Spotify porte plainte contre Apple et son App Store


Daniel Ek, cofondateur et PDG de Spotify, vient d'annoncer que son entreprise avait déposé une plainte auprès de la Commission européenne à l'encontre d'Apple. Il accuse Apple de pratiques anti-concurrentielles, pour plusieurs raisons développées dans un article de blog. Le principal problème, selon Daniel Ek, est qu'Apple est « à la fois joueur et arbitre », ce qui peut lui donner un avantage qu'il juge injuste. Il mentionne notamment la commission de 30% de l'App Store qui ne s'applique pas à Apple Music, concurrent direct du service de streaming suédois, ou encore les tentatives d'Apple de bloquer certaines mises à jour de Spotify, les limitations techniques imposées par l'App Store si Spotify décide de ne pas utiliser le système de facturation d'Apple... Il cite également l'absence de Spotify sur le HomePod, l'Apple Watch et Siri, une décision unilatérale préjudiciable à son service. Pour aller plus loin, Spotify a lancé le site Time to play fair, ainsi que la vidéo récapitulative que vous pouvez retrouver ci-dessous.



Spotify plainte Apple

Ce n'est pas la première fois que le pouvoir d'Apple sur son App Store est critiqué. Netflix a déjà abandonné le système de facturation de l'App Store en décembre dernier, et l'arrivée imminente du service de streaming vidéo d'Apple pourrait bien pousser l'entreprise de Reed Hastings à se rapprocher de celle de Daniel Ek dans sa fronde contre les conditions de l'App Store d'Apple. Sujet de moins en moins tabou, le problème des plateformes logicielles des GAFA est déjà débattu dans le cadre de l'élection présidentielle américaine de 2020... Les pratiques d'Apple constituent-elles un abus de position dominante ? Cette plainte auprès de la Commission européenne est sans doute le début d'un long feuilleton.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (11)

MangezDesPommes

14 mars 2019 à 11:14

C'est vrai qu'en lisant le blog, on sent qu'Apple freine au possible Spotify.
J'ai encore eu un bug sur Apple Music ou ma playlist tournait plus que sur 5 sons sur 40(une chanson était double et sautait les 30 chansons entre, c'est compliqué l'option boucle... .
Je devrais tester Spotify, qui fonctionnerait avec Alexa de plus.

VanZoo

14 mars 2019 à 13:19

Quelle hypocrisie !
Personne ne les a obligé à signer, à aller sur l’AppStore. Spotify n’a qu’a crée ses smartphones et ordinateurs.
Ils ne le font pas pour la déontologie mais pour le pognon, croyant être devenu en position de force.

pehache

14 mars 2019 à 13:31

@Vanzoo : oui c'est scandaleux que Spotify soit intéressé par le pognon, car tout le monde sait qu'une entreprise peut vivre sans pognon (sauf Apple).

Google en est à 6 milliards d'amendes en Europe ces dernières années pour abus de position dominante.

VanZoo

14 mars 2019 à 13:39

C'est de l'hypocrisie. La morale n'a rien à voir là-dedans. La loi du plus fort, de l'offre et de la demande. Si Apple perd comme Google, ça n'aura rien à voir avec l'éthique, c'est simplement qu'ils auront perdu la bataille d'influence (lobbying). Et je le redis, personne n'a pointé un pistolet sur la tempe de Spotify pour les obliger à signer. Ils ne fabriquent pas d'hardware, c'est leur faute. Ou alors ils n'ont qu'à refuser d'être sur les produits Apple.

pehache

14 mars 2019 à 14:00

Je n'ai même pas parlé de morale : s'il existe des lois antitrust ou sur l'abus de position dominante, ce n'est pas pour des questions de morales mais parce que les législateurs ont estimé que ces situations étaient néfastes pour la collectivité. Et Apple qui risque de perdre la bataille du lobbying alors qu'ils sont 50 fois plus gros que Spotify, lol...

Et aller dire que Spotify n'a qu'à fabriquer des smartphones c'est le summum du n'importe quoi. Donc on va acheter un smartphone Spotify pour écouter Spotify, un smartphone Netflix pour regarder Netflix, un smartphone NY Times pour lire le NY Times, etc... ? Sérieux...

C'est dingue de défendre l'indéfendable à ce point juste parce que c'est Apple.

Stokins

14 mars 2019 à 14:34

Les lois antitrust ont pour but de protéger le consommateur d'une situation de monopole où l'entreprise dans un tel marché serait libre de fixer son prix et d'en abuser. Ces lois ont pour but d'assurer une concurrence loyal entre les entreprises.
Ce n'est pas parce que Vinci (en partenariat public privé avec l'etat) a construit l'autoroute qu'ils peuvent décider de faire rouler uniquement leur marque de voiture (hypothétique).
Ce n'est pas parce qu'une entreprise crée un nouveau marché qu'elle peut en faire ce qu'elle décide, il y a des lois qui s'applique à tous (même si ces lois sont vieillissante et peu adapté pour l'ère numérique)

VanZoo

14 mars 2019 à 14:42

Je ne défends pas Apple, je dis simplement que c'est de l'hypocrisie de vierge effarouchée de la part de Spotify. Dans le monde capitaliste, il n'y a de la place que pour les requins, le poisson rouge se fait becter. Apple est un grand requin blanc. Les lois antitrust, la bonne blague, elles s'appliquent quand ça arrange...
Concernant les autoroutes, le contribuable s'est bien fait n.... (une fois de plus)

Sethenès

14 mars 2019 à 15:08

Tout d'abord, Apple savait très bien qu'en démarrant des services sur sa plateforme de partage, elle se mettait en situation délicate.

Il y avait donc 3 solutions simples :
- ne pas le faire,
- scinder la société en deux entités, l'une pour la plateforme de partage, l'autre pour les services,
- supprimer la redevance de 30% pour tous les concurrents d'Apps qu'Apple développe (ou tout du moins la réduire à un pourcentage du type "frais réels").

Le tout est de savoir ce que va décider la justice.

The Hoff

14 mars 2019 à 16:26

@ Vanzoo: Apple est américain, Spotify suédois; et l'une est infiniment plus grosse que l'autre. Selon ta logique, Spotify n'a aucune chance d'obtenir gain de cause devant un tribunal. On va voir... je ne parierais pas ma chemise. Le nombre de sociétés américaines démantelées sur la base des lois anti trust n'est pas négligeable.

pehache

14 mars 2019 à 17:16

@Vanzoo : les lois européennes ou françaises de régulation du capitalisme existent et s'appliquent. MS y a goûté, Google aussi. Les opérateurs de télécoms aussi (limitation de la facturation du roaming en Europe, obligation de mutualisation de la fibre optique, etc...). Alsthom et Siemens aussi (ce qui n'était pas forcément une bonne idée...). A t'écouter il faudrait ne rien faire ?

VanZoo

14 mars 2019 à 17:37

C'est un sujet complexe. Je ne crois pas aux législateurs (actuels) européens. Voir l'ingérence (chantage) de Trump et son administration dans les affaires européennes et françaises (taxe GAFAM) Oui, Apple devrait se plier aux lois. Mais on a bien vu avec la taxation que tous ne sont pas égaux devant la loi. 500M€ ? Pffff, Apple aurait dû payer davantage. Il faudrait un fort contre-poids au capitalisme, pour davantage d'équilibre, pour les peuples. Sinon, ces tractations qui se veulent démocratiques, témoignant d'états de droit, ne sont en fait qu'une expression supplémentaire d'enjeux géopolitiques.
Problématiques au long cours... Sans tomber dans les populismes. Rétablir un contre-poids au capitalisme et l'Europe se doit de développer un pôle numérique d'importance. Sans quoi les GAFAM et Huawei continueront à nous bouffer.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription