Jump to content

Sethenès

Members
  • Posts

    2,759
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Sethenès

  1. Le stockage est certes négligeables (il manque un 0, mais ça ne change pas grand chose). Par contre le taf ... En plus, offrir une promo, c'est bien mais si elle est épuisée en quelques heures, en quoi est-ce représentatif du marché, quelle valeur en terme de volume lui attribuer ?
  2. Je pense que tu as, ce qu'il en tout cas possible de garder car imaginer de conserver les "promos" des revendeurs me parait impossible. Si tu vas sur la page consacrée à un matériel en particulier (en utilisant les liens tout en haut du site, par ex: iPhone) et que tu fais défiler le contenu, tu as une section "GAMME ACTUELLE : DATE" et en dessous tu as un lien "Plus de dates - Consulter l'Historique".
  3. Le meilleur exemple, c'est le Luxembourg où tant l'allemand que le français sont langues principales. De plus, les mathématiques sont données en allemand dans toutes les écoles du Grand-Duché tandis que les sciences sont données en français. Il en va de même pour toutes les matières. Pour la Suisse, je ne suis pas très au fait, mais je pense que la situation à plutôt tendance à se dégrader et à se rapprocher de la Belgique. Pour les pourcentages que tu cites, c'est vraisemblable et très variables selon les générations. Tu as des flamands de 60+ ans qui parlent mieux français que moi (je fais énormément de fautes à l'oral) et qui font moins de fautes à l'écrit que je n'en fais (si si). A ce titre d'ailleurs, signalons que pas mal de parents francophones de ma génération ont opté pour l'enseignement néerlandophone. Les enfants de mon meilleur ami ont fait toute leur scolarité en néerlandais et sont parfaits bilingues. Ils travaillent tout deux dans une université flamande et sont en couple avec des flamand(e)s ! Ceci dit, mes deux parents parlaient le flamand (du "plate" pour l'un des deux, mais pas pour l'autre qui maitrisait quand même correctement le néerlandais) et ils n'ont pas jugé utile de me l'apprendre (c'était la langue des "postiers", dixit mon père en guise d'excuse). Comme quoi les retournements de l'histoire ... et j'ai à peine 54 ans ... Les flamands de 40-, c'est vraiment autre chose. Ils ont été élevé dans l'esprit que le francophone, c'est le métèque. Ce n'est pas moi qui le dit, mais un journaliste de France 2 en plein JT de 20h lors d'une des grosses crises politiques d'il y a une dizaine d'années. Par contre, ce qui est vraiment pénible, c'est que les flamands parlent habituellement 3 niveaux de leur langue. Entre eux, au travail, ils parlent leurs patois, un langage très "plat", qui en plus diffère en fonction de la région. Disons que ce serait l'anglais parlé "à la western" (comme dans les danses "country" si tu vois). A côté de cela, ils ont le tussen-taal (tussen, interdmédiaire) qui serait l'équivalent de l'anglais correct mais des USA. Pour certains, c'est le mieux qu'ils ont en stock. Enfin lorsqu'ils s'expriment à l'écrit (par exemple au service du personnel, à un client, ...), c'est l'anglais d'Oxford. Et encore, c'est très en deçà de la réalité. Exemple : Je prends comme exemple, le fait de demander le nom à quelqu'un. J'essaie d'abord de le rendre en français (Correct, Tussen et Patois) : Comment t'appelles-tu ?, Comment tu t'appelles ?, C'est quoi ton nom ? (variante : Ton nom, c'est quoi ?). En néerlandais cela donne (oe = le son ou, les h sont aspirés) hoe heet je ? (en Oxford) / oe noemde gij ? (en Patois) Avec le premier prononcé de manière très châtiée et le second ... "plate de chez plate" (accent wesh madam mais à la belge). Ici, un exemple croustillant à la belge. Le texte en dessous est en tussen-taal, dirais-je. La dame parle un patois léger (elle dit gheil pour jij avec le j prononcé comme le y anglais dans you, prooten pour praaten, ). Elle je la capte. Et lui parle un patois qu'il est visiblement le seul à encore comprendre ... compare ce qu'ils disent et ce qui est écrit. Les mots mêmes sont modifiés. Aimé, c'est son prénom. Ici, un plaidoyer d'un panel d'universitaires flamands, je cite (traduction automatique par Google) Source https://www.knack.be/nieuws/belgie/parlez-vous-francais-een-vlaanderen-met-minder-frans-is-ontegensprekelijk-een-armer-vlaanderen/article-opinion-1479669.html
  4. Ca change et de plus en plus. J'essaie de retrouver une réponse (qui date déjà d'une dizaine d'années je pense) d'un analyste flamand qui donne cours en supérieur à Bruxelles (cours de Néerlandais). Il est donc un bon observateur de l'abord du néerlandais par les jeunes francophones et il répond suite (de mémoire) à un article qu'il a rédigé dans un journal néerlandophone (ou peut-être un chat sur le site dudit quotidien) qui aborde justement ces questions. Une dame l'interpelle (en néerlandais bien sûr) sur le sujet en arguant que "Les francophones ne veulent pas parler le néerlandais. Point.". Et il est clair en disant, oui, il y a des francophones qui ne veulent pas le parler. Mais il y en a d'autres et je suis bien placé pour le savoir (en ma qualité de prof de langue, etc.). Ceci dit, la proportion de jeunes flamands qui connaissent le français est elle en chute libre, mais à défaut, leur connaissance de l'anglais est en général très bonne alors qu'il y a la clairement un différentiel avec les francophones qui ne maitrisent aucune autre langues clés (allemand, anglais ou espagnol, disons). Enfin tu n'auras pas manquer le petit "taunt" que j'ai adressé à mon compatriote.
  5. Je ne suis pas doué avec les langues. Mais je n'ai pas trop eu le choix. Ceci dit, ça me fait gentiment sourire quand je peux leur rendre la monnaie de la pièce. Cela m'est déjà arrivé de téléphoner en Hollande et là ... je parle en néerlandais. Tu sens la gène au début car forcément, ils croient le discours des flamands de Belgique comme quoi les francophone ceci, cela. Même un jour, j'ai commandé une pièce dans une petite entreprise familiale près de Bruges. Là aussi ... tout en flamand et j'aime autant te dire qu'ils étaient scotchés.
  6. Ja, sorry. Ik vergeet het. Beste kans voor jouw beslissing
  7. OK, là je réagis (note : j'ai commencé ma rédaction avant le post de LYC et donc la tienne). Tout d'abord, opter pour 8 GB aujourd'hui, c'est quand même un choix qui doit être motivé. Si tu as eu 16 GB, je ne redescendrais pas à 8 GB. Evidemment tout dépend du temps que tu comptes garder la machine. 18 mois, c'est une chose. 5 ans, c'en est une autre. Je ne conseillerais cette option qu'à un étudient en Lettres qui ne fait qu'un peu de surf et du FB. C'est caricatural mais ... vrai. La partie GPU de la puce M1 est certes bien meilleure que celle qui équipe le Mac Mini Intel de 2018 (UHD 630) mais ... pour être honnête, la puce Intel est vraiment faiblarde. Ici une comparaison entre les deux : https://askgeek.io/fr/gpus/vs/Apple_M1-gpu-vs-Intel_UHD-Graphics-630 Ici une comparaison avec la puce d'Intel qui remplace l'UHD 630 et qui est sortie il y a un an déjà (soit 2 mois avant l'Apple M1) : https://askgeek.io/fr/gpus/vs/Apple_M1-gpu-vs-Intel_Iris-Xe-Graphics-G4 Quand je dis "remplace", c'est un peu plus complexe car cette puce existe en 4 versions et si je n'ai pas fait d'erreur, j'ai linké la plus petite en terme de perf. Elle est objectivement mieux que les deux puces d'Intel. Mais ce sont des puces proposées à titre subsidiaire par Intel. Pour que l'acheteur ou le constructeur n'ait pas à mettre une puce dédiée.
  8. Comme d'hab, essayer sur un endroit non directement visible. L'idée du lavage à la main me parait bonne. Savonnée à max 30°C. Et attention, rien que le bracelet au cas où il déteindrait. Si rien ne fonctionne, tenter en dernier recours, un produit pour linge délicat mais pur. Une goutte, sur la face arrière, laisser agir 10 minutes et rincer. Il ne faut pas trop exagéré non plus dans l'autre sens. La transpiration est relativement corrosive et j'imagine qu'il y a bien eu déjà avoir de l'eau avec du savon dessus (ne fut-ce que quand on se lave les mains).
  9. Au départ, je ne pense pas. Ce que je suspecte plus, c'est un SP1 ou une "Second Edition" comme avec Windows 98, d'ici un an ou deux. Evidemment cette 2ème édition exigerait un PC full compatible.
  10. La nouvelle est tombée, c'est toi même qui m'en a fait part, les devs ont perdu le bras de fer. Donc, tu vas pouvoir installer Windows 11.
  11. Parce que pour une fois, les devs de Microsoft ont voulu faire une rupture "à la Apple". Et comme d'hab dans ce cas, tu as plusieurs réactions possibles suivant que tu es plus ou moins touché. C'est ce même genre de rupture d'avec les x86 qui permet au Mac M1 d'offrir de telles performances. Ceux qui ont acheté la dernière génération de Mac x86 sont probablement plus critique que ceux qui ont des Macs plus anciens qu'ils attendaient de remplacer. Ici, malgré tout, et vraiment LYC l'élément important est que jusqu'ici rien de ce qui est faisable avec Windows 11 ne l'est pas avec Windows 10, je trouve dommage que les devs aient perdu ce bras de fer. Pouvoir, dans le cœur même de l'OS, s'affranchir de vieilles compatibilités ou devoir pallier l'absence de certaines technologies, cela aurait pu donner un vrai coup de boost à Windows 11. Parce que c'est la conséquence évidente. Les avoir empêcher de se défaire de ce passé aura des conséquences sur le futur. Surtout si c'était assumé. Ici, malgré tout, je pense qu'au fur et à mesure de la vie de Windows 11, les problèmes de compatibilité vont s'amplifier. Et au fond, je l'espère. Dans 3 ans, quand de toute manière tu auras changé de machine, ne trouveras-tu pas dommage que Windows traine des vieilles compatibilités sous Windows 11 ?
  12. Je te l'avais écris par mail ... une bêta ... reste une bêta. De plus, on sentait bien (et la simplicité de l'astuce qui permettait de quand même installer Windows 11 le suggérait) que le filtrage était uniquement fait par le programme d'installation et pas par une quelconque incompatibilité réelle. Pour le reste, il est vrai que quand la puce M1 est sortie, j'avais fait de l'argument de la fin du support d'Apple sur les CPU x86 d'une part et la disponibilité des nouveaux OS d'autre part, l'un des gros point noir (ou du moins une question qui méritait, vue le passé d'Apple en la matière, d'être soulevée). Bon, certes Microsoft annonce un support de Windows 10 jusqu'en 2025 mais ...
  13. C'est ce que j'expliquais avec les générations. Choisir un "gros" PC, c'est forcément taper dans la génération N-1. En choisissant un "super"-gros PC en 2015, j'ai tapé dans la génération N-2 (Haswell-E). Mais ... je le savais. Au moment où tu as acheté ton ROG (Skylake 6700), les puces Kaby Lake étaient déjà disponible sur les machines d'entrée de gamme. Ceci dit, justement ce sont ces puces Kaby Lake qui ne sont pas supportées non plus. Les plus anciennes machines supportées sont justement le gros modèle qui fait suite au tiens (les Kaby Lake 7700). Et cela répond, je crois, à l'une de tes questions qui est celle du pourquoi. Je pense justement que Microsoft veut s'assurer que les CPU aient certaines technologies bien précises. Il doit y avoir une différence entre ces puces Kaby Lake sortie au Q1 2017 et celles sorties précédemment. Voir l'article détaillé du blog de Microsoft : https://blogs.windows.com/windows-insider/2021/08/27/update-on-windows-11-minimum-system-requirements-and-the-pc-health-check-app/ dans lesquels ils insistent sur de nouvelles technologies pour les drivers mais aussi sur la présence de nouvelles sécurités pour les VMs. Ici les deux extraits où il est question de ces sujets : Malgré tout une analyse fine des CPUs Intel et AMD compatibles met à mal cet argument (MBEC est une autre technologie qui permet de sécuriser les VMs). Voir ici par exemple (AMD) : Mais pour en revenir au sujet que tu soulevais, effectivement, avec une compatibilité descendante d'à peine 4 ans (voir un tout petit peu plus), cette fois, c'est Apple qui s'en sort mieux au comparatif alors que jusqu'ici, Microsoft était grand gagnant avec un support de Windows 10 qui a largement dépassé les 10 ans (puisque nombre de machines Windows 7 étaient totalement compatible avec Windows 10). La machine la plus récente non compatible avec Monterey est le MBA de début 2015 et vendu jusqu'au Q1 2016, soit il y a 5,5 ans. Encore une fois, la fin du support chez Apple a des conséquences directes en terme d'usage. L'exemple récurrent de Xcode (c'est à chaque fois pareil quand une machine n'est plus supportée par le dernier OS) et l'exemple exceptionnel de Metal sur les Macs non compatible avec Mojave en sont une preuve concrète. Or, à ce jour, il n'y a rien de comparable (à ma connaissance) avec Windows 11. Certes, on ne peut pas (ou on ne devrait pas) l'installer sur une machine non compatible mais rester sous Windows 10 n'a pas d'autres conséquences. Plus fondamentalement, je pense que Microsoft a commis plusieurs erreurs. S'ils voulaient trancher dans le lard, ils n'auraient jamais du sortir une version bêta compatible. Ensuite, ils auraient du l'annoncer bien à l'avance. Je dirais au moins une année avec la sortie (comme Synology le fait par exemple). Enfin, ils auraient pu postposer Windows 11 d'un an. Ce que je crains, c'est qu'il flottera une épee de Damoclès au dessus de la tête de ceux qui auront malgré tout installé Windows 11 sur une machine officiellement non compatible. Au fond, le risque sera le même qu'avec un Hack, à savoir qu'un jour, une extension de Windows 11 ne soit pas compatible.
  14. Le "master browser" est un mécanisme qui pallie l'absence du WINS dont je parlais plus haut. C'est un système assez tordu avec un processus d'élection qui a lieu à certains moment. D'ailleurs à l'époque, le gars dont le PC était "élu" voyait son PC "tricoter" sans arrêt (puisqu'il jouait le rôle des renseignements téléphoniques pour toutes les autres machines du réseau). Evidemment dès que le gugusse en question éteignait son PC ... une nouvelle élection avait lieu ... un vrai foutoir ! Après l'introduction des Domain Controller, les choses se sont arrangées puisque ceux-ci gagnaient systématiquement les élections.
  15. Je pense aussi qu'il faut évaluer les conséquences. Si tu prends le cas de mon iMac de 2011 qui n'est pas compatible avec Mojave sorti en 2018, cela a des conséquences directes. Tout d'abord ... alors que le GPU peut tout à fait faire tourner tous les jeux actuels sous Windows 10, il y a tout une série de jeux qui ont cessé de fonctionner car les développeurs sont passés à Metal. Metal que je ne peux pas installer sur l'iMac de 2011. D'autre part, je n'ai pas la possibilité d'y installer Xcode 10, 11 ou 12. Or, si je veux poster du code sur l'Apple Store, j'ai besoin de Xcode. Donc depuis septembre 2018, je suis coupé du business d'Apple. Alors que techniquement mon PC est tout à fait compatible. Cite-moi un seul équivalent pour le non support de Windows 11, outre le fait de ne pas pouvoir installer Windows 11 (ni en dur, ni dans une VM), qui t'impacte de ce fait ? Qu'y a-t-il comme fonctionnalité (que tu l'utilises ou pas) qui t'est inaccessible du fait de l'impossibilité d'installer Windows 11 ? Sachant qu'en plus, Microsoft s'engage d'ores et déjà à supporter l'OS et fournir tous les upgrades pour Windows 10 jusqu'en 2025. Enfin, des PCs de 3 ans non compatible, il faudrait quand même me fournir un exemple. Signalons quand même que les premiers benchs sortent pour les PCs de la 12ème génération et que les générations 12, 11, 10 et 8 de CPUs sont toutes pleinement compatible. Pour la 7ème, c'est vrai, seuls quelques-uns le sont. Les CPUs Kaby Lake sont disponibles depuis 5 ans pour les plus anciens (Q3 2016) et 4,5 ans pour la plupart (Q1 2017) (avec quelques exceptions à 4 ans Q3 2017). Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Kaby_Lake
  16. Petit update, étant donné que LYC m'a envoyé le lien suivant : https://www.phonandroid.com/windows-11-microsoft-bloquera-pas-installation-vieux-pc.html Je trouve cette position de Microsoft intéressante. Au fond, c'est presque l'équivalent du Hack pour Mac. C'est toléré mais pas du tout supporté ni encouragé. C'est à "vos risques et périls". Pour ma part, je ne compte pas passer le PC incompatible sous Windows 11. Par contre, ce qui m'ennuyait, c'est qu'il joue le rôle de serveur de VM et j'imaginais ne pas pouvoir y installer de VM Windows 11. J'imagine que ce sera dorénavant possible.
  17. A priori je dirais que l'entrée de gamme sera remplacé par la puce M2 qui "logiquement" sortirait au Q1 2022 tandis que les Mac Mini Intel actuels devraient être remplacés par la puce M1X qu'on annonce pour cet automne (Q4 2021).
  18. Tout d'abord une question. Est-ce que ton réseau est "plat". Je veux dire est-ce que tu as plusieurs "subnets", du "nating" ou des VLANs ? Si tu ne sais pas de quoi je parle, tu as probablement un réseau "plat". Deuxième question, qui donne les adresses IP dans ton réseau ? La manip qui suit est à faire sur le PC qui ne "voit" pas les autres afin qu'ils les voient. Mais ne le fais que si tu en as l'utilité. Ce que tu peux essayer de faire, c'est d'ajouter une entrée au fichier LMHOSTS. (. rien du tout), fichier qui justement fait la correspondance entre les adresses IP et les noms NETBIOS (c'est l'équivalent du fichier hosts. pour le hostname / ip en l'absence d'un DNS et le WINS est l'équivalent Netbios du DNS pour les hosts). Mais cela ne sera d'aucune aide pour la question des impressions. Lien : https://aidewindows.net/reseau-hosts.php
  19. Je suis tombé sur un site qui détaille la manip' pour partager une imprimante sous Windows 10. A priori, si cela fonctionne depuis les autres PCs, cela ne devrait pas être nécessaire mais ... tu peux toujours l'essayer. Comme d'hab ... à tes risques ... (A partir du dernier tiers de la page) : Lien : https://www.windowscentral.com/how-share-files-and-printers-without-homegroup-windows-10 Ah oui, donne un autre nom à l'imprimante (Printer4Mac ou un truc du genre).
  20. Tout d'abord, je voudrais préciser que même si j'ai "aussi" un réseau PC, mon imprimante est directement connectée au réseau. Et cela fait plus de 20 ans que c'est comme ça. D'autre part, je ne me suis pas emm...., car j'ai un "vrai" Windows Server (2003) sur lequel j'ai activé la fonction WINS Server. Et le WINS, justement, est un service qui tient un "botin" avec la correspondance du nom NETBIOS avec l'adresse IP de la machine. Il ne faut pas se laisser induire en erreur, cela n'a rien à voir avec le BIOS. NETBIOS (LAN MANAGER en fait) est juste une surcouche Microsoft au dessus du réseau classique (ex TCP-IP) et c'est le nom de la machine dont tu as besoin. Donc, bref, si je t'explique ça, c'est que je ne suis pas, mais absolument pas, dans la même situation que toi. Donc je t'aide en aveugle. Ensuite, de ce que je lis ici, je cite "In previous versions, the easiest method to share a printer was using HomeGroup, but now even without the feature, you can still share a USB printer with other users in the local network.". Donc, apparemment avant WIndows 10, il y avait des facilités pour partager une imprimante USB d'un PC à l'autre. D'où ma question évidente, quelle est la version de Windows qui équipe le PC ?
  21. As-tu essayé ce qui est suggéré ici : https://support.apple.com/fr-be/guide/mac-help/mchlp1656/mac ?
  22. Merci pour le job. J'ai récupéré les fichiers originaux ... au cas où
  23. Cet article causera de Windows en général et de Windows 11 en particulier ... libre à vous de poursuivre la lecture ou pas. Selon moi, Microsoft était (et est) devant un choix. Soit ils souhaitent une rapide adoption de Windows 11 et dans ce cas, ils ont tout intérêt à rendre la liste des machines compatibles la plus importante possible, soit ils font de Windows 11 un OS de rupture et ils acceptent que Windows 10 coexiste un bon moment avec la version 11. Ce sont ces options, vue à la fois d'un point de vue historique mais aussi actuel que je vais discuter. Je précise que si j'ai 4 PC, deux sont en Windows 7 (32 bit) car ils ne sont pas équipés de CPU 64 bit et ne sont donc pas compatible Windows 10. Ne reste donc que mes deux autres PC en lice. Celui acheté en 2019 est évidemment compatible alors que celui que j'ai assemblé en 2015 ne l'est pas. Je suis donc directement touché par cette décision et ce d'autant plus parce que le PC de 2015 est mon "serveur". 1. Un peu d'histoire Si on regarde l'histoire de Windows, il y a toujours eu une sorte d'alternance entre des "bonnes" versions et des versions disons "poussives". Si Windows 95 est clairement à ranger dans la catégorie "poussive", Windows 98 Seconde Edition constitua un jalon intéressant dans le monde des Windows "Home". Millenium ne fera pas que des heureux mais XP fera l'unanimité. Vista signera un retour un arrière que Windows 7 effacera vite fait de nos mémoire. Et c'est encore vrai avec Windows 8 qui sera heureusement remplacé par Windows 10 (même si sa première année d'existence le ferait plutôt ranger dans la catégorie des OS poussif). Face à cela, les utilisateurs domestiques ont été la plupart du temps pragmatique. Ceux qui achetaient une machine avec une "bonne" version (98SE, XP, Windows 7) ne passeront pas à la version suivante tandis que ceux qui auront acheté un PC équipé d'une version "poussive" s'empresseront de s'en défaire pour la version revisitée. Malgré la résistance de Microsoft, cette histoire en dent de scie les a obligé à fournir les CDs d'installation des versions N-1 (mon portable de 2008, originellement équipé de Vista était livré avec le CD de XP). Et au fond, Microsoft finissait par s'en satisfaire. Ce n'est vraiment qu'avec Windows 10 que pour la première fois ils ont été aussi insistant pour encourager la migration qui était non seulement gratuite depuis Windows 8, mais aussi depuis Windows 7. En d'autre termes le forcing pour adopter Windows 10 est, si pas un précédent, à tout le moins un précédent dans les efforts déployés par Microsoft. D'autre part, il ne faut pas oublier que Windows 7 64 bits est sorti en 2009 et qu'à ma connaissance en tout cas, toute machine compatible Windows 7 64 bit, est aussi compatible Windows 10. En parallèle, Microsoft a radicalement modifié son offre pour les grandes entreprises. D'une logique d'achat de licence, elle est passée à une logique de location. Aujourd'hui, les "grands comptes" optent pour la licence "ENTERPRISE" qui est une redevance payée trimestriellement et qui permet d'installer n'importe quelle version d'Office et n'importe quelle version de Windows (sur base d'upgrade ou de downgrade). Il faut dire qu'il y avait deux énormes avantages. Le premier est de lisser les revenus, revenus qui ne sont plus liés au rachat par les sociétés de licences des nouvelles versions d'une part. Et d'autre part, d'observer que les "grosses boites" restaient souvent avec des anciennes versions de Windows pour des raisons de compatibilité avec les softs "maisons". Softs qui étaient souvent développés au départ sur "un coin de table" par un bidouilleur et qui de fil en aiguille devenait des softs indispensables. Combien de sociétés ne sont pas restés bloquées à une veille version de Windows parce qu'un seul soft nécessitait une version d'Internet Explorer vieille de plusieurs années ! Microsoft tente évidemment de faire adopter son nouveau standard, Rappelons à ce sujet les annonces successives de la fin du support de Windows 7, mais qui dans les faits sera supporté pour les grosses boites jusqu'en janvier 2023, soit près de 14 ans de support (et plus de 10 ans pour la version familiale dont le support ne s'est arrêté qu'en janvier 2010). Mais ce forcing est plutôt une exception. Le corollaire est que les machines sorties en 2009 et qui étaient compatible avec Windows 7 le sont toujours avec Windows 10 (et bien évidemment le resteront) ! Evidemment, vu sous cet éclairage, la question de la rupture qui semble se profiler prend un jour nouveau. N'est-il pas logique, à un moment donné, de décider d'une rupture ? D'autant plus, évidemment, que la compatibilité descendante n'est pas gratuite. Elle a forcément un coût puisqu'à chaque fois, il faut tenir compte des restrictions de Hardware vendu à partir du milieu des années 2000 (les premières machines Intel 64 bits datent de 2006, Intel ayant plusieurs années de retard sur AMD). Evidemment, "LA" question est de savoir où placer le curseur entre machine compatible Windows 11 ou pas. Et cela nous amène au second point. 2. Difficultés et palliatifs d'Intel (mais quid des concurrents ?) Pendant des décennies, Intel va mettre un point d'honneur à sortir simultanément toutes les puces d'une même génération. Mais, et c'est assez logique, les rendements chutent lorsqu'il s'agit des CPUs les plus complexes. Et la miniaturisation n'aide évidemment pas. De plus, les besoins en mobilité vont croissant puisque le début du millénaire voit l'avènement du PC portable qui remplace (en tout cas dans les entreprises) la "tour". Dès lors Intel prend une bonne décision et décide de sortir les CPUs les plus simples en premier lieu, viendront ensuite ceux un peu plus complexe et les "gros" CPU fermeront la marche. Cela fonctionne tellement bien, qu'à un moment précis, 3 générations de CPUs vont coexister. La génération "N" qui équipe les ultra-portables, la génération "N-1" qui équipe les "bonnes" machines et la génération "N-2" qui équipe les "monstres" (Typiquement les Xeon sont toujours de la génération N-2). Les Xeons qui équipent les Mac Pro de décembre 2019 sont des Cascade Lake, soit le pendant "enthousiaste" des Kaby Lake sortis en ... août 2016. Ils partagent la technologie 14 nm "Tri gate". Le corollaire est évident, les "gros" CPU d'Intel ne disposent pas des dernières améliorations apportées aux nouveaux CPUs ... En d'autres termes, les Xeons de 2019 ne profitent pas des avantages implémentés sur les MBP de mid-2018, mais sont au contraire équipés des mêmes technologies que les Macs sortis en mid-2017. Alors bien sûr on peut s'insurger contre cet état de fait mais ... si on y réfléchi bien ... l'Apple M1X même s'il sort en septembre aura déjà 9 mois de retard sur l'Apple M1. Si, l'Apple M1X est bien un "M1"+"X" et pas un M2X (ce serait d'ailleurs un beau coup "marketing à jouer pour Apple) ou même pas un "M1½"+"X", Apple emboîtera la même chemin qu'Intel ... Par "vrai" "M1"+"X", je veux dire qu'aucune nouveauté fondamentale ne diffère entre le M1X et le M1 (finesse de gravure, fonctionnalités uniques, ...). Je prévois déjà un flot de question sur le fofo dans les mois à venir pour savoir s'il vaut mieux prendre le MBA M2 ou le MBP M1X ... Pour en revenir aux PCs, ce mélange de 3 générations complique singulièrement la donne puisque certaines machines sorties en 2016 sont compatibles et d'autres "plus grosses" sorties également en 2016 ne le sont pas ! Je parle bien ici de nouveaux CPUs, annoncés en 2016 et pas de machines construites autour de CPU annoncés antérieurement. A noter que le CPU des Mac Pro 2019 (W-3245) est dans la liste des CPUs compatibles et qu'apparemment, en l'absence d'une puce TPM sur la carte-mère, il est possible d'activer une fonction équivalente présente dans le CPU. Activation à faire par le "bios" (l'UEFI en l'occurrence). Il est donc probable que Windows 11 puisse être installé sur les Mac Pro 2019. La question est ouverte pour les autres Macs équipés de Kaby Lake. Visiblement, Microsoft continue d'ajouter des nouvelles puces à la liste. 3. Rupture ? Comme je viens de l'évoquer, Microsoft, ajoute encore des CPUs à la liste existante. Mais je crois qu'il faut se faire une raison. Les PCs -5 et -6 ne seront pas supportés. Il faudra un PC de génération -7 pour bénéficier de Windows 11 (Kaby Lake donc). Malgré tout, je pense qu'on se dirige vers une rupture nette. Même si elle fera des déçus (j'en fait partie), je pense qu'il est peut-être bien que Microsoft s'épargne la compatibilité avec de très vieilles architectures. Evidemment, il faudrait en parallèle que Microsoft communique sur une date minimale de support de Windows 10. Actuellement elle est annoncée au 14 octobre 2025 (pour rappel Windows 10 est sorti en aout 2015). 4. Sources https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Macintosh_models_grouped_by_CPU_type#Kaby_Lake https://www.pcgamer.com/microsoft-adds-a-few-more-cpus-to-windows-11-compatibility-list-but-the-upgrade-process-still-seems-like-a-mess/ https://docs.microsoft.com/en-us/windows-hardware/design/minimum/supported/windows-11-supported-intel-processors https://docs.microsoft.com/en-us/lifecycle/products/windows-10-home-and-pro
×
×
  • Create New...