Les utilisateurs d'iPhone privés de l'app StopCovid ?


Le 10 avril dernier, Apple et Google ont annoncé une initiative commune pour la mise en place d'une application permettant à ses utilisateurs de prévenir toutes les personnes croisées pendant la période d'incubation en cas de test positif au COVID-19. Grâce à un système de clés temporaires échangées lorsque deux smartphones se trouvent à proximité, l'application garantirait l'anonymat des utilisateurs.

En France, la future application StopCovid doit être mise au point pour le 11 mai, date espérée du déconfinement. Le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, a annoncé au JDD ce week-end que l'application française ne ferait pas appel à la plateforme commune d’Apple et Google. « C’est la mission de l’État que de protéger les Français: c’est donc à lui seul de définir la politique sanitaire, de décider de l’algorithme qui définit un cas contact ou encore de l’architecture technologique qui protégera le mieux les données et les libertés publiques. », a affirmé Cédric O.

Ce choix souverain pose toutefois un problème, et pas des moindres : l'application StopCovid en cours de développement utilise le Bluetooth pour échanger avec les autres smartphones, or Apple interdit l'usage du Bluetooth lorsqu'une application passe en arrière-plan pour des raisons de confidentialité et de gestion de l'énergie — seul l'outil développé par Apple et Google pourrait passer outre cette restriction. En l'état, l'application StopCovid française serait donc inutilisable sur iPhone. La semaine dernière, Cédric O a donc officiellement demandé à Apple de modifier iOS pour faire une exception dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Une requête qui n'a pas abouti.


Cédric O

Cédric O



« Ce que disent les épidémiologistes, c’est qu’il n’y a pas de seuil minimum de téléchargements nécessaire pour que cette application soit utile. », se justifie Cédric O. L'iPhone représente 20% du parc de smartphones en France, et 20% des français ne disposent pas de smartphone ; l'app StopCovid pourrait donc ne concerner que 60% de la population. Un autre aspect technique pose d'ailleurs aussi problème sur Android : la gestion de la mémoire, qui pourrait conduire le système à mettre en veille l'application si celle-ci reste trop longtemps en arrière-plan... Une décision officielle sera bientôt prise sur l'application StopCovid, le plan global de déconfinement devant être présenté dès ce mardi 28 avril.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez l'iPhone sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (14)

AnatoleH1

27 avril 2020 à 09:31

À mon avis le gouvernement est trop enfermé dans son petit jeu d’ego pour daigner accepter l’offre de Apple qui pourtant est beaucoup plus fiable en matière de confidentialité des données. Sans vouloir être alarmiste, les arguments de M. O tombent à l’eau car force est de constater que le gouvernement français aurait souhaité accéder à plus d’informations personnelles que celles qu’Apple lui fournirait avec son API. Bref, c’est un grand “non” pour moi, et j’incite vivement les autres citoyens soucieux de la protection de leur vie privée à faire de même. Le seul moyen de réussir est de collaborer, pas de générer de concurrence inutile pour de faux jeux de soi-disant souveraineté.

pim

27 avril 2020 à 09:51

L'Allemagne vient de faire brusquement marche arrière, et va utiliser la solution proposée par Apple et Google.

So0paman

27 avril 2020 à 09:54

Je voudrais pas faire de mauvais esprit, mais quand on voit la "qualité" tout relative des applications du service public en France, j'ai pas trop confiance sur une telle application développée dans notre cher pays.

Pour le coup, je pense qu'ils auraient du laisser faire ceux qui savent faire (donc Apple et Google), surtout pour un sujet aussi délicat avec ce que ça comporte en terme de contraintes (vie privée, sécurité, gestion de l'autonomie etc...)

pehache

27 avril 2020 à 11:06

C'est dingue cette servilité face à des groupes privés hégémoniques, sur des sujets de ce genre. On n'est pas sorti du bois avec des raisonnements comme les vôtres... Le traçage ce sera sans moi dans ces conditions.

The Hoff

27 avril 2020 à 11:06

@ Anatole H1: l'enjeu de souveraineté est au contraire bien réel. Si seules des multinationales, qui en plus, ne participent pas à la vie d'un pays (financement des infrastructures, du système de santé etc etc), puisqu'elles ne payent pas les impôts qu'elles devraient, se retrouvent à posséder toujours plus de données des gens de ce même pays, tu deviens de fait, de plus en plus dépendant des services qu'elles te vendent.

Je me souviens qu'à une époque par exemple, le ministère de la Défense saoudien avait refusé d'équiper ses collaborateurs en iPhone parce qu'Apple avait refusé que les données (potentiellement stratégiques donc) se retrouvent sur des serveurs aux Etats Unis.

Il est donc temps d'arrêter la naïveté à ce sujet.

gigatoaster

27 avril 2020 à 11:41

C’est bizarre car l’appli que j’utilise, TraceTogether utilise le Bluetooth en arrière plan : https://www.tracetogether.gov.sg/

DKSnake

27 avril 2020 à 13:10

Choisir d'être tracer entre deux multinationales privés ou un gouvernement, pour mois ce sera ni l'un ni l'autre.
Par ailleurs, j'ai bien peur que ça soit contre productif.

Elbutcher

27 avril 2020 à 14:02

Euh ... en fait Apple, Google ou État, il n'y a pas de débat pour moi. Hors de question d'utiliser ce genre d'appli.
D'autant plus que ça a été fait dans des pays à la population ultra-connectées comme Singapour et que le résultat n'a pas été au rendez-vous.

LoTsey

27 avril 2020 à 14:04

À parté :
@Gigatoaster : tu es à Singapour ou l’appli sert aussi à l’extérieur?

Macintosh

27 avril 2020 à 14:26

Donc ça ne sera pas dispo sur iOS et ça fonctionnera mal sur Android. C'est inutile quoi.

Macintosh

27 avril 2020 à 14:30

Après je peux comprendre le positionnement du gouvernement de ne pas souhaiter utiliser une solution venant de multinationales étrangères les plus puissantes du monde mais à ce moment il vaut mieux ne rien faire plutôt que d'engager des frais et des ressources dans quelque chose d'inutile et brasser du vent.

VanZoo

27 avril 2020 à 17:34

Quelle naïveté. Lire Foucault ou Deleuze.
Comme s'ils avaient besoin d'une telle application pour nous tracer, pister, fliquer, analyser (smartphones, le quasi monopole de Google, Facebook and co, les cartes bleues... ...)

JeanLuc

30 avril 2020 à 16:19

Aller, je rajoute 1 centime dans la machine à discussion avec cet article de presse ... une histoire bien française en somme. Ce qui m'étonne, c'est le nombre d'acteurs pour une application de ce genre.

https://www.acteurspublics.fr/evenement/recours-aux-gafam-centralisation-les-choix-techniques-sur-stopcovid-ont-attise-les-tensions-au-sein-de-letat

LolYangccool

1er mai 2020 à 13:43

« Euh ... en fait Apple, Google ou État, il n'y a pas de débat pour moi. Hors de question d'utiliser ce genre d'appli. »
« Choisir d'être tracer entre deux multinationales privés ou un gouvernement, pour mois ce sera ni l'un ni l'autre. »
+1000 Idem pour moi.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription