Plainte : Apple répond vertement à Spotify


Il n'aura pas fallu longtemps pour qu'Apple réagisse à la plainte de Spotify annoncée hier. Les avocats de Cupertino ont officiellement réagi par le biais d'un long communiqué de presse, qui démonte point par point les attaques du service de streaming musical suédois.

En substance, Apple se défend de traiter Spotify différemment des autres entreprises présentes sur l'App Store, et affirme n'avoir bloqué une mise à jour que lorsque Spotify aurait tenté de contourner le règlement de la plateforme. Apple rappelle que la commission de 30% de l'App Store ne s'applique que la première année dans le cadre d'une souscription ; les années suivantes, la commission descend à 15%. Apple affirme que Spotify a pendant des années profité de l'App Store et de ses outils : « Spotify ne serait pas le business qu'il est aujourd'hui sans l'écosystème de l'App Store », Apple citant notamment son système de paiement et la confiance qu'ont ses utilisateurs dans la sécurité de la boutique en ligne. Selon Apple, 84% des applications de l'App Store seraient gratuites, et de nombreuses sources de revenus de ces applications ne font pas l'objet de commissions (comme la vente d'objets physiques et surtout la publicité, que Spotify exploite largement dans sa version gratuite) : « Spotify veut tous les avantages d'une application gratuite sans être gratuit ». Apple affirme également avoir voulu aider Spotify pour la compatibilité avec Siri et AirPlay 2, et affirme avoir validé sans broncher l'application Apple Watch en septembre 2018 (mais évite le sujet du HomePod).


Spotify plainte Apple

(lire : Spotify porte plainte contre Apple et son App Store)



Apple accuse donc Spotify de vouloir le beurre et l'argent du beurre, et tente d'égratigner la bonne image de l'entreprise, rappelant que Spotify a récemment fait appel de la décision du Copyright Royalty Board américain d'augmenter la redevance des auteurs-compositeurs, contrairement à Apple. Apple ne peut toutefois réellement répondre sur le fond : est-il normal qu'Apple Music, qui est notamment dispensé de commissions et non soumis aux règles habituelles des applications de l'App Store (qui ne peuvent par exemple pas envoyer de notifications publicitaires), soit avantagé par rapport à ses concurrents ? S'agit-il d'un abus de position dominante ? C'est la question à laquelle la Commission européenne devra répondre.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (6)

JérémyJr

15 mars 2019 à 18:32

Il est clair que Spotify crache dans la soupe. Mais les règles de la concurrence et l'aversion de la CJUE pour les grosses entreprises non-européennes sont telles qu'Apple pourrait bien servir d'exemple, tout comme Google et Microsoft il y a quelques années...

jebster

15 mars 2019 à 19:27

Il suffit de ne pas s'abonner via l'appli. Il faut s'abonner avant via les sites et ensuite installer l'appli et se logger.
Qobuz, 12,99 euros/mois via l'App store, mais 9,90 si on s'abonne directement.

matt

15 mars 2019 à 21:23

Mouais à ce niveau des requins qui se font une gue guerre là !
Regardez les, chacun ont raison dans leurs propre intérêt bon on verra comment le procès avance et ce que ça donne quand même

pehache

15 mars 2019 à 21:35

Apple répond comme les grandes chaînes d'hypermarché quand les petits producteurs se plaignent des conditions qui leur sont imposées : "ils sont bien contents de vendre chez nous"

Xak

16 mars 2019 à 08:41

Je ne suis pas Édouard Leclerc. Mais je réponds à ceux qui se plaignent, ben vendez de votre côté.
Je retourne depuis un certain temps chez le boucher local, pour les légumes à défaut, je me contente d’une petite supérette bio qui privilégie le local.
Donc tout les moyens sont bon. Il faut juste se passer de la solution de facilité !

Platypus

16 mars 2019 à 13:16

Alors, je ne comprend pas trop le reproche qu'on peut faire à Apple Music dans ce cadre là, (ou alors j'ai pas compris l'idée, et je veux bien que quelqu'un m'aiguille merci )

Je veux dire c'est disponible par défaut dans l'OS au sein de musique, c'est la librairie native. Normal qu'elle se passe de commission, ou qu'elle passe outre les règles habituelle et dispose d'attributs exclusif (bête exemple : comme le calendrier, on peut le virer de l'OS, le trouver sur l'app store, mais pour autant il a accès à sa propre icône et évoluer dynamiquement en fonction du jour, ce qui n'est pas le cas d'autres applications). C'est un produit Apple dans l'environnement Apple.

C'est comme si on reprochait à un propriétaire de maison d'hôte de ne pas payer quand il se sert dans son propre minibar.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription