Jump to content

WWDC 2015


VanZoo
 Share

Recommended Posts

Pour donner un coup de fouet aux Ipods, il faudrait qu'Apple se décide à proposer de la musique HD ! = attiré les amateurs de musique

Avec le numérique, on y a vraiment perdu en qualité

 

Il faudrait aussi qu'Apple se décide à optimiser Mac OS et les pilotes pour rejoindre le niveau de Windows !

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 203
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Je suppose que tu veux dire plutôt "avec la dématérialisation" ? Ceci étant, la musique dite "HD" est un marché de niche, sachant que l'AAC@256kbps est déjà transparent par rapport du CD pour 99% des morceaux et 99% des oreilles, même si les marchands de soupe essaient aujourd'hui de prétendre le contraire.

 

De plus, écouter de la musique dite "HD" sur un baladeur avec un DAC de base et des écouteurs standards serait assez incohérent.

Link to comment
Share on other sites

 

De plus, écouter de la musique dite "HD" sur un baladeur avec un DAC de base et des écouteurs standards serait assez incohérent. 

 

Tout à fait. Et inversement, c'est pas un iPod qu'on utilisera comme source sur un DAC et/ou un ampli Naim Audio, et des enceintes Cabasse Sphere  :rotfl:

Link to comment
Share on other sites

Et puis bon si c'est pour se taper encore un baladeur qui ne peut fonctionner sans cette abomination qu'est iTunes... 

iTunes est un trés bon logiciel qui apporte énormément à ceux qui ont beaucoup de musiques, mais qui est devenu un poil complexe à aborder pour ceux qui n'ont pas suivi l'évolution depuis un certain nombre d'années. Pas mal d'incohérences se sont glissées dans l'ergonomie et aujourd'hui les avantages ne sont pas plus nombreux que les contraintes...

 

Pour autant personnellement j'y trouve toujours mon compte pour gérer mes 100Go de musiques, sans synchronisation la gestion d'une bibliothèque musicale est impossible. L'option du forfait streaming est pratique pour beaucoup, mais ce n'est pas une option que me convient personnellement. C'est pourquoi je reste un utilisateur et défenseur d'iTunes et espère des améliorations dans l'ergonomie.

 
J'ai un gros projet perso sur le sujet que je vais essayer d'uploader bientôt sur internet, j'en ferais un topic spécialisé :)
Link to comment
Share on other sites

De plus en plus long à charger macg...  :confused:

 

C'est sur qu'entre la fibre optique et notre connexion, à nous deux, y a une petite différence ! :P

Heureusement que dans la semaine, je l'aurai bientôt, la fibre ! ;)

Link to comment
Share on other sites

 

De plus en plus long à charger macg...  :confused:

 

C'est sur qu'entre la fibre optique et notre connexion, à nous deux, y a une petite différence ! :P

Heureusement que dans la semaine, je l'aurai bientôt, la fibre ! ;)

 

Ah non mais en fait ça chargeait plus vite avant, sur la même version du site. Et je doute qu'avec la fibre ça irait mieux.

Link to comment
Share on other sites

iTunes est un trés bon logiciel qui apporte énormément à ceux qui ont beaucoup de musiques, mais qui est devenu un poil complexe à aborder pour ceux qui n'ont pas suivi l'évolution depuis un certain nombre d'années. Pas mal d'incohérences se sont glissées dans l'ergonomie et aujourd'hui les avantages ne sont pas plus nombreux que les contraintes...

Oui, donc au final ce n'est plus un "très bon logiciel".

 

Et même concernant sa fonction de base qui était la gestion d'une bibliothèque musicale, il est bon à condition de se plier à son mode de fonctionnement par défaut, qui consiste à le laisser tout organiser à sa façon et n'utiliser que lui. Si par contre tu veux organiser toi-même tes fichiers et simplement lui demander de les indexer (ce que savent pourtant très bien faire d'autres gestionnaires de bibliothèques musicales), tu t'exposes à de multiples problème, et encore plus si les fichiers sont sur un disque réseau. La gestion des doublons est calamiteuse, le simple déplacement/renommage de fichiers ou de dossiers et il est perdu, le partage de bibliothèques entre utilisateurs est merdique, bref...

Link to comment
Share on other sites

Je suppose que tu veux dire plutôt "avec la dématérialisation" ? Ceci étant, la musique dite "HD" est un marché de niche, sachant que l'AAC@256kbps est déjà transparent par rapport du CD pour 99% des morceaux et 99% des oreilles, même si les marchands de soupe essaient aujourd'hui de prétendre le contraire.

 

De plus, écouter de la musique dite "HD" sur un baladeur avec un DAC de base et des écouteurs standards serait assez incohérent.

 

Non, pas avec la dématérialisation. Un vinyle défonce le mp3/AAC

Selon une étude scientifique ( dont je n'ai plus le lien ), le MP3 de part la compression qui homogénéise les fréquences, participerait à rendre les utilisateurs sourds ( ou moins entendants )

Donc oui, proposer un autre standard serait un vrai plus à tous les niveaux. 

Apple étant champion du marketing, ils sauraient vendre cette nouveauté ( eux qui, soit disant, se soucient des consommateurs )

Link to comment
Share on other sites

 

iTunes est un trés bon logiciel qui apporte énormément à ceux qui ont beaucoup de musiques, mais qui est devenu un poil complexe à aborder pour ceux qui n'ont pas suivi l'évolution depuis un certain nombre d'années. Pas mal d'incohérences se sont glissées dans l'ergonomie et aujourd'hui les avantages ne sont pas plus nombreux que les contraintes...

Oui, donc au final ce n'est plus un "très bon logiciel".

 

Et même concernant sa fonction de base qui était la gestion d'une bibliothèque musicale, il est bon à condition de se plier à son mode de fonctionnement par défaut, qui consiste à le laisser tout organiser à sa façon et n'utiliser que lui. Si par contre tu veux organiser toi-même tes fichiers et simplement lui demander de les indexer (ce que savent pourtant très bien faire d'autres gestionnaires de bibliothèques musicales), tu t'exposes à de multiples problème, et encore plus si les fichiers sont sur un disque réseau. La gestion des doublons est calamiteuse, le simple déplacement/renommage de fichiers ou de dossiers et il est perdu, le partage de bibliothèques entre utilisateurs est merdique, bref...

 

 

Il est évident qu'iTunes est pensé pour être utilisé comme lecteur unique. Si on n'accepte pas cette condition de base autant ne pas y aller. En même temps si ton mp3 est bien rangé, autant aller le chercher et le lire avec iTunes plutôt que de se galérer à aller dans le finder / l'explorateur windows. Si tu préfères comme certains avoir ta bibliothèque en data sans interface alors pas de question à se poser. En revanche si tu souhaites pouvoir disposer de ta bibliothèque sur un mobile, (tel ou mp3) la synchronisation que permet iTunes apporte son lot d'avantages incontestables, et une gestion uniquement via l'explorateur de copier/coller devient là bien problématique quand ta bibliothèque dépasse 2 albums...

Du coup ce que tu donne en efforts de tri au préalable, tu le gagne en gestion au moment de retrouver, lire et synchroniser tes morceaux ensuite. Il faut simplement accepter de laisser iTunes organiser le dossier iTunes Media et de ne pas aller y mettre son nez :)

 

Pour transmettre ta musique a quelqu'un, tu mets une clé USB dans ton ordi et tu déplace les mp3 dessus, aprés il en fait ce qu'il veut... Rien de plus simple. Si tu veux lui donner depuis ton iPhone c'est pas possible, alors il le retelecharge et il en a pour 2mn, il y a pas mort d'homme. Ce sont pour moi de fausses contraintes, en tout cas bien trop maigre pour être déterminantes.

 

En revanche je reprocherais bien d'avantage à iTunes sa gestion de vidéos, qui est loin d'être aussi libre est efficace que pour les musiques, et aussi sa gestion d'iOS qui selon moi devrait être extraite d'iTunes, ce n'est pas son rôle.

 

Quant à la gestion d'iTunes avec un dossier iTunes Media distant (déplacé sur un serveur ou un DDE) c'est surement possible, après est-ce que ce doit necessairement être un Time Capsule je ne sais pas, mais on doit pouvoir trouver la réponse facilement.

Link to comment
Share on other sites

Non, pas avec la dématérialisation. Un vinyle défonce le mp3/AAC

Selon une étude scientifique ( dont je n'ai plus le lien ), le MP3 de part la compression qui homogénéise les fréquences, participerait à rendre les utilisateurs sourds ( ou moins entendants )

Pardon, mais un peu c'est n'importe quoi là...

 

Ce qui rend sourd c'est d'écouter trop souvent trop fort, cela n'a rien à voir avec le MP3. D'ailleurs tu confonds "compression de dynamique", qui est une méthode de production audio, et "compression des données" au sens MP3/AAC/etc, qui consiste à éliminer l'information audio supposée non audible. Les deux n'ont strictement rien à voir, et ce qui participe à créer des générations de malentendants c'est la compression de dynamique : cela consiste à remonter le volume des passages doux. Fait avec mesure, cela améliore le confort d'écoute, particulièrement pour les oeuvres classiques dont on ne pourrait pas, sans compression, percevoir toutes les nuances dans des conditions d'écoute "normales" (c'est à dire pas un auditorium à l'acoustique adaptée). Mais la production "moderne" a abandonné toute mesure et on voit aujourd'hui des albums entiers qui n'ont quasiment plus de nuance : tout est à fond du début à la fin, ce qui fait que l'oreille subit en permanence un pilonnage de décibels...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nuance_%28musique%29

http://fr.wikipedia.org/wiki/Compresseur_%28audio%29

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_volume

 

Quant au vinyle qui soit-disant enfonce les formats compressés MP3/AAC, là aussi c'est de la rigolade. Comme je l'ai dit dans 99% des cas un AAC@256 est indiscernable du CD, et il suffit de regarder les techniques utilisées pour se rendre compte que la technologie vinyle est très en-dessous de la technologie CD, quoi que puissent en dire quelques snobs qui ne jurent que par le vinyle (et qui vantent la supériorité évidente de l'analogique, en oubliant que les vinyles pressés aujourd'hui sont obtenus à partir de masters numériques!). La dynamique du vinyle est de l'ordre de 60dB, là où celle du CD est de 96dB théoriques (80dB en pratique environ); la diaphonie est inexistante sur support CD, alors que c'est un problème majeur sur les vinyles; sans compter que le son d'un vinyle se dégrade à chaque écoute du simple fait du passage du diamant de lecture.

Link to comment
Share on other sites

Ai-je parlé de compression de données ? Simplement de compression et de fréquences. Tu t'emballes tout seul et tu joues au prof, comme d'hab ! Sans ne rien m'apprendre... " ... la disparition des contrastes n'est pas seulement une violence esthétique faite à la vérité musicale, c'est aussi un véritable risque sanitaire dont les scientifiques commencent à prendre la mesure " 

Alors oui, il faut en finir avec ce format. Ce n'est pas bien compliqué à comprendre...
Quant aux vinyles, ai-je stipulé que je parlais des productions contemporaines ? A aucun moment
Tu es peut-être économiste, musicien et astronaute, quoiqu'il en soit ce sont des professionnels émérites qui vantent la qualité du vinyle ( à la base les qualités d'enregistrement, je suppose ) Tout comme de nombreux cinéastes ( jeunes ) vantent les mérites de la pellicule. Mais comme tu sais tout sur tout, tu vas m'expliquer qu'il n'y a aucune différence avec les films numériques. Idem en photo. Pourquoi Depardon photographie t-il toujours à la chambre ? Ah oui, tu vas me dire que c'est une affaire de snobe...
Tu devrais apprendre la rigueur ! Et essayes de me dire quelque chose que je ne sais pas

Link to comment
Share on other sites

Ai-je parlé de compression de données ? Simplement de compression et de fréquences. Tu t'emballes tout seul et tu joues au prof, comme d'hab !

Dans ce cas c'est toi qui t'exprimes mal. Je cite : "le MP3 de part la compression qui homogénéise les fréquences"

 

Tu ne dit pas de quelle compression tu parles, donc on peut imaginer que tu parles de la compression des données aussi bien que de la compression de dynamique. D'autant plus que tu fais un lien entre MP3 et compression, donc ça fait pencher pour la compression des données. Et encore d'autant plus que tu fais rentrer les fréquences dans l'histoire, or la compression dynamique ne touche pas aux fréquences, contrairement à la compression des données en MP3 ou autres.

 

Bref, tout indiquait que tu parlais de compression des données.

