Coronavirus : Apple lance une alerte sur résultats


Voilà plusieurs semaines que certains fournisseurs d'Apple en Chine ne peuvent rouvrir leurs usines à cause de l'épidémie de coronavirus, tandis que ceux qui peuvent revenir au travail subissent d'importants retards et ne peuvent parfois pas être livrés en matières premières. Lors de la présentation de ses derniers résultats trimestriels, Apple avait prévu un ralentissement des ventes pour le trimestre à venir, mais ses prévisions prudentes n'avaient pas anticipé un tel enlisement de la situation en Chine. Apple vient donc de publier un avertissement sur résultats sur son site web : « le travail commence à reprendre un peu partout dans le pays, mais nous avions prévu un retour à la normale plus rapide. De fait, nous ne devrions pas atteindre nos objectifs de revenus pour ce trimestre de mars ».

Apple explique qu'il y a deux raisons principales à cela : la baisse de la production d'iPhone, alors que les usines de Foxconn tournent toujours au ralenti, et l'effondrement de l'activité en Chine, alors que les Apple Stores ont dû temporairement fermer leurs portes, tout comme de nombreux revendeurs. Apple se veut toutefois rassurante, affirmant que la situation s'améliore petit à petit et que la santé de ses employés et de ceux de ses sous-traitants est sa principale préoccupation.


Apple Store de Nanjing East, Shanghai

Apple Store de Nanjing East, Shanghai



Comme nous le voyons hier, l'iPhone n'est pas le seul produit à être affecté par le ralentissement de la production, même s'il est au centre de l'actualité puisqu'il représente à lui seul 60% des revenus de l'entreprise. Le Mac est également touché, et il faut s'attendre à des pénuries le mois prochain. Côté annonces, la traditionnelle conférence du mois de mars devrait a priori être maintenue, mais il faut s'attendre à des disponibilités réduites et des délais importants pour les nouveaux produits qui y seront présentés.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (2)

Sethenès

18 février 2020 à 19:13

Hier quelqu'un mentionnait une ancienne réflexion intéressante de Warren Buffet : "C'est quand la mer se retire qu'on voit ceux qui se baignent nus !".

Je ne la connaissais pas, mais je la trouve excellente et bien à propos. Cela ne vise évidemment pas Apple en particulier. Je pense que cette crise aura au moins l'avantage de nous faire prendre conscience de pas mal de choses.

Déjà les révélations sur la production des principes actifs de certains médicaments est de nature à poser question. Il est probable que d'autres produits que nous pensions "made in ... France, Allemagne, Europe de l'ouest, Occident, ..." se révèle soudain absent des rayons.

Pour les secteurs qui nous intéressent, des secteurs électronique et informatique, nous allons voir quelles sont les entreprises qui s'en sortent mieux que d'autres. La nationalité sera-t-elle déterminante : américaine, japonaise, coréenne ... ? Nous le saurons dans les mois qui viennent. D'autres facteurs le seront-ils plus ou moins ? La aussi, révélation probable d'ici début avril pour le Q1 civil de 2020 et début juillet pour le Q2/S1.

Apple est certainement moins exposée que par le passé. Je ne le cache pas à chaque annonce de résultats, la part des services m'étonne. Ce sera un moment de vérité surtout qu'en principe, la date tombe plutôt bien pour Apple alors que (si je ne me trompe pas) elle tombe mal pour nombre de ses concurrents (Samsung en premier qui vient de dévoiler sa nouvelle gamme).

Quand je dis qu'elle tombe plutôt bien, on est quand même quatre bons mois après la sortie de l'iPhone et du MBP 16". Et aussi à sept mois de la sortie du nouvel iPhone. Une telle crise en juillet par exemple aurait été plus dommageable pour Apple et peut-être moins pour ses concurrents.

pim

19 février 2020 à 17:05

Très intéressante analyse Sethenès.

Je pense que cette crise montre bien les fragilités de la société actuelle et de nos modes de consommation. On dépend plus qu’on ne veut l’admettre « d’un petit marché où nos tomates se vendent en baril » — de pétrole — c’est du Ridan, la chanson « Partie de golf », mais bien avant Trump et sa passion pour la petite balle blanche !

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription