'est assez simple. Il suffit de choisir le bon type par exemple "byte" pour un nombre compris entre 0 et 255, int32 pour un nombre entre 0 et 4 milliards et des poussières. Dans le premier cas, le compilateur va réserver un octet en mémoire et dans le second, il va en réserver 4 (int32, 32 bit, 4 octets). Donc, dès la compilation (avant l'exécution), le compilateur connait la longueur exacte de l'espace à réserver. Lorsqu'on à affaire à une chaîne de caractère, c'est plus compliqué puisqu'au moment de la compilation, on ne sait pas si la chaîne Prénom va contenir "Paul" ou "Pierre-Henri". Pour pallier ce problème, il y a plusieurs solutions mais qui en gros reviennent toutes à réserver un espace en mémoire un peu plus long que celui qui est nécessaire. Se pose alors un problème : comment connaitre la taille exacte de la séquence de caractères contenue à un moment donné dans la chaîne ? Soit on stocke "en plus" sa taille, soit on utilise un artifice qui est d'interdire un caractère en particulier et d'utiliser ce caractère comme signe de fin de séquence. Vous connaissez tous le code ASCII, 65 équivaut à "A", 97 à "a",le code 49 équivaut à 1 et 48 équivaut à "notre" 0 (zéro). Et c'est le code ASCII 0 qui équivaut à une fin de chaîne. Souvent on utilise le mot null ou nil pour désigner ce zéro de fin de chaîne. Si vous avez bien compris, en mémoire lorsqu'on à la chaîne "0", on a en fait deux octets, le premier contient le nombre 48 et le second 0. Ici, ce "nul" me fait vraiment penser à cela. Alors, est-ce du debugging qui a été mal supprimé lors de la publication définitive ? Une autre raison ? Cela je ne sais pas, mais ça ne m'inquiète pas outre mesure.
  3. Connaissant Apple, je suis assez d'accord qu'ils feront tout pour migrer au plus vite vers ARM. La question est de savoir s'ils en seront capables. Même en excluant les 5 processeurs du Mac Pro et les 4 de l'iMac Pro, je suis sûr qu'ils utilisent au moins 20 CPU différents d'Intel dans leurs machines. Comment vont-ils pouvoir, même en 2 ans, développer autant de CPU différents ? Déjà le fait qu'on ait droit à un ARM "recyclé" dans le Mac ARM de test est quand même un signe. Si développer un CPU était "si" simple, pourquoi n'aurions-nous pas eu un Apple Silicon dans le Mac de test ? Quelqu'un faisait remarquer sur un autre forum que le coût de développement était quand même très élevé et qu'il fallait en produire, des puces, pour l'amortir. Et là, je lui donne raison sur un point : toute une génération d'iPhone (qui a, je le rappelle, exactement la même puce pendant toute sa durée de vie, durée artificiellement allongée par la pratique de décote des modèles des années précédentes) représente un volume qui n'a rien à comparer au volume des Macs d'une même génération, surtout si on divise encore le volume des Macs par 20 ... Je pense qu'Apple va apporter plusieurs réponses à ce problème : 1) une diminution de nombre de puces, 2) un réemploi des puces comme ils viennent de le faire avec le Mac Mini ARM : la puce d'un bon MBP pourra être la même que celle d'un iMac moyen de gamme par exemple. Evidemment, cela aura(it) des conséquences et notamment une : le compromis. Si les puces sont multi-usages, elles seront forcément moins spécialisées pour un usage particulier. Il y a une autre question qui est décisive : la première machine ARM sera-t-elle directement telle qu'Apple le souhaite ? Autrement dit, sont-ils repartis d'une "vrai" feuille blanche ? Pour y répondre, je vais m'interroger sur les OS. Jusqu'à quel point les 2 OS ont-ils suffisamment convergé ? Au plus j'y pense, au plus je me dis qu'il y aura une phase d'adaptation également du côté d'ARM. Car au fond, Apple a totalement les mains libres, mais c'est aussi une faiblesse. Quand il y a un standard imposé par d'autres, on est obligé de le suivre. On sent quand même bien que d'une génération d'iOS à l'autre, les conséquences sur les anciens iPhone sont bien plus importantes que si on compare les conséquences de deux générations d'OSX sur les anciens Macs. Avec une conséquence importante : si les premières machines ARM ne sont pas telles qu'Apple le souhaite vraiment, auront-elles une plus longue vie que les dernières machines Intel ? Là est la question !
  4. Nooon ... mais les capacités cognitives diminuent, il n'y a rien à faire. Les apprentissages sont de plus en plus lents, c'est comme ça. J'ai offert un iPad à ma mère en 2011 (76 ans) et elle a adoré. 5 ans plus tard, ça n'aurait plus été pareil (et elle jouait sur mon commodore-64 mais bon, c'était en 1986). Pour ce qui est de la problématique ARM je veux bien ... mais qu'est-ce que ça va changer pour elle ? L'autonomie ? Les perfs ? Pour du mail et Netflix ? Les nouvelles versions d'OSX ? A la limite, je trouve que dans son cas, il vaut mieux un Mac bien au point, comme les MBA de 2020 plutôt qu'un prototype. Ceci dit, tu peux attendre la fin de l'année "pour voir". Par contre, je tiendrais compte de la version d'OSX de l'iMac. Personnellement, j'essaierais que les 2 ordis aient la même. Si l'iMac n'est pas compatible avec la nouvelle version annoncée à la rentrée ...
  5. Pour le MBA, la question c'est surtout le trackpad. Penses-tu qu'elle pourra aisément faire la transition de la souris au trackpad ? Evidemment, comme elle a l'iPad Mini ... mais avec un iPad on voit ce qu'on fait. Il y a bien sûr la possibilité d'une souris externe mais l'encombrement se rapproche alors tout doucement d'un iMac. Personnellement, avec quelqu'un de cet âge, je n'attendrais pas deux ans en tous les cas. Au plus tôt au mieux !
  6. (j'ajoute) Ce qu'il faut bien comprendre aussi, c'est qu'Apple à l'habitude de tourner le dos très rapidement à ce qui les emm... Au moment du passage à x86, ils n'ont presque plus rien sorti comme machines et seules 2 versions d'OSX ont été compatible avec les PowerPC et les x86. Autant le savoir avant d'acheter une machine d'un tel prix.
  7. C'est possible. Mais quel que soit le modèle de Mac ARM qui sortira en premier (Apple l'a annoncé pour fin d'année, donc dans 4 ou 5 mois), il sera un mine d'information puisqu'il sera possible de comparer avec le modèle non-ARM qu'il remplace. Et à partir de là, extrapoler pour les autres modèles à venir.
  8. Je pense que si tu le peux, le mieux est d'attendre que les premiers Mac ARM sortent. Cela donnera une idée d'où on est au niveau des performances, de la stabilité, des limitations, du support Windows, etc. A ce moment là, tu pourras faire ton choix de manière plus éclairée qu'aujourd'hui.
  9. Apple annonce un remplacement complet de la gamme d'ici 2 ans. L'élément clé, pour un portable de ce prix, sera la revente.
  10. Le problème des anciens modèles est le clavier papillon. Mais je ne sais plus à partir de quand (MBA 2020 ?) ce problème a été réglé.
  11. Informer, oui, mais il faut aussi tenir compte du besoin de la personne. De plus, prend le cas de mon iPad mini 1, sorti (et acheté) en novembre 2012. La dernière version d'iOS supportée est la 9.3.5. Autrement dit, dès octobre 2016, il n'était plus supporté. Donc voilà un exemple où un délai de 4 ans est d'application pour un iPad.
  12. Pour ma part je pense qu'il faut surtout analyser la question qui est posée et au travers d'elle, le besoin de la personne qui la pose. Entre l'étudiant qui a besoin d'un "petit" Mac "aujourd'hui" et le graphiste qui investi pour les dix ans qui viennent, il y a quand même de la marge. Recommander un MacBook Air à l'étudiant peut avoir du sens, tout comme suggérer au graphiste de patienter deux ans s'il le peut.
  13. Sethenès

    Ransomware

    Le malware est un programme local, donc pas besoin d'internet pour fonctionner. L'encryption est un processus relativement long. Je ne connais que l'équivalent windows, bitlocker qui met le PC à genoux pendant deux bonnes heures (mais sur HDD, jamais fait sur SSD). Pendant tout ce temps, les fichiers restent accessibles. Soit ils ne sont pas encore encryptés, soit ils sont décryptés "à la volée". Si tu appliques vraiment cette logique à 3 disques, ce qui fait que tu dois toujours avoir un backup qui a une dizaine de jours au moins, les risques sont moindre. Mais pas nuls.
  14. Un iPad, ce n'est pas un ordinateur.
  15. Sethenès

    Ransomware

    Combien de fois par mois le connectes-tu au Mac ?
×
×
  • Create New...