 

 

Sans ne rien m'apprendre... " ... la disparition des contrastes n'est pas seulement une violence esthétique faite à la vérité musicale, c'est aussi un véritable risque sanitaire dont les scientifiques commencent à prendre la mesure " [/size]

Alors oui, il faut en finir avec ce format. Ce n'est pas bien compliqué à comprendre...

 

 

Sauf que visiblement il y a un truc que tu ne comprends pas, justement : la compression de dynamique, celle qui fatigue l'oreille, n'a strictement rien à voir avec le MP3 ou l'AAC. Elle ne dépend pas du support (CD, dématérialisé lossless, dématérialisé lossy) mais est un choix des "ingénieurs du son" qui préparent les masters.

 

 

Quant aux vinyles, ai-je stipulé que je parlais des productions contemporaines ? A aucun moment

Tu es peut-être économiste, musicien et astronaute, quoiqu'il en soit ce sont des professionnels émérites qui vantent la qualité du vinyle ( à la base les qualités d'enregistrement, je suppose ) 

 

 

Il n'y a pas d'enregistrement spécifique pour les vinyles ou pour les CD. Ce sont les mêmes bandes studio (analogiques (avant) ou numériques (aujourd'hui)) qui servent aux deux, si les deux doivent être pressés. Après, ce que pas mal de mélomanes/audiophiles disent, c'est que les enregistrements studio étaient faits en moyenne avec plus de soins il y a quelques décennies, de même que la production (typiquement la compression qui était utilisée avec mesure au lieu d'être maniée à la massue aujourd'hui). Mais ça n'a rien à voir avec le fait qu'au bout de la chaîne c'était du vinyle : tu prends un enregistrement de l'époque, tu lui appliques une production soignée, tu le transfères sur CD, et il n'y a strictement aucune raison que le résultat final soit moins bon que le vinyle de l'époque (au contraire, même) !  

 

Tout comme de nombreux cinéastes ( jeunes ) vantent les mérites de la pellicule. Mais comme tu sais tout sur tout, tu vas m'expliquer qu'il n'y a aucune différence avec les films numériques. Idem en photo. Pourquoi Depardon photographie t-il toujours à la chambre ? Ah oui, tu vas me dire que c'est une affaire de snobe...

 

 

 

Bien sûr qu'il y a une part de snobisme dans tout cela, quand par exemple certains clowns prétendent que le vinyle est supérieur parce qu'il est analogique (discours courant) alors que l'enregistrement studio d'origine est numérique (là ils ne savent pas quoi répondre en général...).

 

Après c'est toi qui mélange tout : pourquoi photographier à la chambre ? Je ne vais pas répondre pour Depardon, mais ce n'est certainement pas parce que la qualité technique de la pellicule est supérieure à celle des capteurs numériques. Car aujourd'hui c'est largement le contraire, les capteurs numériques enfoncent totalement la pellicule, aussi bien en photo qu'en film (*). Mais on peut avoir envie de photographier en argentique pour diverses raisons :

- la démarche est totalement différente : là où en numérique on va mitrailler, en argentique on va se poser, réfléchir pendant une heure à la photo qu'on va prendre (surtout à la chambre)...

- le rendu est particulier. Mais "particulier" ne veut pas dire "techniquement correct", on est là dans les choix artistiques/créatifs qui dépassent la question technique. Le grain d'une pellicule est techniquement un défaut, mais on peut en faire quelque chose d'esthétique.

 

(*) au cas où tu m'accuserais de parler en l'air, j'ai toujours un appareil photo 6x6 manuel, et pas plus tard qu'il y a 10 jours j'ai scanné des pellicules prises avec. J'aime cet appareil, j'aime m'en servir (ça n'arrive pas souvent), mais les images qu'il produit sont techniquement inférieures à celle d'un bon reflex numérique d'aujourd'hui (sans avoir besoin d'aller chercher un haut de gamme pro). Si ma priorité c'était l'image techniquement impeccable, je n'utiliserais pas cet appareil.

Link to comment
Share on other sites

Alors tu vas à l'encontre des études scientifiques qui pointent clairement du doigt le MP3 ( tu peux facilement trouver les liens sur Google )

Moi-même ayant une piètre oreille, je constate sur de nombreux vinyles une bien meilleure qualité que sur CD à morceaux équivalents ( après, je suppose que cela dépend d'une multitude de facteurs pré-nommés ) Et je n'ai pas dit qu'en soit l'analogique était meilleure. Ca s'est passéiste ! C'est l'affaire de toute une industrie dont le vinyle était l'étendard final et le CD/MP3 ceux d'aujourd'hui

Le film numérique commence tout juste à atteindre le niveau de la pellicule. Mais je peux facilement voir la différence ( film en salle ) Après, si ton truc, c'est Avengers, je comprends mais tu sembles suffisamment fin au bout du compte pour comprendre certaines subtilités du travail artistique

De toute façon, en numérique, très peu de gens impriment leurs photos ( vas-tu me dire qu'elles sont aussi belles sur écran ? )

Et ceux qui s'extasient sur la qualité des noirs d'un écran OLED ( ce que faisait le Plasma ), ce que faisaient les photographes au 19ème siècle ( le sujet ne devait certes pas bouger ) Donc bon, on avance et on recule et on ré-avance et ... ... comment veux-tu, comment veux-tu...

Si pour toi, le grain est techniquement un défaut alors peut-être ton approche est-elle geek... Ah, on voit les coups de pinceaux. Il aurait dû faire ça avec Photoshop ( bon, l'exemple n'est pas le meilleur ) Le grain est dans l'essence même de la pratique cinématographique et le rajouter en post-prod n'est qu'un fumeux artifice

 

Ne faut-il pas distinguer les réelles avancées de la soupe marketing ? Les écrans sont-ils aujourd'hui meilleurs que les cathodiques ou peinent-ils à les rejoindre ?

 

Et je crois au final et comme toujours qu'on ne parle pas de la même chose... Comparaison d'époque et capacité à les concilier

Link to comment
Share on other sites

Alors tu vas à l'encontre des études scientifiques qui pointent clairement du doigt le MP3 ( tu peux facilement trouver les liens sur Google )

Les études scientifiques qui disent quoi ? Il n'y a aucune étude scientifique qui dit que le MP3 est plus nocif pour les oreilles que la piste non compressée (au sens compression des données). Et pour cause, car cela n'a aucun sens.

 

Après, les limitations qualitatives du MP3 sont connues, mais ça n'a rien à voir.

 

 

 

Moi-même ayant une piètre oreille, je constate sur de nombreux vinyles une bien meilleure qualité que sur CD à morceaux équivalents ( après, je suppose que cela dépend d'une multitude de facteurs pré-nommés ) Et je n'ai pas dit qu'en soit l'analogique était meilleure. Ca s'est passéiste ! C'est l'affaire de toute une industrie dont le vinyle était l'étendard final et le CD/MP3 ceux d'aujourd'hui

 

Donc ça n'est pas une question de vinyle ou de CD. Avant d'arriver au vinyle ou au CD qui sont l'étape finale, il y a toute une chaîne incluant la captation sonore et la production : même si l'enregistrement de départ est le même, il suffit que la production soit différente pour qu'en fait en croyant juger une différence vinyle/CD tu juges en réalité la différence de production. Un lien wikipedia que j'ai mis montre bien cela, en mettant en évidence la différence de production d'un même morceau entre 4 CD différents (de 1983 à 2000) : là aussi tu vas trouver que certains CD sonnent mieux que d'autres, et pourtant la technologie est la même.

 

 

Le film numérique commence tout juste à atteindre le niveau de la pellicule.

 

 

Ca fait des années que c'est le cas, et aujourd'hui est complètement dépassée techniquement. Le meilleur indice c'est que toutes les applications scientifiques qui utilisent de la photographie d'une manière ou d'une autre sont passées à des capteurs numériques.

 

La définition équivalente d'un film 24x36 couleur correct ne dépasse pas 10Mpix (ce n'est pas un chiffre en l'air, ça se calcule), sachant que les reflex actuels dépassent facilement les 20Mpix (ce qui fait plutôt du 14Mpix réel avec les filtres antialiasing, mais bon...). Et la résolution n'est qu'un aspect : un capteur de reflex d'aujourd'hui délivre à 800 ISO une image qui n'a pas plus de bruit que celle d'un film 24x36 à 100 ISO. Et ne parlons pas de la colorimétrie, bien mieux maîtrisée aujourd'hui en numérique (soit dit en passant, les tireuses de films argentique couleur sont numériques depuis longtemps).

 

Mais je peux facilement voir la différence ( film en salle ) Après, si ton truc, c'est Avengers, je comprends mais tu sembles suffisamment fin au bout du compte pour comprendre certaines subtilités du travail artistique

 

 

 

Oui, enfin, si on parle "artistique", un cinéaste n'a pas à sa disposition des dizaines de pellicules différentes quand il veut faire un film. Et le choix est bien plus guidé par les contraintes techniques qu'artistiques (par ex : besoin d'une bonne performance en faible lumière, donc ce sera telle pellicule).

 

 

Si pour toi, le grain est techniquement un défaut alors peut-être ton approche est-elle geek... Ah, on voit les coups de pinceaux. Il aurait dû faire ça avec Photoshop ( bon, l'exemple n'est pas le meilleur ) Le grain est dans l'essence même de la pratique cinématographique et le rajouter en post-prod n'est qu'un fumeux artifice

 

Le grain est l'exemple typique de ce qui est au départ un défaut technique, mais dont on s'était accommodé depuis longtemps, et auquel on s'est même habitué au point d'être perturbé par les images lisses et sans aucun grain visible du numérique. Mais cela n'empêchait pas les fabricants de pellicules de chercher toujours à le réduire (avec succès au cours du temps, d'ailleurs).

 

Que le grain ait été utilisé dans une démarche esthétique/créative/artistique n'est pas paradoxal : si un défaut est inévitable, autant s'en servir et s'appuyer dessus. C'est une démarche courante : le son si chaleureux des amplis de guitare à lampes est à la base une distortion, donc un défaut. Mais bien utilisé, ce défaut est devenu un constituant central d'un courant artistique (le rock). De là à dire que le grain ou la guitare distordue sont des éléments incontournables et obligatoires de la bonne photo ou de la bonne musique, c'est complètement dément.

 

Ne faut-il pas distinguer les réelles avancées de la soupe marketing ? Les écrans sont-ils aujourd'hui meilleurs que les cathodiques ou peinent-ils à les rejoindre ?

 

Certes, les déformations de l'image sur les écrans cathodiques avaient un petit côté artistique :-)

 

 

Et je crois au final et comme toujours qu'on ne parle pas de la même chose... Comparaison d'époque et capacité à les concilier

 

 

C'est surtout qu'au départ on parlait de considérations techniques, et que tu as commencé à introduire des considérations artistiques qui n'ont pas lieu d'être dans le cas de la reproduction sonore.

Link to comment
Share on other sites

Il est évident qu'iTunes est pensé pour être utilisé comme lecteur unique. Si on n'accepte pas cette condition de base autant ne pas y aller. En même temps si ton mp3 est bien rangé, autant aller le chercher et le lire avec iTunes plutôt que de se galérer à aller dans le finder / l'explorateur windows. Si tu préfères comme certains avoir ta bibliothèque en data sans interface alors pas de question à se poser. En revanche si tu souhaites pouvoir disposer de ta bibliothèque sur un mobile, (tel ou mp3) la synchronisation que permet iTunes apporte son lot d'avantages incontestables, et une gestion uniquement via l'explorateur de copier/coller devient là bien problématique quand ta bibliothèque dépasse 2 albums...

Tu poses le problème de façon binaire, en n'ayant le choix que entre une gestion tout à la main dans l'explorateur et une gestion complètement prise en charge par iTunes.

 

Mais comme je l'ai dit par ailleurs, de nombreux autres gestionnaires sont beaucoup plus souples, laissant par exemple l'utilisateur ranger à sa façon, mais en indexant quand même tous les morceaux. Dans le gestionnaire, aucune différence avec iTunes.

 

Pour transmettre ta musique a quelqu'un, tu mets une clé USB dans ton ordi et tu déplace les mp3 dessus, aprés il en fait ce qu'il veut... Rien de plus simple. Si tu veux lui donner depuis ton iPhone c'est pas possible, alors il le retelecharge et il en a pour 2mn, il y a pas mort d'homme. Ce sont pour moi de fausses contraintes, en tout cas bien trop maigre pour être déterminantes.

 

 

La vraie contrainte, c'est par exemple au sein d'une famille comment gérer une bibliothèque commune. En pratique chacun finit par dupliquer dans sa propre bibliothèque les albums qu'il veut, car aucune autre solution n'est franchement satisfaisante.

 

Quant à la gestion d'iTunes avec un dossier iTunes Media distant (déplacé sur un serveur ou un DDE) c'est surement possible, après est-ce que ce doit necessairement être un Time Capsule je ne sais pas, mais on doit pouvoir trouver la réponse facilement.

 

 

Tout est possible, sauf que ça pose un tas de problèmes. A commencer par le fait qu'une bibliothèque iTunes ne peut être ouverte que par un utilisateur à la fois. Ou le fait que les disques réseau ne sont pas montés avec un chemin toujours identiques. Et on en revient bien vite à la bibliothèque locale et mono-utilisateur.

Link to comment
Share on other sites

@Pehache, tu as une approche purement pragmatique voir robotique, geek. Concernant l'image et sa qualité, tu devrais lire le philosophe Rancière, distinguer un visuel d'une image... Ce que font les scientifiques n'a pas valeur d'universalité. Les outils que nous avons cité n'ont pas eu besoin du passage au numérique pour produire de grandes choses, ce qui est au moins le signe que l'ère contemporaine ( numérisée ) n'a rien apporté ( sauf peut-être aux journalistes cut cut de France 3 and co ... et encore ) Second signe, le nombre de filtre sonore ou esthétiques pour recréer du " défaut "

Opinion personnelle : l'absence de " défauts " est une parabole de l'enfer, un fruit sans goût, une vie sous cellophane, monde sans saveurs. Ainsi le vinyle et ses aspérités contre le MP3, lisse comme cette société de moutons égorgés

Link to comment
Share on other sites

Le problème est que dans cette discussion tu refuses de séparer ce qui est de l'ordre de la technique et ce qui est de l'ordre de l'artistique, donc on tourne en rond.

 

En photographie "créative", c'est l'image elle-même qui est le sujet, autant (et parfois plus) que l'objet ou la scène photographiée. Si le photographe veut qu'il y ait du grain sur son image et qu'il utilise pour cela une pellicule "à grain", c'est son choix artistique, il n'y a rien à redire (après, quand ça devient un procédé systématique on ne peut plus vraiment parler de créativité, c'est de l'"académisme à grain", mais passons...). Traditionnellement un photographe d'art fait lui-même ou contrôle tous les tirages de son image, pour s'assurer qu'ils sont bien conforme à sa vision, et que le "spectateur" verra bien ce que le photographe a voulu montrer.

 

Que penser alors d'une reproduction de cette image qui prendrait des libertés techniques ? Genre une trame d'impression grossière dans un journal, ou bien une saturation boostée, ou bien une dominante sépia qui n'existait pas sur des tirages originaux N&B ? Inacceptable du point de vue du créateur de l'image.

 

Et pourtant c'est ce que tu défends en magnifiant les défauts du vinyle. On ne demande pas à un système de reproduction sonore de "mettre sa patte" sur une musique en changeant le son, on lui demande de la reproduire avec le plus de fidélité possible. D'où le terme consacré "haute-fidélité", d'ailleurs, qui n'a pas été choisi au hasard. Les interprètes lors de l'enregistrement ont donné le son qu'ils voulaient. Son retravaillé en production, mais normalement sous la direction ou au moins le contrôle des musiciens. Au-delà de cette étape, tout le reste de la chaîne doit être le plus neutre possible, pour respecter au maximum le son voulu par les musiciens. Et oui, un CD est plus neutre qu'un vinyle, mais c'est qu'on demande justement prioritairement à un système de reproduction sonore. Les défauts et aspérités du vinyle c'est bien joli, mais ils n'ont rien de créatif ou d'artistique : ils se plaquent de la même façon sur tous les morceaux reproduits, indépendamment d'une quelconque volonté des musiciens.

Link to comment
Share on other sites

Honnêtement oui, souvent c'est du snobisme. Il y a aussi un effet de mode évident, et une volonté de se démarquer 

 

Mais il n'y a pas que ça, voir ce que j'ai écrit dans ce sujet : http://consomac.fr/forums/index.php?showtopic=5417

 

Disons que quand quelqu'un justifie son intérêt pour les vinyles par "Le son analogique incomparable qu'on ne retrouve pas sur les CD", là oui je mets tout de suite l'étiquette "snob" dessus.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share




×
×
  • Create New...