Les puces ARM, assez puissantes pour un Mac Pro ?


L'arrivée du premier Mac équipé d'une puce ARM est proche : ce serait pour le tout début d'année prochaine, avec un peu de retard sur le calendrier initial qui prévoyait visiblement un lancement dès cette année. Cette transition à venir pose bien évidemment de nombreuses questions, par exemple sur la compatibilité des applications actuelles (Apple va-t-elle proposer un émulateur, comme Rosetta lors de la transition des puces PowerPC vers Intel ?) ou encore sur la capacité des puces ARM de prendre la relève des processeurs Intel sur les configurations les plus haut de gamme.

On le sait, les processeurs ARM présentent un énorme avantage pour les ordinateurs portables : à capacité de calcul égale, ils consomment de 40% à 60% d'électricité en moins. Moins de chaleur, plus d'autonomie et de finesse... Du tout bon pour les MacBook ! En revanche, cet argument est bien moins pertinent lorsqu'il s'agit d'ordinateurs de bureau et tout particulièrement le Mac Pro, dont l'objectif est de fournir la puissance la plus importante possible sans trop se soucier de la consommation électrique. Une puce ARM est-elle capable de rivaliser avec un Xeon intégrant 28 coeurs ? C'est un doute qu'expriment de nombreux observateurs depuis que les rumeurs au sujet du Mac ARM circulent, dont Jean-Louis Gassée, ancien cadre d'Apple en charge de la division Macintosh dans les années 90.

Aujourd'hui, Jean-Louis Gassée est revenu sur le sujet dans un billet de blog dans lequel il change finalement d'avis : oui, un Mac Pro doté d'une puce ARM semble aujourd'hui réaliste. La semaine dernière, la startup américaine Ampere Computing a présenté des processeurs ARM pour serveurs intégrant jusqu'à 80 coeurs et permettant d'obtenir des puissances comparables aux modèles les plus haut de gamme d'Intel et d'AMD, le tout pour une consommation électrique pratiquement deux fois inférieure.


Ampere ARM

Ampere Computing ne sort pas de nulle part, l'entreprise ayant été fondée il y a deux ans par Renée James, ancienne présidente d'Intel, et bénéficiant d'importants financements de grands noms du secteur comme Oracle et... ARM. On peut néanmoins compter sur Apple, qui a une grande expérience dans le domaine avec ses puces Apple Ax qui équipent l'iPhone depuis dix ans et qui battent chaque année de nouveaux records de puissance, pour parvenir elle aussi à créer un modèle de processeur capable d'équiper favorablement le Mac Pro.

Comme pour la transition des processeurs PowerPC vers l'architecture x86 d'Intel annoncée dès juin 2005 alors que les premiers Macs concernés n'ont été commercialisés qu'en janvier 2006, ce passage à l'architecture ARM devrait être annoncé par Apple avec suffisamment d'avance pour que les développeurs puissent se préparer au tremblement de terre à venir. Si la sortie du premier Mac ARM est bien prévue pour le début d'année 2021, nous pourrions ainsi être prévenus par Apple dès la WWDC 2020 en juin prochain.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez le Mac Pro sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (17)

fabien77880

9 mars 2020 à 10:53

Comme tous les constructeurs de téléphone ont leur propre puce, et qu'ils pèsent bien plus que les constructeurs PC, tout est réuni pour que la puce ARM fleurisse naturellement d'ici 3 ans...quand on voit la puissance brut d'un iPad Pro qui à presque 2 ans, on imagine bien l'efficacité de ce machin là avec 1 ou 2 ventilo avec lui. Surtout avec 50% d'autonomie en plus et sensiblement pareil sur la gestion de la chaleur....
Le 5nm va faire mal et le 3nm sera sur les mac puissants pour mettre tout plein de coeur...
Apple doit juste se concentrer sur le GPU car c'est assez récent pour eux comparé au CPU

Zarck

9 mars 2020 à 11:20

Les puces Arm ont déjà équipées des micros ordinateurs avec une puissance supérieure aux micros de l'époque, même si la diffusion est restée confidentielle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Acorn_Archimedes

LolYangccool

9 mars 2020 à 12:23

@fabien : Puis une puce ARM dans un Mac sera mieux refroidie, on peut donc augmenter le nombre de coeur et la puissance plus facilement.
Les puces ARM des Mac ne seront pas celle qui équipent les iPhone et iPad, elles seront bien plus puissantes je suppose, du coup.

@Zarck : Asus entre autres a déjà sorti un PC portable sous ARM, et ça a été un bide, il y a 1 ou 2 ans.
Les performances n'étaient pas au rendez-vous (puce Broadcom).

pehache

9 mars 2020 à 13:43

@Lol : Zarck parle de quelque chose de bien plus ancien, l'Acorn Archimedes commencialisé dans les années 80 avec le premier CPU ARM (eh oui, l'architecture ARM a plus de 30 ans)

Sethenès

9 mars 2020 à 14:41

Peut-être que je réagis en vieux c.n, mais imaginons même qu'ARM soit 2x plus puissant qu'Intel. Est-ce qu'à terme, le changement vaut la peine ?

Je veux dire que si dans 5 ans, les puces ARM d'alors sont 2x plus puissantes que les puces Intel du moment et que dans 10 ans pareil, est-ce que cela valait bien tous les problèmes à venir ?

Pour moi, ce changement a un sens si demain les puces sont 2x plus puissantes, dans 5 ans 4x plus puissantes (que les puces Intel du moment), 8x plus puissantes dans 10 ans.

C'est un peu comme en voiture quand on est en deuxième vitesse et qu'on embraye pour passer en troisième, il y a un petit ralentissement temporaire. Mais après, on peut accélérer. Si en troisième, on ne peut aller qu'une peut plus vite qu'en deuxième, pied au planché, où est l'intérêt ?

Or, je ne vois pas pourquoi les puces ARM ne se heurteraient pas au même problème que celles d'Intel ?

Evidemment, je ne parle pas de ratio performance/Watts mais de pure performance.

Ceci dit, peut-être qu'effectivement, l'informatique qui est actuellement dans une ornière (que fait un Mac d'aujourd'hui qu'un Mac qui a 10 ans ne pouvait pas faire ?) a peut-être besoin de cette révolution. Peut-être aussi qu'au lieu d'être synonyme d'avancée en performance, sera-t-elle au contraire le signe d'une plus grande "éléctroménagérisation" de l'informatique ? Y a-t-il des soquets pour les puces ARM où sont-elles toutes soudées ? (et même s'il y a des soquets, est ce qu'un marché se mettra en place ?)

Sethenès

9 mars 2020 à 14:44

(j'ajoute un dernier point : je ne vois pas ce qu'il y a gagné avec la mort d'Intel. Car si cela se réalise au maximum des possibilités évoquées par l'article ... qui achètera encore un CPU Intel ?)

Zarck

9 mars 2020 à 15:15

Sur l'Archimedes le processeur Arm sur support était évolutif.

"En 1989 Acorn dévoile son ARM3 (ARM2 avec 1 instruction supplémentaire et 4 Ko de cache), cadencé de 25 à 35 MHz (puissance : 12 à 16 MIPS). Mis sur le marché en upgrade (carte fille à installer en lieu et place de l'ARM2 intelligemment monté sur support dans les séries 300 et 400), il sera le CPU des Archimedes A540, A680 (Archimedes avec système UNIX RISC iX) du A5000 et du portable A4, et permet à nouveau à Acorn de maintenir ses ordinateurs comme les plus compétitifs en termes de rapport puissance / prix."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Acorn_Archimedes

Fromgardens

9 mars 2020 à 15:35

Je suis d'accord avec @Sethènes, c'est vrai que je vois beaucoup de problèmes en perspectives, il faut que ça en vaille la peine d'un point de vue hardware et performances finale.

Je me demande si je n'ai pas déjà posté ces questions dans une news précédente, mais à finesse de gravure égale d'où vient l'avantage d'ARM (si il y en a un), et surtout d'où vient l'avance d'ARM sur la finesse et pourquoi Intel ne peut pas le rattraper ?

bunios

9 mars 2020 à 17:59

J'ai du mal à imaginer que tôt ou tard ARM ne sois pas dans une impasse comme Intel. Donc effectivement si c'est 2-3 ans.....au mieux. Je ne vois pas trop l'intérêt. Enfin si pour Apple, ne pas payer Intel...

Moi qui envisageait de changer soit en fin d'année ou l'année prochaine.....je ne sais plus du coup.... (mon bon vieux MacBook Pro Classique de 2012 va garder du service encore un peu plus dans ces conditions)

A+

Zarck

9 mars 2020 à 19:54

Passer les macs à l'Arm permettrait d'avoir un environnement unifié entre iOs et Mac OS, avec les mêmes applis pour les deux mondes.

En ce qui concerne la limite de la gravure qui s'annonce, les constructeurs ont commencé à y répondre en faisant des cpus à plusieurs puces sur le même socle (une sorte de retour de la mini informatique des années 60/70 ou les processeurs étaient répartis sur plusieurs puces et une ou plusieurs cartes électroniques), de plus après les mémoires multicouches, les cpus vont utilisés la même technique.



Imagehttps://cdn.wccftech.com/wp-content/uploads/2020/03/s21s2-740x416.png

Sethenès

9 mars 2020 à 22:42

A ce propos j'ai une image mentale : les CPUs ARM sont un peu comme des CPU concepts, très épurés. A contrario, les CPUs d'Intel traînent 40 ans de compatibilité descendante derrière eux.

Si les seconds sont aussi très généralistes, les premiers peuvent être spécialisés. Par exemple, sur ARM, les coeurs peuvent ne pas être identiques alors que (jusqu'ici en tout cas) tous les coeurs Intel le sont. Cela donne évidemment de la souplesse aux machines ARM puisque certains coeurs plus puissants peuvent être activités en cas de demande de gros calculs. Evidemment la mise en pause de ces coeurs plus rapides et plus gourmands a un effet sur la consommation de la puce et donc sur l'autonomie de la machine.

Le problème est que je ne peux pas concevoir qu'une puce qui dissipe 14 Watts soit aussi puissante qu'une puce qui en dissipe 120 ou 160. Et attention, je pense d'abord à des puces Intel de même génération. Or c'est peu ou prou ce que certains bench' laisse supposer (quand on dit qu'il n'y a pas de throttling par exemple). Les ingénieurs d'Intel ne sont quand même pas des bras cassés.

Si entre 2 CPU d'Intel qui "devraient" être très différent, on n'en constate pas, que faut-il remettre en question : les ingénieurs d'Intel ou le benchs ?

C'est pour cela que je me méfie des bench' qui placent les CPU ARM au niveau des CPU d'Intel.

Pour ce qui est de la finesse de gravure, je crois qu'il faut absolument désapprendre ce qui fut vrai pendant des années. Le gain de performance est devenu marginal, par contre le gain performance par watts lui continue de grimper.

Zarck

10 mars 2020 à 00:53

Fairchild, Zilog, Motorola, IBM, Intel, Apple a changé plusieurs fois de coeurs.

Et Intel et à la traine face à Amd, pour le prix d'un Mac Pro haut de gamme en 2x28=56 on peut avoir un Amd en 2x64x2=256 presque un rapport de 1 à 5...

VanZoo

10 mars 2020 à 02:24

ARM me semble pertinent si toute l’industrie y passe ; c’est à dire Microsoft. Sinon les logiciels ne suivront pas. Et nous couinerons davantage encore qu’aujourd’hui (Adobe mal optimisé)
Pourquoi Apple s’est-il lancé dans Marzipan si c’est pour au final passer sur ARM ?
En tout cas, ils doivent explorer la piste...

pehache

10 mars 2020 à 09:28

@Zarck : "Passer les macs à l'Arm permettrait d'avoir un environnement unifié entre iOs et Mac OS, avec les mêmes applis pour les deux mondes."

Pas besoin d'avoir le même CPU pour ça, une même appli peut être compilée pour des cibles matérielles différentes. Voir les distributions Linux et leurs applis qui sont totalement identiques sur les différentes plateformes.

pehache

10 mars 2020 à 09:36

Sethenes : "Le problème est que je ne peux pas concevoir qu'une puce qui dissipe 14 Watts soit aussi puissante qu'une puce qui en dissipe 120 ou 160"

Et tu as raison : à pleine charge et à puissance de calcul similaire, les ARM ne consomment pas beaucoup moins que les x86, et l'expérience des quelques PC ARM commercialisés le montre. Ils consomment moins grâce à la gravure généralement plus fine, une moindre complexité (moins de circuits à alimenter), mais ce n'est pas 10 fois moins, ni même 5 fois. Ca a plutôt l'air de 30% de moins à tout casser (ce qui n'est pas si mal).

Par contre là s'accroit à charge réduite (qui correspond à 90% du temps d'utilisation d'un PC lambda), grâce à des trucs genre pouvoir éteindre les coeurs dont il n'y a pas besoin.

pehache

10 mars 2020 à 09:37

"par contre LA DIFFÉRENCE s'accroit..."

Sethenès

10 mars 2020 à 11:32

@Pehache : merci pour la précision.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription