App COVID-19 : la France veut la levée des restrictions Bluetooth d'iOS


Tandis qu'Apple et Google ont annoncé travailler main dans la main pour mettre en place un outil de suivi anonyme basé sur la technologie Bluetooth permettant de prévenir toutes les personnes croisées pendant la période d'incubation après avoir été testé positif au COVID-19, nombreux sont les États à vouloir mettre au point leur propre application de suivi. De son côté, la France et l'Union européenne ont voulu « développer souverainement » leur application Stopcovid et surprise, ça coince. « Nous rencontrons des difficultés techniques avec le système d’exploitation des mobiles de marque Apple », a annoncé Cédric O, Secrétaire d'État chargé du Numérique. En cause, une mesure de sécurité qui désactive l'accès au Bluetooth aux applications qui passent en arrière-plan. Une mesure qui ne s'appliquerait pas au système mis en place par Apple et Google, qui serait implémenté plus profondément dans le système.

« Nous avons besoin qu’Apple modifie cet élément, faute de quoi l’application européenne telle qu’elle a été conçue, ne pourra pas fonctionner correctement », a déclaré Cédric O, qui a officiellement demandé à Apple de modifier son système d'exploitation « pour que les États puissent mettre en place les applications sanitaires qui peuvent être utiles à la lutte contre le virus ». Apple n'a visiblement pas souhaité donner suite à la requête du gouvernement.


COVID-19 Bluetooth

La France ne souhaite pas que les entreprises de la Silicon Valley puissent accéder aux données de ses utilisateurs, même si le système conçu par Apple et Google est prévu pour rester totalement anonyme. « S’ils souhaitent développer de leur côté leur propre application, quelque part, ça les regarde », fulmine Cédric O, précisant que « cette application devra respecter l’ensemble des lois et des règlements français et européens en vigueur ». Mais le Secrétaire d'État a peu de leviers à activer pour convaincre Apple : lorsque le président de la commission des Lois lui demande si le gouvernement sera prêt pour le 11 mai, date du déconfinement, il répond que « Si Apple nous lève ses restrictions, oui je pense. Dans le cas contraire, je n’en suis pas certain. »

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (9)

AnatoleH1

21 avril 2020 à 11:06

Je suis de l’avis que Apple ne devrait pas céder à la demande des gouvernements: cela créerait un précédent trop risqué dans l’atmosphère actuelle de soupçons de surveillance massive… Le projet mené par Apple et Google est ainsi selon moi le seul viable et fiable, et je ne compte pas installer ou utiliser l’application développée par la France, qui a par ailleurs annoncé ne pas être très favorable à l’utilisation du système proposé par Apple et Google car ces dernières ne lui permettraient pas d’accéder aux données privées des utilisateurs.
J’attends donc avec impatience le SDK permettant le partage de clés anonymes et indépendantes de la géolocalisation et, un peu plus tard, une option de contact-tracing implémentée de manière native dans iOS ne sacrifiant pas la confidentialité des données. De plus, les gouvernements du monde entier pourraient trouver un compromis avec Apple et Google en ayant un accès à des statistiques d’ensemble pour pouvoir gérer la crise au mieux sans faire de sacrifices.

Seule question en suspens: comment déclarer honnêtement être contaminé et en fournir la preuve? Peut-être à travers une clé délivrée par le centre de tests et entrée manuellement par l’utilisateur, mais cela formerait un maillon faible de confidentialité, permettant de relier clé anonyme BLE et utilisateur physique, ce qui est peu souhaitable. Ou bien un système sur le téléphone du personnel soignant envoyant directement au téléphone du patient une clé de validation anonyme le déclarant comme contaminé sans que les centres de santé puissent avoir un accès aux informations du téléphone du patient lui-même. Il s’agit de données médicales, et donc la confidentialité devrait être primordiale, d’autant plus que ce système serait amené à devenir permanent dans la gestion moins réactive et plus efficace des épidémies.

J’espère aussi que Apple profitera de l’occasion pour implémenter le système sur watchOS aussi, et pourquoi pas sur les Mac portables et iPad, pour augmenter l’efficacité de la mesure. De toute façon, le Bluetooth activé en permanence est déjà utilisé pour la localisation des appareils Apple même éteints, donc je ne vois aucune objection au fait d’en tirer parti ici aussi.

ArfNtz

21 avril 2020 à 11:23

Il faudra donc acheter un portable sous Android.
En vendant 1 iPhone on peut acheter 3 Android au moins.

Nameless_

21 avril 2020 à 11:37

Quid de l'autonomie avec un Bluetooth activé en permanence ?

magister

21 avril 2020 à 12:41

La Liberté fait partie des valeurs de la République, la Santé, non ! Plutôt que de dépenser du temps et de l'argent à mettre au point une appli liberticide, que pas grand monde n'acceptera d'installer sur son téléphone, le Gouvernement ferait mieux de fournir des masques et des tests sérologiques !

LolYangccool

21 avril 2020 à 12:48

@Nameless_ : XS Max une journée niveau autonomie. J’ai une Apple Watch donc le Bluetooth est toujours actif.

Vianne

21 avril 2020 à 13:54

https://risques-tracage.fr/docs/risques-tracage.pdf on m'a envoyé ça ce matin je vous invite à le lire

pehache

21 avril 2020 à 22:52

C'est quand même dingue de craindre la "surveillance massive" de la part de l'état, tout en pensant qu'il n'y aucun risque de surveillance massive avec Apple ou Google !!

"Apple, un ami qui vous veut du bien"...

Silaith

21 avril 2020 à 23:51

Merci Vianne, je vais regarder ça je suis à fond sur le sujet en ce moment.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription