Les premiers Macs avec puce ARM toujours prévus pour 2020


Apple aurait toujours pour objectif de dévoiler son premier Mac doté d'une puce ARM conçue en interne dès l'année prochaine, affirme le toujours bien informé Mark Gurman sur Bloomberg cette semaine. Le journaliste ne nous donne pas de détails supplémentaires sur ce projet, mais confirme à nouveau cette échéance qui circule dans les rumeurs depuis deux ans. Ce projet, qui serait en préparation depuis de nombreuses années à Cupertino, porterait le nom de code « Kalamata ». Son existence a déjà été confirmée par plusieurs sources de confiance, comme le Nikkei et Ming-Chi Kuo, qui se montre en revanche un peu plus prudent en avançant une date de sortie entre 2020 et 2021.


Steve Jobs PowerPC Intel transition

La dernière transition de processeurs d'Apple, de PowerPC à Intel, annoncée en 2005



Comme pour la transition des processeurs PowerPC à Intel, on imagine aisément que la transition des puces Intel aux puces ARM ne se fera pas du jour au lendemain. Steve Jobs avait annoncé la transition des Macs vers les processeurs Intel à la WWDC 2005, en juin, et le premier ordinateur étant équipé d'un Core Duo, l'iMac, était sorti en janvier 2006. Il est donc possible, si Apple annonce bien sa transition vers les puces ARM en 2020, qu'Apple profite de la WWDC pour avertir les développeurs dès le mois de juin mais que le premier ordinateur ne sorte que plusieurs mois plus tard, pourquoi pas en début d'année 2021.

Chaque année, Apple montre un peu plus sa grande maîtrise des processeurs ARM et la puce Apple A13 qui équipe l'iPhone 11 atteint encore de nouveaux sommets de puissance. Jusqu'ici, Apple s'est limitée à des produits très mobiles, qui sont dépourvus de système de ventilation. En ayant un Mac en tête, les ingénieurs de Cupertino pourraient créer des puces qui pourraient égaler ou dépasser les processeurs d'Intel en terme de puissance brute, tout en réalisant d'importantes économies d'énergie. Ce changement d'architecture devrait ainsi avoir un important impact sur l'autonomie (et pourquoi pas la finesse) des ordinateurs portables d'Apple, et c'est pour cette raison qu'Apple pourrait cette fois entamer sa transition par un MacBook.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez le MacBook Air et le MacBook Pro sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (10)

geooooooooffrey

22 octobre 2019 à 10:38

Un Mac ARM, au nom de code Kalamité, qui fonctionnerait sur une version ARM de macOS Catastrophelina du coup ?

VanZoo

22 octobre 2019 à 14:06

Sachant que Microsoft emprunte la même voie, Intel a t-il du soucis à se faire ?

sudes

22 octobre 2019 à 15:18

Question bête de novice : Apple ne pourrait-elle pas faire une transition en utilisant deux processeurs, l’un Intel pour faire tourner toutes les apps existantes non optimisées sans émulateur x86, et l’autre Axx pour faire tourner tout ce qui a déjà été adapté (système d’exploitation, apps maison,...) avec une bonne performance énergétique ? Cela coûterait nécessairement plus cher, mais Apple maîtrise les coûts de son processeur maison, et cela limiterait le risque de perdre des clients faute de compatibilité optimale. Mais c'est peut-être techniquement impossible...

@Sylvain, toi et Consomac avez vécu la transition des PowerPC vers Intel : comment cela s'était passé pour que tous les logiciels continuent de fonctionner dès la sortie du premier Mac Intel ?

Horaels

22 octobre 2019 à 15:29

@sudes Techniquement, c'est effectivement très compliqué. Un système d'exploitation est créé pour une architecture. Alors j'imagine que oui, il est théoriquement possible de greffer un second processeur d'une autre architecture, mais le système d'exploitation doit tourner sur l'un des deux.

Pseudol

22 octobre 2019 à 23:00

Cela me fait penser au macbook air qui est vendu avec un ventilateur pseudo factice et qui laisse le CPU crammer, si quelqu'un a une explication à pourquoi apple a construit son macbook air de la sorte je demande vraiment à comprendre

Separii

22 octobre 2019 à 23:10

@sudes Oui, il est parfaitement possible d'utiliser deux processeurs differents dans une meme machine pour la retrocompatibilite : c'est ce qui s'est fait avec par exemple la Wii U et la 3DS chez Nintendo. Par contre, dans ce cas, les choses etaient rendues assez facile car le processeur "ancienne generation" a garder etait bien defini.
Ici, si on veut rester avec un CPU amd64, que choisir ? Un qui soit assez puissant pour faire tourner des jeux/logiciels pro, quitte a faire grimper la facture d'au moins 300 euros, ou un processeur bon marche qui ne pourrait a la limite que gerer Word et c'est tout ?
En plus, comme l'a mentionne Horaels, tout cela serait un bazar monstrueux a gerer. Avec les deux consoles, il "suffit" de redemarrer et de lancer l'ancien OS (en gros) pour lancer les jeux. Ici, redemarrer sur un OS x86 exclusivement pour faire tourner des softs x86, puis redemarrer sur l'OS ARM le reste du temps serait un calvaire. Et en admettant que l'on puisse connecter les deux processeurs et qu'ils executent chacun les logiciels developpes pour eux, comment gerer par exemple le rendu, vu qu'une carte graphique dans le cas du PCIe ne peut etre connectee qu'a un seul CPU a la fois ?
Sans compter, comme tu l'a mentionne, le cout niveau energie (necessite d'avoir non seulement le processeur en plus mais son chipset), niveau financier, et meme niveau place sur la carte mere...

Une solution bien plus pratique serait de faire comme Apple a fait lors de la transition du PPC vers Intel : un programme qui sert d'intermediaire et joue le role ""d'emulateur"". Dans le cas du Mac, c'etait Rosetta. Bien evidemment, la performance du programme en prenait un coup, mais c'etait bien mieux que rien du tout (et imperceptible pour les programmes les moins gourmands).
Cependant, dans le cas ARM -> x86, si l'on prend comme exemple Windows for ARM, les performances sont plus que mauvaise(https://www.techspot.com/review/1599-windows-on-arm-performance/page2.html). Peut etre que l'on peut attribuer ca a un manque d'optimisation de l'emulateur, car Intel montre un peu les dents, ou parce que dans ce cas precis le Snapdragon 835 est reellement moins puissant que meme un Celeron bas de gamme...

Dans tous les cas, ce sera vraiment quelque chose d'extrement complexe a implementer, et je me demande bien comment ils vont s'en sortir !

pehache

23 octobre 2019 à 00:36

@Separil : ben ils vont s'en sortir avec un émulateur comme l'était Rosetta, tout simplement.

Aluncard

23 octobre 2019 à 12:09

@Separii : Il sera intéressant de suivre les tests de la Surface Pro X, les progrès effectué sur l'émulation depuis le Snapdragon 835 (avec CPU Kryo 280) du lien que tu met, vers le processeur du SPX le Snapdragon 8CX (CPU Kryo 495). Dans l'absolu il vaut mieux des appli natives, mais en attendant, pas le choix que de passer par un émulateur.

Ce sera un match intéressant à suivre : Surface Pro X Vs Macbook 2020.

Le virage ARM est en train de s'amorcer.

Jaguar

23 octobre 2019 à 19:42

Je ne comprends pas toutes ces discussions sur des machines bi-processeurs et ces analogies avec la transition PPC vers Intel. Cela n'a aujourd'hui plus rien à voir. Presque toutes les applis Mac sont aujourd'hui développées en Xcode ou Swift. Il suffira d'une nouvelle version du compilateur qui générera, avec le même code, une application ARM et c'est tout. Les programmeurs n'auront qu'une recompilation à faire. Tout le travail n'est que pour Apple, et ils en ont probablement déjà fait 99% pour les iPhone et iPad.

pehache

23 octobre 2019 à 21:10

"Presque toutes les applis Mac sont aujourd'hui développées en Xcode ou Swift"

Source ? Je pense au contraire que parmi les applis multiplateformes, peu sont développées sous Xcode (et probablement aucune en Swift). Par ailleurs on ne développe pas "en" Xcode (ce n'est pas un langage).

"Il suffira d'une nouvelle version du compilateur qui générera, avec le même code, une application ARM et c'est tout. Les programmeurs n'auront qu'une recompilation à faire."

Méconnaissance du travail de développement ? Déjà entre théorie et pratique il y a parfois un gap : d'expérience, il est rare que la compilation puis le test d'un code sur une nouvelle plateforme ne révèle pas quelques surprises nécessitant des ajustements dans le code. Mais à la limite ça reste marginal dans un code bien écrit. Par contre qui dit plateforme supplémentaire dit tester l'appli sur cette plateforme, et ça a un coût.

Par ailleurs si tu as acheté la v4 d'un soft qui en est à la v6 aujourd'hui, il n'y a à peu près aucune chance que l'éditeur s'embête à recompiler et republier sa version 4 pour ARM : il sortira une v7 sous x86 et ARM, mais si tu veux continuer à faire tourner ta v4 parce que tu n'as pas envie de remettre la main à la poche pour une v7, il faudra bien qu'il y ait un émulateur.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription