La honte d'utiliser un iPhone en Chine


Sale temps pour l'iPhone en Chine. Alors que les ventes d'Apple sont régulièrement en baisse depuis l'année dernière, les décisions politiques de l'administration Trump ont un impact considérable sur l'image des entreprises américaines dans l'empire du Milieu. Le 10 mai dernier, les États-Unis ont augmenté les droits de douane sur l'équivalent de 200 milliards de dollars d'importations chinoises, passant ces derniers de 10% à 25%, et le Président a annoncé son intention d'augmenter les droits de douane sur l'équivalent de 300 milliards de dollars d'importations supplémentaires. Apple est déjà touchée par cette décision, mais pour le moment seulement sur les produits annexes, comme des chargeurs et des câbles, dont le prix n'a pas (encore ?) augmenté aux États-Unis.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine prend de multiples formes, et l'affaire Huawei est en train de prendre une ampleur inédite. Soupçonné d'espionnage avec ses équipements 5G, le fabricant chinois a été placé sur liste noire aux États-Unis, ce qui se traduit par une interdiction aux entreprises américaines de collaborer avec Huawei. Les conséquences sont dramatiques pour le groupe : Google lui a retiré sa licence Android, le forçant à utiliser la version Open Source dépourvue de nombreuses applications et services critiques, et le britannique ARM a mis fin à ses contrats avec Huawei, sous prétexte que ses designs utilisent « une technologie d’origine américaine », ce qui empêchera Huawei de produire ses puces Kirin. En bref, les décisions des États-Unis ont mis Huawei dans une position très délicate, alors qu'il s'agit du troisième constructeur mondial et de la première marque de Chine.


iPhone Chine

Les décisions de l'administration Trump sont-elles justifiées ? Le sujet est extrêmement complexe, et ce n'est pas la question à laquelle nous essayons de répondre ici. Il est en revanche certain que ces différentes mesures créent en Chine un très fort sentiment de défiance envers les États-Unis, et exacerbent les sentiments nationalistes. Au point que les appels au boycott se multiplient. Autrefois symbole de réussite pour qui pouvait se l'offrir, l'iPhone a perdu de son aura ; « c'est plutôt gênant de sortir un iPhone de votre poche de nos jours, lorsque tous les dirigeants de la boîte utilisent un Huawei », déclarait un employé d'un opérateur chinois dans un article du South China Morning Post qui a fait couler beaucoup d'encre cette semaine.

Les analystes sont unanimes : les attaques de l'administration Trump ne peuvent que renforcer la popularité de Huawei et des autres fabricants chinois sur leur propre marché, et écorner l'image et donc les ventes des entreprises américaines. La situation ne semble pas aller dans le sens de l'accalmie pour le moment, et il faut donc s'attendre à ce que les difficultés rencontrées par Apple sur le marché chinois s'accroissent.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez l'iPhone sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (19)

Sethenès

23 mai 2019 à 10:52

Pour ma part, je pense que l'administration Trump a sous-estimé les conséquences de son boycott de Huawei, la meilleure preuve étant ce rapide revirement et l'octroi du délai de 90j.

Et ce qui a été sous-estimé, n'a rien à voir avec l'image d'Apple en Chine. Je pense qu'il s'agit plus de problèmes liés aux accords internationaux mais également du caractère irréversible de la décision. En effet, si l'augmentation provisoire d'une taxe sur un produit est un phénomène réversible (pour peu que cela ne soit pas trop long), ici la décision ne peut plus être rattrapée.

L'annonce de ce délai de 90j aurait du venir avant l'annonce de la décision et cela ne va rien rattraper car les opérateurs ne sont pas des girouettes et le mal est fait et durablement fait. En plus, il ne faut pas oublier qu'à la tête des sociétés de haute technologie, ce sont plutôt des personnes proches des démocrates. Ils sentent que Trump a fait une connerie et essaye de s'en dépatouiller et donc, eux, maintiennent leurs décisions. C'est tout à fait raisonnable, mais il n'empêche que ça coince Trump face à la Chine.

Je ne sais pas comment vont réagir les chinois, mais ça m'étonnerait qu'ils laissent passer ça, mais ça n'est pas le plus important.

Trump utilisait Huawei comme moyen de pression contre la Chine, dans son ensemble, mais en frappant trop fort Huawei, cela va le contraindre à lever le pied et à faire une courbe rentrante.

Et comme il n'aime pas perdre la face ...

Hangaroa

23 mai 2019 à 11:18

Je ne sais plus où j ai lu cela mais un officiel chinois soutenait Huawei et a twitté.. mais de son iPhone 🤣🤣🤣

Sylvain

23 mai 2019 à 11:21

@Hangaroa : ici par exemple

pim

23 mai 2019 à 11:58

Le fond de la question est de savoir si oui ou non Hawei fait de l'espionnage. Tout le monde résume cela à un problème politique, mais si l'espionnage était effectif, ce serait un sacré problème. La différence entre une guerre commerciale et guerre numérique est loin d'être anodine.

Hangaroa

23 mai 2019 à 12:00

Tu m as devancé 🤣 il est trop fort

Sethenès

23 mai 2019 à 12:43

Sur la question de l'espionnage, il est très difficile de se faire une idée. Tout juste, je constate ce soudain délai de 90j. Dans quel but, pour faire quoi ?

Ceci dit, objectivement, ça fait les affaires d'Apple et ce même si ça complique encore un peu sa position en Chine.

Tout d'abord, c'est un sérieux concurrent qui est profondément entravé dans sa fulgurante progression. Alors certes Oppo & Xiaomi représente à eux deux autant que Huawei (15% des parts de marchés en Smartphone), mais le report ne sera jamais de 1 pour 1.

Ensuite, l'apparition d'un 3ème OS et d'un 3ème store, ferait qu'Apple n'aurait plus à faire face à un concurrent monolithique qui pèse 80% des terminaux, mais 2 concurrents qui se les partagent.

JérémyJr

23 mai 2019 à 12:51

Ont-ils également honte des emplois et opportunités créés dans leur pays ou encore du savoir-faire/R&D qui leur a été transmis (quand il n'a pas été volé) pour la production de l'iPhone ?
Huawei ne serait pas le géant qu'il est devenu sans les entreprises occidentales (notamment américaines), après s'être affranchi de toutes les règles de propriété intellectuelle (brevets, designs, ...) tout en faisant l'économie de milliards en R&D pendant des années.

Et cela vaut pour toutes les grosses boîtes chinoises.
Concernant la question de l'espionnage, tout un chacun sait pertinemment que Huawei est à la solde de Pékin. Malgré la méthode, Trump a raison de réagir. Ce sont les européens qui sont dans l'erreur en laissant Huawei s'occuper de la 5G.

Sethenès

23 mai 2019 à 13:01

@JérémyJr : pour la question du plagiat, tu n'as pas tort mais à partir du moment où tout le monde le savait, il suffisait de ne pas faire appel aux Chinois pour produire les machines. La production d'iPhone aurait très bien pu rester aux E.U. Du reste, pendant les premières années, les coréens ont fait pareil.

VanZoo

23 mai 2019 à 13:08

Je n’aborderais pas ce sujet complexe ici ainsi...
Juste : Xiaomi et Samsung doivent jubiler
Cela forcera aussi Apple à considérer davantage son marché européen !
Petite chose tout de même, l’économie chinoise repose beaucoup sur l’exportation. Ils ne devraient pas pouvoir se permettre d’en faire de même.
En tout cas, temps que Trump sera là (si 2ème mandat), Huawei smartphone sera alors mort et enterré 💀

pehache

23 mai 2019 à 15:41

@JeremyJr : la vie semble simple avec toi, les bons d'un côté, les méchants de l'autre.

Les transferts de technologies : comme dit Sethenes, personne n'a forcé la main aux entreprises occidentales pour coopérer avec les entreprises chinoises. Elles y voyaient leurs intérêts (pénétrer le marché énorme de la Chine).

L'Espionnage : peux-tu mettre ta main à couper que les géants US du numérique ne sont pas utilisés par les agences gouvernementales US pour faire de l'espionnage ? Tu as entendu parlé des failles exploitées par la NSA dans les routeurs CISCO qui sont présents dans tout le backbone internet ?

JérémyJr

23 mai 2019 à 17:20

@Pehache Je n'adhère pas à la conception manichéenne des contes Disney, rassure-toi.
Évidemment que lesdites entreprises occidentales y ont également trouvé leur compte mais ce n'est pas de leur "crachat dans la soupe" dont on parle ici.
En ce qui concerne mon commentaire sur les choix européens, cela s'applique également aux américains qui, on le voit sous ce mandat Trump, se fichent de bouleverser le monde (présent comme futur) pour leurs intérêts. Dans cette perspective, ce n'est pas en s'en remettant à des infrastructures étrangères que l'Europe va conserver (ou acquérir ?) une souveraineté déjà en perte de vitesse et de crédibilité. Il est impératif de développer des solutions maisons, a fortiori pour un domaine aussi primordial que les nouvelles technologies.

Pseudol

23 mai 2019 à 17:56

Je pense au contraire que l'administration Trump est tres lucide dans ce qu'elle fait et qu'elle avait pleinement conscience de l'impact de cette décision.

@pehache : Les macbooks via intel sont par exemple, vendu avec un supposé mouchard de la NSA bien connu qu'il est possible de desactiver depuis peu grace à une option cachée mise en place précisement dans le cadre d'utilisation interne de la dites NSA (le comble)
Plus d'info ici : https://www.csoonline.com/article/3220476/researchers-say-now-you-too-can-disable-intel-me-backdoor-thanks-to-the-nsa.html

Et si vous voulez le desactiver sur vos macs : https://github.com/corna/me_cleaner/wiki/External-flashing

En revanche, il est IMPOSSIBLE de booter votre ordinateur sans la presence de certains fichier d'intel ME. Entre autre, vous pouvez le desactiver, supprimer 90% de son code, mais il reste une partie nécessaire au boot.

J'ai moi même desactivé la chose sur l'ensemble des machines que j'utilise, donc si vous avez des questions, ouvrez un sujet sur le forum et faites moi suivre le lien

Revan

23 mai 2019 à 21:10

Je ne vois rien de surprenant là-dedans. La Chine va certainement répondre bientôt en proposant un embargo sur certaines importations américaines, quoi de plus logique. Et puis bon, les USA espionnent partout dans le monde depuis des années. Même le portable de Merkel.

Et si la Chine décidait soudainement de refuser l'exportation des terres rares aux Etats-Unis, toutes les boites de technologie se retrouveraient bien bêtes.

Sethenès

23 mai 2019 à 21:47

@Revan : c'est compliqué.

Si la Chine répond de manière forte maintenant, c'est montrer que ses liens avec Huawei sont peut être bien aussi forts que l'administration Trump le laisse entendre.

Je pense que la Chine ne va répondre que verbalement, comme elle a commencé à le faire, en provoquant Trump sans répit.

Comme Trump agit et pense comme un joueur de poker, il n'a que deux choix, se coucher ou relancer.

Le status quo n'est à mon avis pas une véritable option en raison des surtaxes sur les importations de part et d'autre, qui finiront par miner les économies.

S'il ne répond pas aux provocation, il donnera l'impression de se coucher et s'il relance par de nouvelles sanctions, là, je pense que la réponse de la Chine sera extrêmement importante.

Sethenès

23 mai 2019 à 22:03

(sans compter évidemment sur le fait que les entreprises américaines vont systématiquement perdre tous les contrats potentiels, sauf s'ils sont stratégiques pour la Chine. Rien ne sera dit évidemment, mais la patriotisme aidant et la main-mise du pouvoir étant telle, ça sera un boycott qui ne dit pas son nom.)

Revan

23 mai 2019 à 22:12

Est-ce que les USA peuvent survivre sans ce que leur apporte la Chine et vice-versa ? Partant de là, ils arriveront à trouver un terrain d'entente. Peut-être que Huawei ne pourra plus revenir mais il y a toujours OnePlus par exemple.

Mais je suis d'accord, Trump prend des décisions irréfléchies. Mais sans lui apporter aucun soutien, c'est une façon de faire un peu "différente". Ca change du conservatisme polissé.

Sethenès

23 mai 2019 à 22:52

Les deux camps sont à la fois tellement prévisibles et tellement imprévisibles à la fois, que presque tout est possible.

Je dirais que ça arrive quand même à un mauvais moment pour les américains. D'abord, il y a les nord-coréens qui font plus que jouer avec leurs pieds. Nord-Coréens, grands alliés de ... Pékin. Ca fait 3 ans que Trump se vante qu'il va les mettre au pas, ils lui font de beau sourire, mais continuent leurs essais de missile comme si de rien n'était.

Ensuite, il y a la crise iranienne. A part Israël, je pense qu'aucun autre allié des E.U. n'a envie de s'attaquer à l'Iran. Et justement, les iraniens ont bien flairé le vent puisqu'ils viennent d'en rajouter une couche en provoquant ouvertement Trump.

Il y aussi la crise au Vénézuela. Je m'y connais très peu dans la géo-politique de cette partie du monde, mais j'ai vu un titre dans une quotidien que j'estime sérieux et qui faisait état d'un danger potentiel pour sa réélection en raison du nombre de Latinos présents dans les états clés, susceptibles de basculer au profit des démocrates.

Sans compter la crise avec l'Europe, où le président vient de botter en touche et de postposer la surtaxe qui pourrait toucher les véhicules européens à l'import, ce qui a aussi éloigné les mesures de rétorsions européennes qui ont été choisies pour frapper principalement des amis du président et des intérêts dans les états clés (sous-entendus, acquis aux républicains).

Pour la plupart de ces bras de fer, il lui faut des alliés, mais il a tellement de conflits en cours en même temps, qu'il a à peu près un contentieux ouverts avec le monde entier.

Et si, à une table de poker, on jour contre plusieurs adversaires à la fois, ceux-ci jouent pour eux-mêmes uniquement. Et c'est ça, je pense, l'erreur de Trump. Il est individuellement le plus fort, mais aucune de ces ennemis n'est vraiment isolé et tous ensemble, ils sont plus fort que lui.

Cmoi

24 mai 2019 à 17:01

Pour moi, c'est moins une question d'espionnage (car une entreprise du pays qui informe son pays, c'est un secret de polichinelle...ils le font/feront tous...)...que d'équilibre commercial...La situation exacerbe les sentiments nationalistes en Chine? Le pouvoir chinois est déjà très nationaliste et protectionniste...probablement davantage que les États-Unis.

Et chez nous en France/Europe? Ben, c'est presque OpenBar...nous sommes presque les idiots du jeu. Nous avons aussi "nos Huawei" pour les équipements réseaux comme Ericsson et Nokia (très français car il y a l'ex-Alcatel dedans) mais j'ai pas beaucoup entendu parlé d'un éventuel soutient.

Libéralisme? Que le meilleur gagne? On sait bien que Huawei ne joue pas franc-jeu...Aide du pouvoir chinois, dumping social...

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription