Affaire Epic Games : la justice temporise


Fin de l'escalade dans l'affaire qui oppose Epic Games à Apple. Tandis qu'Apple menaçait Epic Games de lui couper tous ses outils de développement suite à sa déclaration de guerre contre l'App Store, ce qui aurait empêché Epic Games de mettre à jour son très populaire moteur Unreal Engine, la juge américaine Yvonne Gonzalez Rogers a préféré temporiser.

En substance, il n'est pas question d'obliger Apple à publier sur l'App Store une version de Fortnite contrevenant à son règlement interne : « votre client a créé cette situation lui-même », a précisé la juge aux avocats d'Epic Games, ajoutant qu'il était tout à fait possible pour Epic Games de revenir au statu quo en soumettant à l'App Store une version de Fortnite dépourvue du système de paiement alternatif à celui d'Apple. En revanche, Yvonne Gonzalez Rogers a jugé excessive la menace de bloquer le développement de l'Unreal Engine, ce qui pénaliserait de nombreux développeurs tiers n'ayant rien demandé à personne : le désaccord entre Epic Games et Apple ne doit pas faire de victime collatérale et Apple devra donc maintenir les accès d'Epic Games à son programme de développement.


Epic Games App Store FreeFortnite

(lire : Fortnite : Epic Games entre en guerre contre l'App Store)



Il ne s'agissait pour le moment que d'une procédure d'urgence et pas d'un procès en bonne et due forme. Cela n'a pas empêché la juge de commencer à mettre les pieds dans quelques plats, comme la fameuse commission de 30% de l'App Store : « Il n'y a pas de concurrence. Alors, sans concurrence, d'où ces 30% sortent-ils ? Pourquoi pas 10 ou 20 ? En quoi votre mainmise est-elle bénéfique pour le consommateur ? » Une prochaine audience relative à l'injonction préliminaire aura lieu le 28 septembre, et elle promet d'être agitée.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (15)

Ferromanzo

25 août 2020 à 11:54

Juger en défaveur d'Apple aurait de lourdes conséquence sur toute l'industrie. Cela obligerait tout le monde à ouvrir leurs écosystèmes fermé. Du coup je trouve ca drôle que Microsoft se joigne à Epic car ca les obligerait à avoir des stores indépendants sur leurs Xbox par exemple

pehache

25 août 2020 à 12:16

"Cela obligerait tout le monde à ouvrir leurs écosystèmes fermé."

Tant mieux !

LolYangccool

25 août 2020 à 12:43

Ce n'est pas forcément quelque chose de bien d'ouvrir un écosystème. Le fait que ça soit fermé peut apporter une certaine sécurité.

Sethenès

25 août 2020 à 13:22

Pour ma part, un élément essentiel, c'est que désormais d'autres sociétés peuvent ester en justice contre Apple sans risquer de représailles de la part d'Apple.

Je pense en particulier aux services concurrents.

Et un autre élément essentiel, c'est que sans le caca nerveux d'Apple ... aujourd'hui au tribunal c'est eux qui gagnaient ! Apple ne perd que parce qu'ils ont sur-réagit.

C'est d'ailleurs typiquement ce que je leur reproche au fond : leur certitude de toujours avoir raison et leur incapacité à se remettre en question (sauf évidemment quand 4 années d'affilées il faut rappeler des claviers défectueux !).

Sethenès

25 août 2020 à 13:26

Prochain indicateur : la valeur de l'action.

Tom

25 août 2020 à 14:22

@Sethenes ou pas, peut être que la stratégie était justement de sur réagir pour que le blocage initial de Fortnite passe

pehache

25 août 2020 à 14:37

@Tom : Epic n'a lancé une demande de jugement en référé qu'après que Apple a brandi la menace de révocation des comptes. Avant ça Epic n'avait pas demandé le déblocage de Fornite.

Sethenès

25 août 2020 à 14:47

Je ne pense pas qu'un(e) juriste pense de cette manière. Les différents aspects sont analysés indépendamment et ce n'est pas une logique de troc ou de recherche de solution moyenne.

Le juge prend ici une mesure conservative, en raison des conséquences immédiates de la mise à exécution de la menace d'Apple. Et rappelle au passage à Epic qu'il ne tient qu'à eux de se retrouver de nouveau sur le store.

Il faut aussi comprendre que les juges sont très conscients du contexte dans lequel ils prennent une décision. Ici il s'agit d'une décision "à la hâte" où le juge décide seul, sans assesseur, sans jury, ... Ils sont donc prudent dans la mesure où si débat contradictoire il y a, il est forcément très limité.

Et c'est bien comme ça que cette décision doit être comprise : limiter les dégâts avant un procès sur le fond. Si Epic veut limiter les dégâts, ils suppriment leur offre alternative et d'autre part quelque soit la position d'Epic, Apple est empêchée d'en fermer le compte.

LolYangccool

25 août 2020 à 15:57

Que se passerai t’il si Apple décidais quand même de supprimer le compte développeur d’Epic ? Ils auraient sûrement une grosse amende, mais à part ça ? Ça embêterait plus Epic qu’Apple au final, même avec l’amende, vu les fonds qu’ils possèdent.

pehache

25 août 2020 à 16:28

@lol : si Apple faisait ça, ce ne serait plus "Epic contre Apple" mais "L'état fédéral contre Apple", et ça rentrerait dans une toute autre dimension ! On ne passe pas outre les décision d'un juge fédéral comme ça...

LolYangccool

25 août 2020 à 17:00

D'accord. Merci.

VanZoo

25 août 2020 à 18:08

Les exclusivités ne sont-elles pas non plus des freins à la libre concurrence ? Pourquoi tel film ou tel jeu se retrouve en exclu sur une plateforme. Le consommateur est soit piégé soit contraint. Cela me parait plus important que ce combat-là. En gros, il suffirait à Apple de racheter Epics et tout serait réglé.
Sinon, combien Spotify par exemple ponctionne t-il aux musiciens ? N'est-ce pas une entrave de la même nature que la taxe Apple ?

pehache

25 août 2020 à 18:26

@VanZoo : le problème n'est pas équivalent, car sur le papier rien n'empêche les artistes de distribuer directement leur musique en streaming sans passer par Spotify ou autre, alors que l'App Store est un passage obligé. Bon en pratique ce serait très compliqué pour chaque artiste individuellement évidemment, mais les maisons de disques auraient les moyens de le faire (au moins les grosses).

pehache

25 août 2020 à 18:30

Et pour les exclus, si un ou deux acteurs étaient suffisamment puissants pour attirer à eux toutes les exclus au détriment de tous les autres, ça finirait aussi par soulever des protestations.

The Hoff

26 août 2020 à 08:29

@ lol: il faut aussi tenir compte du contexte politique. Aux Etats Unis, le gouvernement actuel (et je dirais l'opinion publique américaine en général, même si ce n'est pas pour les mêmes raisons) est nettement plus défavorable aux grosses multinationales de la Silicon Valley que par le passé. En clair, du point de vue d'Apple, il convient de faire profil bas, afin d'éviter que soient lancées des procédures antitrust qui mèneraient,si elles étaient menées à terme, au démantèlement de l'entreprise (comme c'est arrivé par le passé).

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription