Avec l'Apple Card, Apple veut ratisser large


L'Apple Card a été lancée en avant-première aux États-Unis le 6 août, et les premiers utilisateurs ont pu commencer à découvrir la carte bancaire d'Apple. Le processus est très rapide : il ne suffit que de deux minutes pour obtenir une confirmation et pouvoir ajouter l'Apple Card à l'application Wallet. Deux minutes, c'est le temps nécessaire pour qu'Apple et son partenaire Goldman Sachs vérifient la solvabilité de l'utilisateur. Pour cela, c'est le score FICO qui est étudié.

Le score FICO, mis en place par l'entreprise du même nom, est une note attribuée à tous les clients des banques américaines pour déterminer s'il est ou non risqué de leur prêter de l'argent. Ce score est calculé selon de nombreux facteurs, comme l'historique des remboursements de crédits, le taux d'endettement, le nombre et le type de crédits en cours... Un consommateur qui rembourse toujours à l'heure aura logiquement un score élevé, alors que les accidents de paiement feront chuter la note. Les scores vont de 250 à 900, et il est généralement considéré qu'un score inférieur à 620 est très mauvais, ce qui se traduit par des difficultés à emprunter. Aux États-Unis, 56,8% des consommateurs ont un score situé entre 700 et 850.

Quel est le score FICO minimal pour pouvoir obtenir une Apple Card ? Cette information n'est pas précisée par Apple, mais CNBC nous apprend qu'un utilisateur avec un score de 620 a bien pu s'inscrire. Les conditions seraient alors bien moins intéressantes qu'avec un score FICO élevé, l'utilisateur en question ayant une limite de crédit de 750 dollars et un taux d'intérêt de 23,99% (ce qui resterait plus généreux qu'avec ses autres cartes). Il n'empêche qu'Apple ratisse visiblement très large.


Apple Card FICO

Là où les banques traditionnelles disposent généralement de plusieurs offres pour répondre aux besoins de leurs clients les plus modestes et de leurs clients les plus riches, Apple ne propose qu'une seule version de son Apple Card. Même si le positionnement est premium, avec une carte physique en titane, les conditions d'accès se doivent d'être plus souples. Dans les années 1990, Apple avait déjà voulu créer une carte de crédit sous sa propre marque, en partenariat avec Capital One, mais Steve Jobs aurait détesté l'idée qu'un client d'Apple puisse se voir refuser l'accès à cette offre. Même si tout le monde ne bénéficiera pas des mêmes conditions, l'idée est donc visiblement d'ouvrir l'Apple Card à un maximum de monde.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (8)

Baradal

12 août 2019 à 10:56

Avec GS non merci...

So0paman

12 août 2019 à 11:16

Curieux de voir sous quelle forme l'Apple Card arrivera en Europe, si elle arrive un jour. On a beaucoup moins la culture du crédit comme aux USA, ou c'est un mode de consommation courant.

Je vois mal le service tel qu'il est aujourd'hui débarquer en France en tout cas, c'est pas du tout la mentalité ici. A moins qu'Apple change la donne, mais pas sur que ce serait une bonne chose.

matt

12 août 2019 à 11:22

Comme seconde banque ça peut être sympa

fifou2000

12 août 2019 à 14:30

taux à 24%. lol quand même.

Oracle

12 août 2019 à 19:18

@fifou, ce sont les mêmes taux pratiqués en France avec les cartes revolving

Tu as 21 jours pour rembourser le solde de la carte de crédit, si ce n'est pas fait dans ce laps de temps, les intérêts sont appliqués

Après en fonction de la carte et de la banque, les intérêts peuvent varier entre 9% et 29%

fifou2000

12 août 2019 à 20:40

Voilà qui confirme tout le bien que je pense de ce genre de truc ...

Rantanplan08

12 août 2019 à 21:16

Petite coquille : ont un score situé entre 700 and 850

Sylvain

13 août 2019 à 08:07

@Rantanplan08 : merci

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription