Apple et Google partenaires pour le suivi du COVID-19


Apple et Google viennent d'annoncer un partenariat pour offrir aux différents gouvernements et organismes de santé une solution pour enrayer la pandémie de coronavirus qui fait rage un peu partout dans le monde. Il s'agit d'un « effort commun pour utiliser la technologie Bluetooth afin d'aider les gouvernements et les agences de santé à réduire la propagation du virus, avec la vie privée et la sécurité au coeur du design ».


Apple Google partenariat COVID-19

Le projet d'Apple et de Google part du principe que le COVID-19 se transmet par proximité et que la période d'incubation est longue : il est impossible de prévenir toutes les personnes que l'on a croisées pendant la période d'incubation après avoir été testé positif quelques jours plus tard. L'idée est donc de mettre en place un système de suivi permettant de pouvoir identifier toutes les rencontres — sans pour autant transformer cette belle idée en système de surveillance généralisé — et de pouvoir alerter toutes les personnes ayant été en contact rapproché d'un utilisateur s'étant ultérieurement déclaré positif au sein de l'application.

Le système en train d'être mis au point par Apple et Google est basé sur un échange de clés temporaires dès lors que deux smartphones sont à proximité, et l'envoi des clés anonymes en question sur un serveur de stockage conservant les données pendant approximativement deux semaines. Régulièrement, les smartphones de personnes déclarées saines téléchargeraient la liste des clés des personnes s'étant déclarées positives dans la région. En cas de correspondance, une notification prévenant l'utilisateur d'un risque potentiel de contamination serait affichée, ainsi que des conseils sur les mesures à prendre.


Apple Google application COVID-19
Apple Google application COVID-19

Les deux entreprises mettront dès le mois de mai des API à disposition des organismes de santé afin d'assurer une parfaite interopérabilité entre les appareils iOS et Android au sein des applications officielles dédiées à l'épidémie de COVID-19. Dans les prochains mois, c'est une plateforme plus complète qui sera bâtie avec une intégration plus profonde au sein des systèmes d'exploitation mobiles des deux marques. Apple et Google précisent que tout cela serait bien sûr uniquement sur la base du volontariat, et les partenaires déclarent vouloir le plus de transparence possible : une première documentation sur les technologies utilisées a déjà été publiée.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (10)

pim

11 avril 2020 à 08:08

Avec 1 milliard d'iPhone actifs et 2,5 milliards de téléphones Android actifs, il y a de quoi faire quelque chose d'intéressant et d'inédit.

Luc

11 avril 2020 à 09:35

Je me demande comment ça se passe pour les gens qui laissent leur WiFi et/ou Bluetooth éteints en permanence? Comment les informations peuvent être échangées?
Je les laisse toujours désactivés par souci d'autonomie

Vianne

11 avril 2020 à 10:59

@luc ça marchera pas justement il faut au moins le bluetooth

Ludo-le-ludo

12 avril 2020 à 09:13

Je suis d’accord avec un article de numerama sur le sujet. L’application malheureusement risque de ne servir à rien. Il faut que les personnes jouent le jeu, il faut qu’elles aient un smartphone c’est-à-dire trois quarts de la population (donc 1/4 sort des radars), il faut qu’elles sachent utiliser le smartphone et il faut qu’on puisse mettre en place énormément de tests. Bref j’ai l’impression qu’on perd du temps dans cette voie…

https://www.numerama.com/politique/617303-coronavirus-pourquoi-lapplication-stopcovid-risque-de-ne-servir-a-rien.html

isolar31

12 avril 2020 à 17:13

Rien n'est dit non plus sur la conservation et l'exploitation des données collectées à l'occasion ...
Et dans l'exemple, il est dit que Alice et Bob se rencontrent et que leur téléphone respectif échange "anonymement" des informations ??
Même si l'on veut éviter de voir le mal partout, c'est quand même un bel "effort" de communication de ces deux entreprises ...

Sylvain

12 avril 2020 à 18:04

@isolar31 : le principe des clés, c'est justement qu'on ne peut rien faire des données collectées.

LolYangccool

12 avril 2020 à 21:07

Moi j'ai surtout l'impression que c'est un prétexte pour fliquer encore un peu (beaucoup) la population.
Le COVID-19 ne sera pas là éternellement, que vont-elles ensuite devenir ces applications, et les données collectées ?
Détruites ? Laissez-moi rire. Le gouvernement sera beaucoup trop tenter de s'en servir pour "autre chose".
Donc si ça vient à être mis en place, bluetooth désactivée pour moi. Et tant pis pour l'Apple Watch.
Je préfère ne pas sacrifier ma vie privée que d'utiliser mon Apple Watch. L'application je l’éviterai le plus possible aussi.

Michel Bellemare

12 avril 2020 à 22:14

Ce sera avant tout totalement inutile! Ce genre d'action est utile en début d'épidémie, alors que les enquêtes épidémiologiques sont utiles. Après, lorsque la contagion est communautaire, ça sert à rien. Imaginez alors, lorsque la contagion atteindra les 60% de la population, visé pour une immunité collective efficace!

Pseudol

13 avril 2020 à 10:23

@LYC : Malheuresement, si vous ne voulez pas saccrifier votre vie privée vous devez vous passer de votre mac ainsi que de votre iPhone

pim

13 avril 2020 à 12:55

Certes, personne ne souhaite partager quoique ce soit, même une clef anonyme et changeant aléatoirement rendant impossible tout traçage ; mais tout le monde veut savoir si une personne croisée est contaminée ! Donc tout le monde va adopter cette fameuse application ! C’est malin

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription