L'app StopCovid sera disponible le 2 juin


Fin du suspense : l'application StopCovid, dont le développement a été quelque peu chaotique, sera bien disponible pour tous le mardi 2 juin, date de la deuxième phase du déconfinement. C'est le Premier Ministre, Édouard Philippe, qui vient d'en faire l'annonce. L'application souveraine fonctionnera sur un principe similaire aux outils mis en place par Apple et Google au sein d'iOS 13.5, permettant aux utilisateurs de prévenir les personnes avec lesquelles ils ont eu des contacts rapprochés (moins d'un mètre, et pendant plus de quinze minutes) en cas de test COVID-19 positif.


StopCovid Edouard Philippe
StopCovid

Pour fonctionner, l'application fera appel à la connexion Bluetooth, avec les problèmes que l'on connaît pour l'utilisation de ce composant lorsque StopCovid sera en arrière plan. Actuellement en version bêta et éprouvée par les hackers dans le cadre d'une chasse au bug lancée par l'État, l'application parviendrait à maintenir son activité en arrière-plan par intermittence — un point positif (et indispensable) pour le bon fonctionnement de cet outil.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez l'iPhone sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (37)

pim

28 mai 2020 à 20:04

Super ! J’ai hâte de pouvoir l’installer.

VanZoo

28 mai 2020 à 20:43

Super, j'ai hâte de ne pas l'installer !

pim

28 mai 2020 à 20:56

@ VanZoo : je suis prêt à m’acheter un portable Android neuf et ne le consacrer qu’à cet usage. Et en plus, sécurité maximale dès lors que je ne rentres aucune info perso dedans. Je dis ça juste pour ceux qui ont peur que l’app serve de vecteur d’attaque.

Tout est bon pour lutter contre cette saleté.

jebster

28 mai 2020 à 21:01

Oui, je suis d'accord avec toi Pim.

Ca me fait un peu marrer de voir des gens qui râlent contre cette appli mais utilisent sans sourciller Gmail et tous les services associés...

VanZoo

28 mai 2020 à 21:10

Le pied dans la porte ; quand la société de contrôle aura complètement et définitivement finie de régir nos vies, il ne faudra pas venir chialer ! Il y a une grande différence entre pomper les données et ordonnancer nos vies en fonction de ces données.
Cette application n'aidera en rien. Celui qui doit se tasser dans un métro ou RER pour aller au boulot, il le fera comme il l'a fait pendant le confinement. Considérations bourgeoises... Les damnés/exploités n'ont jamais le choix. Et l'application n'y changera rien. Ah si, cela ne fera qu'empirer l'emprise systémique. Mais elle donnera bonne conscience... en plus de permettre de commencer à formater les esprits à l'étape suivante, le plan 2 de la société de contrôle.

Delphin

28 mai 2020 à 21:41

@VanZoo Nan mais sérieusement... On devrait plutôt voir la chance que nous avons de vivre dans un pays avec des lois très encadrantes sur les données comme la RGPD ainsi que la CNIL très regardante sur ces sujets. Faut arrêter de voir le mal partout hein surtout quand ça arrange pour critiquer les gouvernements en place... L'application est sur la base du volontariat de 1 (ce qui réduit son efficacité d'ailleurs), elle est totalement anonyme et ne recueille aucune donnée sensible. Enfin bref, ça me fait penser à cette stupide polémique sur les ondes du compteur Linky qui sont complètement inoffensive mais que par principe, pour dénigrer, des gens vont toujours trouver quelque chose à redire.

Ellie

28 mai 2020 à 22:39

+++ pour Vanzoo !
Aucun intérêt cette saleté d’application. Des « brigades », des applis .. ? Non merci
Ça n’a strictement rien à voir avec une quelconque critique du pouvoir politique en place. Ce sont les choix à faire aujourd’hui pour ne pas que tout nous échappe demain. « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre et finit par perdre les deux ».

Ludo-le-ludo

28 mai 2020 à 22:56

Il faut 60 à 70% des français qui utilisent l'app pour qu'elle soit "efficace" selon les épidémiologistes.
77 % des français ont un smartphone.
Ajoutons à cela que nous sommes des gaulois réfractaires, que l'app marche par intermittence, que des gens ne savent pas bien utiliser les smartphones, que des gens vont oublier

Comment dire... C'est un projet ambitieux!

Zazen

28 mai 2020 à 23:21

Je vous engage à lire les amendements déposés dans le cadre des dernières lois, et heureusement rejetés. Pas mal de parlementaires trouvaient tellement bien ces systèmes de suivi, qu'ils proposaient des amendements visant "à supprimer la date de fin d'utilisation" de ces systèmes afin de les rendre permanents, où voulaient rendre leur utilisation obligatoire. Je vous rappelle aussi que l'article précisant qu'en cas de contact avec un porteur, le confinement devenait obligatoire sous peine de sanction (bref, si vous aviez croisé un malade, la brigade venait vous chercher directement chez vous) n'a été supprimé qu'au tout dernier moment, juste avant que la loi ne soit soumise aux parlementaires. Devant la gourmandise avec laquelle un bon nombre des "représentants du peuple" se seraient manifestement bien passés dudit peuple pour gouverner, je rejoins totalement VanZoo sur le présent sujet et ne participerai pas à créer un précédent.

fabien77880

29 mai 2020 à 08:17

Nan mais le débat est clair, ceux qui le veulent le prennent, ceux qui ne le veulent pas ne le prennent pas....

jebster

29 mai 2020 à 08:24

VanZoo, tu ne comprends pas qu'un jour Google gérera bien davantage ta vie plus qu'aucun Etat? Qu'ils en savent déjà plus sur toi que l'appli Covid n'en saura jamais? Et tu crois qu'Orange ou Free ou ton provider de tel ne sait pas exactement où tu es dès que tu passes un coup de fil? Ta banque dès que tu utilises ta CB? Cette appli, s'il y a le moindre soupçon, il suffira de la supprimer et/ou de changer de tel. Pour Google, le tel, etc... c'est bcp plus dur, mais tout le monde s'en fout. Personnellement je n'ai pas de compte Gmail, Facebook, Instagram, Twitter, qui sont cent mille fois plus dangereux que Stop Covid. Mais là, évidemment, c'est plus dur pour beaucoup que de gueuler et de s'en passer, parce que ce sont justement par ces vecteurs que passe une bonne part du discours populiste.

Delphin a raison, on est dans le délire façon Linky.

jebster

29 mai 2020 à 08:30

PS: je suppose que tous les anti-Stop Covid, et autres grands défenseurs de la liberté individuelle contre la société de contrôle, n'utilisent jamais, au grand jamais, l'identification faciale et par empreinte digitale sur leurs ordinateurs/téléphone. Parce que là, je ne pourrais pas m'empêcher de rigoler un peu...

C'est un peu comme le mec anti-Linky qui ne se rend pas compte que sa lampe de chevet et son ordinateur de bureau l'irradient 100x plus, quotidiennement, même éteints, en l'absence d'interrupteur bipolaire...

pehache

29 mai 2020 à 09:16

@Zazen : faut pas tout mélanger non plus, l'appli telle qu'elle est conçue est anonymisante et ne permet pas une surveillance de masse nominative.

@jebster : merci de ne pas oublier Apple (ou MS) dans ta liste.

jebster

29 mai 2020 à 09:48

Tu as raison Pehache, je mets bien Apple dans la liste (via FaceID et TouchID entre autres, plus iCloud, Localiser mon Mac, etc...).

Ellie

29 mai 2020 à 10:32

@jebster : Personnellement, je fais encore une différence entre État et entreprises privées justement. C'est quand même incroyable ces grandes envolées critiques et moqueuses (avec un fond de supériorité fatiguant > "les débiles avec Linky") à propos de ceux qui refusent que leur État, leur organisation politique, se transforme en une boîte comme une autre.

De toute façon Google sait déjà tout sur toi bla-bla. Oui, et ? Google détermine-t-il la politique sociale et économique de mon pays ? Google modifie-t-il la procédure pénale applicable dans mon État ? Est-ce que Google peut décider qu'un procureur / un policier/ un médecin puisse s'appuyer sur X ou Y technique d'information pour décider de ma situation personnelle et y appliquer une décision / sanction ?

Je veux bien entendre que beaucoup de choses sont critiquées dans le vent, que les gens ne sont pas cohérents.
En la matière, excusez-moi, c'est particulièrement terrifiant. Il suffit de se pencher sur les lois de procédure pénale votées depuis quelques années (depuis poussée terrorisme) pour s'inquiéter quelque peu. C'est toujours ainsi que ça fonctionne : une situation dite d'urgence invite à mettre en place des "outils" particuliers, qui portent une atteinte particulière aux libertés FONDAMENTALES. Ensuite, et bien... ça reste. Il s'opère un glissement du droit spécial/de l'urgence vers le droit commun. Il faut dire amen ?

Ou bien vous êtes aveugles, ou bien vous êtes tellement défaitistes que vous estimez que ça ne vaut pas la peine de "râler" comme vous dites.
Grand bien vous fasse, laissez les autres penser / dire / faire ce qu'ils veulent.



De toute façon, chacun fera bien ce qu'il voudra (on peut encore, ouf).

Béotien

29 mai 2020 à 10:36

Je pense que ce que souligne VanZoo et Zazen, ce n'est pas seulement l'utilisation des données mais les dérives autoritaires qui peuvent en découler. La prévision d'une brigade qui viendrait vous chercher en cas de contact positif a bien été évoqué par des politiques et c'est la que le système fait peur. Le recueil de données est certe gênant mais la grosse différence est que Google ou Apple n'ont pas l'intention de venir vous chercher chez vous ni même d'avoir toujours plus de pouvoir direct sur vous mais de vous vendre toujours plus. (c'est pas pour ça que c'est bien, on est d'accord)

Ellie

29 mai 2020 à 10:40

et +++ aux propos de Zazen

jebster

29 mai 2020 à 10:44

@Ellie

Votre incapacité à voir que Google & Co sont les Etats de l'avenir, et qu'ils en influencent déjà très fortement les politiques, est soit signe de naïveté, soit d'aveuglement.

Accessoirement vous me faites dire ce que je n'ai pas dit: si quelqu'un est anti StopCovid, je n'ai rien contre, je m'en fiche et je le comprends très bien. Mais si à côté cette personne utilise son empreinte digitale ou son visage pour s'identifier, et si vis-à-vis du même Etat elle a donné son empreinte pour faire une carte d'identité, paie des impôts et utilise une carte Vitale, je rigole doucement, désolé. C'est un peu comme de dire "Je ne veux pas de couteau à beurre dans la maison parce que c'est dangereux" quand on a une armoire pleine de fusils. C'est vraiment agiter les bras pour faire du vent, brandir de grands principes auxquels on ne comprend au fond pas grand-chose, juste parce que c'est là, pré-digéré par certains médias, facile à reprendre sans trop réfléchir.

Et sur Linky, je fais preuve d'une "supériorité faitguante, moi"? C'est plutôt drôle comme remarque, parce que j'ai un filtre anti-Linky. Et comme je sais ce dont je parle, je vous dis ceci. 1) Linky ne va tuer personne et 2) si on veut filtrer Linky, c'est très bien, mais selon l'image du couteau à beurre ci-dessus, il faut en priorité s'occuper de toutes les lignes électriques, lampes et autres sources d'EMF bien plus importantes dans la maison, notamment via l'utilisation d'interrupteurs bipolaires et dinterrupteurs de champ. Quiconque ignore ce précepte est, oui, parfaitement débile, souvent par aveuglement volontaire.

Comme vous le dites de toute façon, l'installation de StopCovid est sur la base du volontariat. Bref, pour Big Brother, là encore, on repassera.

jebster

29 mai 2020 à 10:56

"Le recueil de données est certe gênant mais la grosse différence est que Google ou Apple n'ont pas l'intention de venir vous chercher chez vous ni même d'avoir toujours plus de pouvoir direct sur vous"

"Personnellement, je fais encore une différence entre État et entreprises privées justement."

Quand je lis ça j'ai un peu peur... Plus personne ne doute désormais du rôle de Facebook dans l'élection de Trump. Je ne vous parle pas non plus de l'influence des fabricants de pesticides sur les décisions politiques, ni des tentatives répétées de Bayer/Montsanto pour breveter le vivant...

Les deux phrases que j'ai sorties de vos posts sont des contre-vérités absolues. Vous comprendrez donc que je m'énerve un peu quand je vois tout d'un coup la bonne conscience, sans doute sincère, des gens se réveiller sur un mauvais prétexte, quand la plupart du temps ils préfèrent garder les yeux fermés.

Ellie

29 mai 2020 à 11:12

@jebster

"Votre incapacité à voir que Google & Co sont les Etats de l'avenir"
Vous faites donc partie de la catégorie des défaitistes. C'est parfait.

"qu"ils influencent déjà très fortement les politiques"
Oui en effet. Je n'ai pas "d'incapacité" à le voir Pour autant, ce n'est pas encore google qui décide des moyens de la preuve en politique pénale, par exemple (et l'exemple est très intéressant, si vous avez envie de vous renseigner). Google inspire, bien sûr, et moi j'estime que c'est à nous (en tant que peuple, la démocratie tout ça) de mettre le holà sur ce qu'on ne veut pas.

Concernant la carte vitale, l'empreinte sur la carte d'identité... Il serait complètement aberrant de vouloir qu'aucune "nouvelle technologie" ne soit utilisée - mise en oeuvre au sein de la législation / administration. Simplement, le bloc "NTIC" n'a pas à être accepté en bloc justement. On peut réfléchir, mesurer. S'attarder sur les apports / désavantages de tel ou tel service. Ce que vous n'avez pas envie de comprendre de mon propos, c'est que je ne fustige pas ces technologies en elles-mêmes, elles peuvent être très intéressantes. Le problème est qu'on ne les questionne pas, on les accepte comme une sorte d'évolution obligatoire (et profitable parfois, ce que je peux comprendre aussi !) et que leur intégration à un système légal finit toujours par devenir la norme ! On a eu un gros volet terrorisme, et désormais on aura un gros volet sécurité sanitaire. Des prétextes utiles au début, mais qui s'inscrivent dans le droit ad vitam, sans que personne ne s'y intéresse, ou s'en offusque (jusqu'à ce que vous réalisiez, au détour d'une procédure, que des moyens de preuve très particuliers ont été mis en oeuvre contre vous -> c'est trop tard alors, pour se sentir concerné).


Laisser l'État devenir Google parce que de toute façon, Google finira par être l'État, c'est parfait
C'est assez drôle de tenir ce genre de propos et de finir par "Bref, pour Big Brother, là encore, on repassera".
Il y a comme une sacrée incohérence dans cette façon de penser.

Par ailleurs, "juste parce que c'est là, pré-digéré par certains médias, facile à reprendre sans trop réfléchir" : c'est marrant, vous recommencez à estimer que les autres sont forcément plus cons que vous !

Bref, je comprends votre point de vue plus que vous ne le pensez, et je partage une partie de votre défaitisme mi-assumé, mais pas encore complètement.
Et quand vous dites "pour Big Brother, on repassera", j'entends " à demain", si on ne fait pas un minimum savoir qu'on refuse de perdre nos libertés et droits fondamentaux sous prétexte que de toute façon, ça finira "un jour" par arriver.

Ça doit être ce satané fond d'idéalisme qui ne veut pas me décoller.


Chacun fait ce qu'il veut / peut. Je ne me permettrais pas d'insulter quiconque, qu'il veuille ou non installer cette application. Mais ceux qui ne le veulent pas ne devraient pas trop facilement être traités de gros complotistes incohérents. Confondre l'État et les entreprises (POUR L'HEURE....), c'est ça qui est incohérent, à mes yeux.

jebster

29 mai 2020 à 11:24

@Ellie

Nous avons le même constat, nous en tirons des conclusions différentes, arrêtons donc là la discussion. En revanche me traiter de défaitiste, non, vous n'avez pas compris mon propos. Si vous relisez mon exemple sur le Linky, vous verrez que je recommande précisément de se battre là où c'est le plus urgent. Pas Linky, mais la pollution existante, ignorée de la plupart, et potentiellement plus dangereuse (sachant que rien n'est prouvé, et qu'on parle ici de principe de précaution).

Dans le cas qui nous intéresse, je ne suis donc pas partisan de se battre contre une appli qui (je suis d'accord sur ce point) mérite surveillance mais ne devrait a priori pas poser de problème. Mais de se battre, oui, contre des sociétés privées qui profitent encore de ce "fond d'idéalisme" pour lentement changer votre vie, jusqu'au jour où il ne vous restera plus que vos yeux pour pleurer vos libertés individuelles.

En sommes nous sommes d'accord sur le principe et ce qu'il faut protéger, mais pas sur la menace.



Défaitiste, moi? Bien au contraire. Je lutte au quotidien contre l'invasion de ma vie privée. Comme vous le suggérez, je suis d'accord sur ce point, je questionne, et je comprends qu'on le fasse. Je pèse le pour et le contre de StopCovid et le pour l'emporte largement. Je pèse le pour et le contre de Facebook et le contre l'emporte largement.

jebster

29 mai 2020 à 11:32

Par ailleurs Ellie, je pense que vous être familiarisé avec le concept de lobbying. Ca existe, c'est un fait, c'est même "encadré". C'est la définition même, la preuve que des intérêts privés influencent déjà - et sûrement plus que nous ne le pensons - les lois d'un pays. Nier cette évidence d'une confusion entre pouvoir politique et intérêt privé n'est même plus de "l'idéalisme".

Donc me dire que "confondre l'État et les entreprises (POUR L'HEURE....), c'est ça qui est incohérent", montre effectivement que nous ne serons jamais d'accord.

Let's agree to disagree, comme on dit.

Ellie

29 mai 2020 à 11:50

"Quand je lis ça j'ai un peu peur... Plus personne ne doute désormais du rôle de Facebook dans l'élection de Trump. Je ne vous parle pas non plus de l'influence des fabricants de pesticides sur les décisions politiques, ni des tentatives répétées de Bayer/Montsanto pour breveter le vivant... "

Je comprends tout à fait ce que vous voulez dire. Je crois simplement que j'ai plus de hargne contre l'État parce que je lui accorde davantage de valeur.

Vous comprenez quand je vous parle de décisions / mesures qui vous impactent dans votre corps ? Vous mettent en garde à vue, en prison, sous surveillance ? Vous faites la distinction entre l'influence bien connue (et "encadrée", oui...) des entreprises sur nos politiques et nos législations VS des questions d'ordre, de politique pénale ? Des questions purement régaliennes ?
Il y a des domaines dans lesquels les entreprises rêvent de plonger / plongent (lobby, influence, argent -> je ne le nie pas, bien sûr !) et des domaines où c'est l'État qui va piocher dans ces entreprises / nouvelles technologies pour des questions qui touchent directement au maintien de l'ordre, au respect de la loi, au traitement de la "délinquance".

Contrairement à ce que vous pensez, je me méfie de tout le monde. Je suis simplement bien plus exigeante vis à vis de mon État qui devrait d'ailleurs (mais ça c'est peine perdue depuis longtemps) me protéger contre les abus des groupes.

Peut-être est-ce moi la défaitiste.
Je vous laisse tranquille ! "Let's agree to disagree, comme on dit" me va très bien.

pehache

29 mai 2020 à 11:58

@Ellie : "Personnellement, je fais encore une différence entre État et entreprises privées justement"

Moi aussi, mais dans le sens complètement opposé au tien. Les multinationnales de la taille des GAFAM s'affranchissent de plus en plus des contrôles démocratiques.

Pour l'histoire des "brigades qui viennent te chercher chez toi" c'est une façon fallacieuse de présenter les choses pour faire peur, comme si on allait avoir la visite d'une milice politique qui allait défoncer ta porte d'entrée au petit matin. Le but était de suivre les chaînes de contaminations potentielles pour ralentir la propagation.

Bon, l'épidémie a l'air de se tasser d'elle-même avec les mesures déjà prises, donc on ne va probablement pas avoir besoin d'en faire plus, mais que se passerait-il avec une épidémie plus sévère si on avait non pas 28.000 mais 280.000 morts, ou 2.800.000 morts ? Il ne faudrait toujours pas tracer les chaînes de contamination parce que c'est attentatoire à la vie privée ?

jebster

29 mai 2020 à 12:00

Eh bien voilà, nous sommes presque d'accord, chère amie. Je reçois totalement votre méfiance actuelle, comme vous je me méfie de tout sans tomber dans le complotisme, par principe de précaution. Mais précisément, pour éviter les excès à venir, je pense que c'est maintenant qu'il faut commencer à se préoccuper de ceux qui s'annoncent.

Unreal

29 mai 2020 à 12:11

Même si il y a des discordances, le débat est intéressant car il ne peut qu'être enrichissant en nous amenant à comprendre les autres sur un sujet comme celui-ci.

Je me range pour ma part du côté du VanZoo et Ellie. Car j'estime personnellement que cette application bien qu'officiellement "protégeante" n'est en réalité qu'un prétexte "intrusif" pour connaitre davantage d'informations sur nous et qu'il est important de nous réveiller maintenant. C'e n'est pas une fois que nous aurons une puce dans le corps qu'il faudra venir se plaindre, c'est avant toute cette robotisation et contrôle total de l'être humain.
Jester Quand Ellie te considère de défaitiste ce n'est je pense, pas une critique mais bel et bien une façon de te qualifier de soumis à ce système pour lequel nous possédons un avis critique du fait de son potentiel danger pour la vie d'autrui. Et qui plus peut être la racine de nouveaux projets qui eux seront davantage dangereux quant à nos libertés.

Pehache tu dis que " l'appli telle qu'elle est conçue est anonymisante et ne permet pas une surveillance de masse nominative."
Je ne suis pas expert mais ce que j'en retiens de cette crise sanitaire c'est que les personnes qui nous ont privées de nos libertés fondamentales pendant plus d'une cinquantaine de jour et qui sans cesse n'ont pas arrêté de nous mentir en toute connaissance de cause sont pour moi des personnes à qui je ne suis pas capable de faire confiance et davantage quand il s'agit d'une mesure visant à me "rassurer".
Il suffit de voir comme ma sécurité a été prise en compte pour m'en faire mon propre avis.
Bien qu'officiellement cette application ne puisse en aucun cas être utilisée contre nous, rien ne prouve à ce jour que ces données ne seront jamais utilisé d'une autre manière sans que pour autant nous le sachions.

Pour ceux qui ont déjà commandé sur Amazon avec votre numéro sur votre compte, n'avez-vous jamais été appelé par une société ou un institut de sondage ? Moi oui et pourtant je n'ai jamais donné mon numéro pour cela.
Ces personnes là ont d'ailleurs en payant un tas de renseignement qui est totalement hallucinant.

Bien sûr nous livrons peut être déjà trop d'informations sur nous, mais tant qu'il est encore temps de maintenir l'hémorragie de notre liberté, pourquoi ne pas le faire ?

Fred4

29 mai 2020 à 13:05

Un point important est de savoir quels droits s'appliquent: le droit français, européen, américain ou autre.

Le droit français est relativement protecteur, même si plusieurs reculades ont eu lieu depuis quelques années.
De plus il est encadré par le droit européen qui est aussi protecteur, même si divers lobbies n'ont de cessent d'essayer de l'affaiblir.

Par contre le droit américain ne protège bien que ses propres citoyens (et leurs données). Lorsqu'un utilisateur accepte que ses données puissent être hébergées aux USA, il s'expose à une possible utilisation abusive par des tiers.

The Hoff

29 mai 2020 à 14:26

@ Jebster: Google, Apple, Microsoft Amazon ou Apple, en savent déjà énormément sur toi (sur nous). L'Etat français, au moins en principe, est soumis au droit français. S'il agit de manière contraire au droit, on peut le faire condamner en justice. Il est, à l'inverse, extrêmement difficile de faire condamner ces sociétés, quelles que soient les délits qu'elles commettent (fraude fiscale, détournement des données, espionnage etc). Elles sont donc infiniment plus dangereuses pour les libertés individuelles que n'importe quel Etat de droit.

jebster

29 mai 2020 à 14:41

@The Hoff: c'est exactement ce que je dis!

pehache

29 mai 2020 à 15:24

@Unreal : "les personnes [...] qui sans cesse n'ont pas arrêté de nous mentir en toute connaissance de cause"

Ce genre de discours sans nuance ne sert qu'à nourrir le complotisme. Il y a eu mensonge au sujet des masques qui étaient soit-disant inutiles, alors que la réalité est que par imprévoyance on n'en avait pas, on est d'accord. Et quelque part c'est grave, oui. Mais dire de façon générale "ils n'ont pas arrêté de nous mentir" c'est non seulement excessif mais c'est aussi un mensonge en soi. Par imprévoyance et par une certaine incompétence beaucoup de temps a été perdu au départ, mais ensuite la crise a été gérée "le moins mal possible" à défaut du "mieux possible".

Et quand je lis ta remarque sur "les personnes qui nous ont privées de nos libertés fondamentales pendant plus d'une cinquantaine de jour", je me demande en réalité quelle aurait été ta réaction si des mesures restrictives avaient été prises en février alors qu'il n'y avait qu'une poignée de cas.

"Bien qu'officiellement cette application ne puisse en aucun cas être utilisée contre nous, rien ne prouve à ce jour que ces données ne seront jamais utilisé d'une autre manière sans que pour autant nous le sachions."

--> voilà le complotisme. Si cette appli t'inquiète, je suppose que tu n'utiliseras jamais ni la sécu ni aucune assurance santé privée, qui en savent bien plus sur notre santé que n'en saura jamais l'appli stop-covid.

Fromgardens

29 mai 2020 à 15:59

Donc si je résume, il y en a qui sont pour et d'autres qui sont contre l'application StopCovid ? Si j'ai bien compris ?

Unreal

29 mai 2020 à 16:02

@Pehache
"Mais dire de façon générale "ils n'ont pas arrêté de nous mentir" c'est non seulement excessif mais c'est aussi un mensonge en soi."
Si je généralise, c'est que la vérité sur l'épidémie qui nous aurait servi au début et même avant que la crise ne se dévoile. Cela aurait été décisif dans le comportement Français et je ne parle pas là de confinement. Je parle des gestes barrières qui eux, bien que parfois stupide ( exemple : interdir les plages ) permettent de ne pas trop empiéter sur la liberté car ils permettent ( presque ) la libre circulation et donc la liberté.

Madame Buzyn savait que l'épidémie allait être bien présente : https://www.lefigaro.fr/politique/pour-agnes-buzyn-les-municipales-ont-ete-une-mascarade-au-regard-du-coronavirus-20200317
Et pourtant publiquement elle annonce le 24 janvier 2020 que : « En termes de risques pour la France, les analyses de risques d’importation sont modélisées régulièrement par des équipes de recherche. Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée. Les risques de cas secondaires autour d’un cas importé sont très faibles, et les risques de propagation du coronavirus sont très faibles » Ça aussi, ça n'est pas un mensonge volontaire ?

Si une mesure restrictive avait été déjà mise en place en février, je n'aurais davantage pas été content et j'aurais cherché des moyens de manifester mon mécontentent car (je crois) la liberté de parole et de manifester est encore toléré. Ha non pardon nous sommes encore en état d'urgence sanitaire et les lieux numériques d'expressions se font de plus en plus censurer.
Alors c'est sûr seul c'est difficile mais ensemble c'est nécessaire.
"--> voilà le complotisme. Si cette appli t'inquiète, je suppose que tu n'utiliseras jamais ni la sécu ni aucune assurance santé privée, qui en savent bien plus sur notre santé que n'en saura jamais l'appli stop-covid."
Tu sais Pehache, je t'ai énnoncé un cas avec Amazon où les informations qui transitent sur nous sont nombreuses et très personnelles. Selon les commentaires ci-dessus d'après ce que j'ai compris les lois sont plus laxistes sur ce sujet. Sûrement. L'état Français a apparement plus de difficulté à reproduire le même schéma.

En tout cas si pour toi prévoir pour sa liberté de ne pas diffuser plus d'informations se concernant est du complotisme soite, je te l'accorde.
Chacun est libre de penser, et c'est ça notre richesse que nous avons tous intérêt à ne pas perdre. Le tout étant que si nous voulons nous enrichir humainement, il est important de se comprendre pour se dire quand nous ne sommes pas d'accord et pourquoi nous ne sommes pas.
C'est comme ça que l'homme triomphera.

Mais personnellement pour moi :
-"Mieux vaut prévenir que guérir"
-"Gouverner, c'est prévoir ; et ne rien prévoir, c'est courir à sa perte". Emile de Girardin

Bonne après midi à toi et à vous tous

pehache

29 mai 2020 à 17:27

En janvier beaucoup d'informations contradictoires circulaient sur le virus et l'épidémie, y compris dans les milieux médicaux/scientifiques. L'avis d'Agnès Buzyn à cette époque (enfin, celui qu'elle dit avoir eu, hein !) était loin d'être unanimement partagé. Même l'OMS ne se voulait pas alarmiste. Et je rappelle que Raoult professait en janvier (alors qu'il était dans le conseil scientifique à ce moment là) qu'il n'y avait de quoi s'inquiéter ! Et les politiques étaient censés faire quoi de ces avis divergeants des scientifiques qui les conseillent ?

Alors après coup on peut se dire que le principe de précaution aurait dû prévaloir dès janvier, comme dans certains pays (Taiwan). Mais transformer une erreur d'appréciation des dirigeants en une volonté délibérée de mentir, c'est du simplisme, c'est du populisme.

La perle : "Si une mesure restrictive avait été déjà mise en place en février, je n'aurais davantage pas été content"

Tu as le droit d'être incohérent il n'y a pas de souci.

Sam59760

29 mai 2020 à 18:43

C'etait avant qu'il fallait la sortir cette appli, et puis bon quelques personnes en faim de vie sont morte d'un virus, un rhume les auraient emporté aussi hein.
Bizarrement on a pas les chiffres de la grippe saisonnière 😉 , ils ont dû englober tous les morts de grippe dans le calcul des Covid.
Je suis infirmier à au CHD de Dunkerque, on a recensé un mort du Covid.
Faut arrêter cette mascarade, ils veulent juste nous imposer leurs lois comme d'hab.

clive-guilde

29 mai 2020 à 19:04

Bonjour à tous,

Débat très intéressant. Travaillant dans le secteur de la santé et étant assez alerté par la vie privée dans le monde numérique je ne sais pas vraiment où me ranger dans le débat.

Le risque ce n'est pas vraiment l'état pour la gestion de nos données via l'application mais plutôt les sociétés privées qui pourraient avoir accès à ces informations dans le futur. Par exemple un directeur d'une grande structure hospitalière (je tais volontairement la ville) a dû intervenir pour protéger un de ses salariés (personnel soignant) qui s'était vu refuser un prêt bancaire. Et ça devient très grave.

Donc comme @Pehache je me méfis au plus au point des sociétés privées. Comme toujours ne pas être "bêta" - testeur.

Zazen

29 mai 2020 à 19:19

@pehache : "Pour l'histoire des "brigades qui viennent te chercher chez toi" c'est une façon fallacieuse de présenter les choses pour faire peur, comme si on allait avoir la visite d'une milice politique qui allait défoncer ta porte d'entrée au petit matin"

Oui, je le reconnais, la formule est choisie pour insister sur le côté inquiétant de la mesure. Comme cela n'a pas été inclus au texte final, on ne saura jamais comment cela aurait été mis en place concrètement, même s'il y avait des indices. Par contre, je trouve qu'il ne faut pas minimiser : l'idée était bien, sans ambiguïté, de contraindre la personne ayant été en contact avec un malade à se confiner. Il s'agissait bien d'aller jusqu'à la priver temporairement de liberté, sous la contrainte si nécessaire.

Ce qui me fait vraiment froid dans le dos, c'est que le brillant assistant qui a eu cette idée l'a vue validée par sa chaîne hiérarchique, et que l'une ou l'autre des personnes qui ont estimé que la privation de liberté, au sens le plus strict, était parfaitement justifiée va peut être se retrouver parmi les candidats à une prochaine élection présidentielle, ou dans un rôle de ministre. Sincèrement, j'aimerai bien savoir avant de voter pour le prochain président.

En ce qui concerne l'application stop-covid, je suis bien convaincu qu'elle fonctionne ainsi qu'on nous l'a expliqué et qu'elle ne va pas m'espionner. Ainsi que VanZoo et Ellie l'ont développé, c'est surtout le "pied dans la porte" que cela peut représenter pour le futur qui m'inquiète. Et en effet, je n'utilise pas la reconnaissance faciale et n'ai donné mes empreintes digitales à l'état qu'en 2017, contraint par le renouvellement d'un passeport. J'avais réussi à vivre 45 ans sans qu'elles ne figurent dans aucune base française. Et je n'ai rien à me reprocher, mais simplement, je connais l'histoire. D'abord on fait des listes pour protéger, ensuite on les utilise pour autre chose.

La discussion est intéressante (pas seulement parce qu'elle est courtoise et argumentée), car il me semble que nous voyons tous les éléments qui nous entourent de la même façon, mais en tirons des conclusions très éloignées en fonction de nos expériences personnelles et de la manière dont nous anticipons le futur (du coup, il est prévisible que personne ne fera changer personne d'avis )

pehache

30 mai 2020 à 16:51

@Zazen : "Par contre, je trouve qu'il ne faut pas minimiser : l'idée était bien, sans ambiguïté, de contraindre la personne ayant été en contact avec un malade à se confiner. Il s'agissait bien d'aller jusqu'à la priver temporairement de liberté, sous la contrainte si nécessaire."

Je ne veux pas minimiser, car c'est en effet loin d'être anodin. Mais ce genre de mesure deviendrait inévitable pour une épidémie plus sévère. Nous sommes à presque 3 semaines de déconfinement et tous les indicateurs restent au vert : très bien, mais si l'épidémie était repartie quelles options aurions-nous eu ? Reconfiner indistinctement tout le monde et rebloquer l'économie ?

De nombreux pays ont appliqué ce genre de mesure dès le début de l'épidémie, et certains de ces pays ne sont pas moins respectueux des libertés que la France. Par exemple Taïwan, qui n'a à ce jour qu'une poignée de morts à déplorer. A l'inverse, les pays qui au départ n'ont voulu prendre aucune mesure "attentatoire aux libertés" se sont tous retrouvé avec des montagnes de morts (et pour la plupart ont dû se résoudre à prendre des mesures quand même).


Sam59760 : "Je suis infirmier à au CHD de Dunkerque, on a recensé un mort du Covid. Faut arrêter cette mascarade, ils veulent juste nous imposer leurs lois comme d'hab."

Là on a touché un champion du monde... Niveau certifié Facebook.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription