Lancement imminent pour le Mac Pro de 2019 ?


Le Mac Pro de 2019 a été officiellement présenté en juin dernier, à l'occasion de la WWDC, et Apple a promis une sortie de ce dernier dans le courant de l'automne. Nous voici en plein dedans, et Apple vient tout juste de recevoir le feu vert de la FCC pour la commercialisation de sa nouvelle tour destinée aux professionnels. Le lancement est donc imminent, et nous avons la confirmation aujourd'hui qu'Apple a déjà envoyé des unités de démonstration à certains créatifs, possiblement pour obtenir des témoignages permettant de vanter les mérites du Mac Pro à son lancement. C'est notamment le cas de Calvin Harris, le célèbre DJ qui a laissé apparaître le Mac Pro dans une story publiée sur son compte Instagram. C'est la première fois que le Mac Pro de 2019 se montre hors des locaux d'Apple depuis sa présentation.




Un peu plus tôt cette semaine, Apple avait promis des surprises lors du FCPX Creative Summit qui se tenait à Cupertino. Nous avions alors espéré qu'Apple profiterait de l'événement pour lancer la commercialisation du Mac Pro de 2019, mais il n'en a rien été. Il n'y a désormais plus d'événement spécifique de prévu d'ici la fin de l'année, et Apple se contentera sans doute de mettre à jour sa boutique en ligne et d'annoncer l'arrivée du Mac Pro par le biais d'un communiqué de presse. Apple a encore un peu de temps pour respecter sa promesse, l'automne courant jusqu'au 21 décembre...

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez le Mac Pro sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (22)

pim

9 novembre 2019 à 18:42

Ils vont l’annoncer pour le Black Friday, avec 20 % de ristourne !

matt

9 novembre 2019 à 19:12

Je viens de voir sa Story en effet ! C’est drôle dans la vidéo il fait écouter sa musique dans son studio mais c’est comme si il voulait montrer le Mac Pro, mais pas vraiment, avec des petits plans dessus furtifs !

LolYangccool

9 novembre 2019 à 20:43

Il a peut-être pas trop le droit d’en parler (embargo) ?

VanZoo

9 novembre 2019 à 21:37

Il ne cesse d'être imminent ce lancement

LolYangccool

9 novembre 2019 à 23:34

On a jamais été aussi proche de son lancement VanZoo !

André B

10 novembre 2019 à 06:26

Si ce nouveau Mac Pro pouvait être accompagné d'un système d'exploitation professionnel... On peut toujours rêver, n'est-ce pas !

Morphus

10 novembre 2019 à 08:12

Trop tard pour moi. J'ai pris un iMac 27 I9 SSD 512 et pas déçu du tout. On verra dans 3 ans

pim

10 novembre 2019 à 11:45

Chiche de dépenser 6 ou 7 k€ dans un Mac Pro, pour faire tourner Windows 10 Pro dessus ! Y'en a qui demandent « un système d'exploitation professionnel », c'est possible !

minipapymetal

10 novembre 2019 à 11:48

@André B : que manque-t-il au système d’exploitation de ce Mac Pro pour la clientèle ciblée ? (les créatifs avec de gros besoins particulièrement).
macOS s’est appauvri sur de nombreux points : couche UNIX de moins en moins intéressante, bridages toujours plus drastiques, fonctionnalités à forte valeur ajoutée qui disparaissent. Mais hormis pour le développeur, l’admin système, le geek bidouilleur, l’adepte de belle technologie (qui ne sont pas les clients de ce type de machine), ça impacte qui ?

En tant qu’ingénieur et geek à mes heures perdues, je pleure la paupérisation de macOS. Mais le musicos dans son studio, le monteur de documentaire ou le photographe pour une grosse agence de com’ s’en moque bien lui. Il a besoin d’un outil efficace et performant.

VanZoo

10 novembre 2019 à 15:10

Apple désormais produit du contenu, il fallait donc une machine qui y corresponde. En terme d’image pure, imaginer que les mecs bossent sur Windows pour des séries/films Apple, ça aurait fait tâche pour une entreprise qui s’est toujours voulue proche des créatifs...

bunios

10 novembre 2019 à 15:17

C'était quand même un lieu idéal pour l'annoncer à un public de prédilection : la vidéo. Dommage....

Suite au prochain numéro.

A+

LolYangccool

10 novembre 2019 à 15:58

« qui ne sont pas les clients de ce type de machine«
Pour certains ils peuvent l’être si ? Pourquoi ils ne pourraient pas ?

apfel

10 novembre 2019 à 16:47

@LolYangccool il a raison car en tant que développeur je n'ai pas l'utilité de cette machine. Ni même celle d'un iMac 5K. Beaucoup de développeur achète des macs par habitude et pour le kiff d'avoir de belles machines mais la réalité, c'est qu'en tout cas pour du développement logiciel, ces machines sont overkill pour ce qu'on n'ont fait. Sans parler des gens qui les achètes et qui n'utilisent leurs Macs que pour aller sur Youtube, Facebook et consomac. Certain ne les utilisent même pas pour l'intégration avec l'écosystème Apple, comme iMessage, handoff etc... Le développement logiciel est particulier. En phase développement le besoin de puissance est très faible, écrire du code c'est écrire du texte. Je soupçonne certains éditeurs de codes d'êtres moins lourds que Microsoft Word pour un écrivain ou une secrétaire. Ensuite on passe à la compilation ou l'interprétation du code en fonction du langage et là on a besoin de puissance, mais une compilation de code pour la plupart des logiciels dur entre quelques secondes ou 20 à 40 minutes pour les logiciels les plus fournis. Par exemple Firefox prend 20 minutes à compiler sur un MacBook Pro i9 de 2019 à partir de 3199€. La commande configuration de 2699€ à des performances similaires, et un bon PC sur Linux fait pareil ou mieux grâce aux fonctionnalités natives que permettent Linux pour un développeur comme les containers LXC et Docker. Sans compter qu'aujourd'hui beaucoup de développement logiciels passent par des langages interprétés qui ne requièrent donc pas de temps de compilation. Soudain un XPS 13 Developer Edition sur Linux Ubuntu à 1399€ peu fournir pareil qu'un MacBook Pro 15 avec configuration améliorer à 4319€. On sera d'accord pour dire qu'une machine Apple est quand même infiniment plus sexy qu'un Dell, même un XPS avec des bords d'écrans très fins et la webcam qui est enfin bien placé sur le haut sur les tous derniers modèles. Mais certaines personnes n'ont vraiment pas l'utilité de ces machines. Apple pourrait changer la donne en offrant une intégration open source des distributions Linux comme le fait Windows avec WSL2 et Google avec Crostini. Le matériel c'est bien, le software qui va avec c'est mieux. Je ne doute pas que mes amis architectes vont autant apprécié ces machines que les monteurs vidéos. Pour les ingénieurs en Machine Learning qui sont dans de gros GPU il faut voir car je ne suis pas sûr encore une fois que les software sur Mac gère autre choses que les API d'Apple.

VanZoo

10 novembre 2019 à 17:21

Bien peu de monteurs ont besoin de tant de puissance. Idem pour les musiciens ou photographes. Un " simple " Imac 21,5 de base est largement suffisant (Fusion Drive au minimum)
Qui monte en 4K Raw voir même en 8K ? Ou bien à vouloir faire des montages particulièrement complexes.
Quant aux Youtubers, si enclin à se palucher sur telle ou telle config haut de gamme, leurs montages étant d'une simplicité enfantine, un simple MacBook Air serait suffisant... Et même en sortant une vidéo par jour, vu la pauvreté du montage, la quasi absence d'effets, la puissance des machines grand public est largement suffisante. Idem pour les chaînes Tv et leurs montages à la chaine. D'ailleurs, France Tv et BFMTv filment en reportage avec des Iphones...
Le compositing avancé oui demande de très grosses ressources. Si l'exigence est professionnelle, peut-être faut-il se tourner vers CUDA bien que METAL soit de mieux en mieux pris en compte chez Adobe. Mais encore une fois, cela ne concerne qu'une petite frange de professionnels.

Personnellement, en toute honnêteté, je pense que mes besoins se situent entre l'Imac 5K core i9 et l'Imac Pro boosté. Malgré tout, j'attends la sortie du Mac Pro (pour juger le prix des options avant de faire un choix)

On peut vouloir se faire plaisir et/ou apprécier le confort. La vitesse est limitée à 130 sur autoroute, cela n'empêche pas bon nombre d'acheter des voitures infiniment trop puissantes. Une Clio arrivera en même temps qu'une Mercedes.
Le plaisir du confort...

minipapymetal

10 novembre 2019 à 17:24

@LolYangCool, je ne dis pas qu'ils ne peuvent pas l'acheter. Je dis juste que ce sont des métiers qui n'en ont pas le besoin. Elle n'est pas adaptée pour eux. Cela reviendrait à prendre un char d'assaut pour tuer une mouche. Quel développeur ou admin système aurait besoin d'une telle machine ?
Je sais qu'on balance souvent "le machine learning" et plus particulièrement le "deep learning" en réponse à ce genre de questions, mais en pratique, l'entrainement de réseaux de neurones se fait plutôt sur des serveurs dédiés à cette tâche dotés de configurations adaptées point de vue GPU et RAM.
La plupart des tâches exigeantes point de vue calcul sont externalisées et traitées sur des machines déportées dont c'est l'unique usage.
Mais effectivement, un développeur pourrait s'acheter cette machine. Je pourrais moi même le faire pour le plaisir, mais sans avoir l'espoir que son coût sera rentabilisé par le gain de temps qu'elle va me procurer.

@apfel : on s'est effectivement compris. C'est là où je voulais en venir. Et pourtant, je ne me séparerais pour rien au monde de mon MacBook Pro et de mon iMac, mais les raisons sont plus subjectives qu'objectives et j'en ai bien conscience.

LolYangccool

10 novembre 2019 à 17:40

Pour le Geekbench bidouilleur ou le passionné qui veut un Mac un peu modulaire le Mac Pro est la seule option viable. Après oui c’est overkill.
J’ai acheté mon Mac Pro de 2013 qui est au dessus de mes besoins, je me suis fait plaisir, c’était un vieux rêve d’adolescence de me payer ce genre de machine un jour. Seul le stockage est limitant dans mon cas, mais pour un fixe je m’en satisfait, ayant 40To accessible en réseau...

pim

10 novembre 2019 à 21:21

Franchement, je trouve que l'on n'a jamais assez de puissance. Je suis preneur de plus de puissance processeur en monocœur, car il y a des compilations qui ne peuvent être exécutées qu'en monocœur.

Et justement, en monocœur, la puissance stagne depuis quelques années. Il suffit de regarder les scores sous GeekBench 4 :

iMac Pro de 2017 : autour de 5000 points ;
iMac de mars 2019 : entre 5200 et 6200 points ;
iPad Pro : 5000 points ;
Mac mini de 2018 : autour de 5000 points ;
MacBook Pro 13" : 5000 points ;
MacBook Pro 15" : entre 5000 et 5600 points.

J'ai un iMac de 2017 qui est à 5200 points. Et j'ai l'impression qu'il y a un plafond de verre, impossible à crever, pour voir une telle stagnation en quatre ans.

Heureusement, en « attendant », Apple n'a pas arrêté de faire progresser les SSD, qui sont de plus en plus rapides, et Intel n'a cessé de rajouter des cœurs aux processeurs — la puissance en multicœurs à explosé — et aussi, accessoirement, la vitesse de la RAM a beaucoup augmenté. Mais pour certains traitements, c'est clairement la puissance en monocœur qui limite.

pehache

10 novembre 2019 à 21:52

@Pim : je suppose que tu parles de Latex ? La compilation d'un document est en effet une tâche qui parait séquentielle au premier abord, mais je pense que le problème est aussi que le code du compilateur a été écrit à une époque où les machines parallèles étaient très peu répandues, que ce code est complexe, et qu'il faudrait revoir toute sa structure pour paralléliser certaines tâches. Sûrement un très gros travail, que personne n'a envie d'entreprendre.

bunios

11 novembre 2019 à 11:51

Que la machine qui va sortir soit surpuissante ou pas (par rapport à l'ancienne machine), c'était quand même le lieu propice à sa sortie.

Dommage tout de même.

A+

pim

11 novembre 2019 à 14:26

@ pehache :

Oui c'est ça. La compilation consiste à empiler des cases dans une boîte, donc c'est impossible de faire cela sur plusieurs cœurs. Il y a aussi des accès mémoires et des accès disques, ce n'est pas 100 % du calcul, mais je pense que la rapidité de compilation est plus ou moins proportionnelle à la puissance processeur en mono cœur. D'ailleurs, l'iPad compile étonnamment rapidement.

La solution la plus simple consiste à travailler sur un document très partiel, de seulement quelques pages, car rien ne sert de compiler un ouvrage entier à chaque fois que l'on rajoute une phrase. Mais même pour une seule page, je suis preneur pour un doublement de la vitesse de compilation !

minipapymetal

11 novembre 2019 à 14:40

@pim : le problème vient moins de la puissance disponible que du manque d'optimisation dont souffre le monde du logiciel aujourd'hui. Même une machine qui serait 1 000 fois plus rapide que la plus rapide des machines aujourd'hui peut très facilement être mise à genou avec un algorithme mal optimisé. Alors avec des développements toujours plus rapides, des stacks techniques toujours plus complexes, des dépendances externes toujours plus nombreuses, l'usage généralisé des frameworks, la maîtrise des langages et des machines qui se perd, l'usage non-raisonné des ressources disponibles, on en arrive à un point où le gain de puissance permet essentiellement de compenser les lacunes techniques et les choix réalisés durant la phase de conception du logiciel. C'est malheureux, mais c'est comme ça.

Fondamentalement, la plupart des softs n'en font pas beaucoup plus aujourd'hui qu'il y a 15 ans, mais malgré la hausse drastique des performances brutes, les traitements sont toujours aussi lents.
Un petit exemple des problèmes qui se posent rien qu'à l'échelle algorithmique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_de_la_complexité_des_algorithmes#Complexité,_comparatif !

Donc je préférerais un réveil de l'industrie du logiciel sur ce plan (surtout que les outils de développement, les process,... sont toujours plus pointus et puissants), qu'une nouvelle explosion de la puissance brute. Et en plus, ça me permettrait de plus m'amuser dans mon métier (mais ça, c'est personnel) !

pehache

12 novembre 2019 à 09:29

@Pim : même pour ce genre de tâche je vois des parallélisations possibles. Les paragraphes peuvent être traités indépendamment les uns des autres avant d'être "assemblés", les images aussi, les différents chapitres aussi s'ils commencent toujours toujours par un saut de page (quitte à revenir dessus dans une seconde passe pour les numéros de pages), etc... Mais ça peut nécessiter une réécriture complète du compilateur.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription