Qualcomm voudrait s'attaquer à la puce Apple M1


La puce Apple M1, première représentant du projet Apple Silicon, a impressionné le grand public mais également le reste de l'industrie. Si les annonces d'Apple sonnent comme un signal d'alarme pour Intel, ce n'est pas le cas chez Qualcomm qui semble plutôt voir cela comme une opportunité : maintenant qu'Apple a prouvé qu'il était bien possible de basculer avantageusement sur l'architecture ARM, cela pourrait donner des idées à d'autres fabricants et Qualcomm compte bien être au rendez-vous.

Selon WinFuture, Qualcomm préparerait ainsi un nouveau processeur destiné à concurrencer la puce Apple M1. Nom de code SC8280, il serait testé sur des plateformes intégrant jusqu'à 32 Go de RAM (comme Apple), un modem 5G et un écran de 14". La puce serait logiquement nettement plus grande que les modèles utilisés sur smartphone.


Qualcomm Snapdragon

Le lancement du projet Apple Silicon n'était une surprise pour personne, les puces ARM ayant fait des progrès considérables ces dernières années et Intel ayant parallèlement rencontré du mal à se réinventer. L'industrie des semi-conducteurs vient de vivre un petit séisme, et la nouvelle bataille qui s'ouvre pourrait rebattre les cartes. Si Qualcomm parvient à séduire les fabricants d'ordinateurs avec une puce Snapdragon capable de remplacer avantageusement les processeurs d'Intel équivalents, il ne faudra pas longtemps pour que ARM se fasse une vraie place dans l'informatique grand public. Microsoft aurait d'ailleurs déjà senti le vent tourner, la firme de Redmond ayant visiblement aussi l'intention de créer ses propres puces ARM... Le retour du Windows sur Mac, qui dépend de la disponibilité d'une licence ARM du système d'exploitation de Microsoft, pourrait ainsi prendre moins de temps qu'on pourrait le croire.

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (6)

Sethenès

19 janvier 2021 à 11:41

A nouveau, j'ai l'impression que tout ce qui fait (et a fait) le succès du x86 est négligé, en premier lieu que c'est un standard compatible.

Compatible veut dire que d'une part, à un moment donné, tous les assembleurs qui le souhaitent peuvent l'utiliser. Et d'autre part, bien plus important encore que ce standard est valable dans la durée en assurant une compatibilité ascendante et descendante.

En 2008 j'achète un PC fourni avec Vista (mais aussi avec les drivers pour XP, la version précédente) et ce PC est actuellement installé en Windows 7. Apparemment il serait même compatible avec Windows 10 (je n'ai pas testé). Donc ça fait 13 ans de compatibilité (plus encore si on compte la descendante en incluant la durée de vie de XP).

Evidemment qui dit "compatible" (ici dans le cas de l'ARM) implique deux choses. D'une part, cela réduit les liberté des assembleurs dans leurs choix du moment, mais forcément, ça limite aussi les évolutions futures puisqu'il faut, en principe tenir compte du passé. Tout comme le x86 qui traine pas mal de casseroles pour cette raison même.

Et cette question de durée de support, elle n'est pas qu'une affaire de connaisseurs car tout le monde et en premier lieu les utilisateurs d'Androïd (mais aussi d'iOS) comprennent très très bien ce dont il est question ! Car aujourd'hui je pense que tout le monde a déjà été confronté aux conséquences d'un manque de portage de la version xy.z de tel ou tel Smartphone !

matt

19 janvier 2021 à 14:44

Cette concurrence a beaucoup de bon !!

@Sethenes, tu peux m’expliquer, ou appuyer tes propos avec des sources, en quoi l’architecture ARM à moins de compatibilité ?

En passant d’un proc x86 a un autre proc x86 t’as les mêmes instruction set !

En passant d’un proc ARM a un autre proc ARM t’as les mêmes instruction set !

Donc je vois pas pk ARM a moins de compatibilité ! Pour ce qui est d’Android, je me suis toujours dit que c’était une question de driver comme il y a plein de matériel différent !

Pour tout ce que j’ai dit, je serais le premier à l’admettre si j’ai tord ou si je n’ai pas compris quelque chose.

pehache

19 janvier 2021 à 15:05

@Matt : un ordi ce n'est pas qu'un CPU. Ce qu'on appelle "l'architecture PC" ne se résume pas à la standardisation du type de CPU (x86), mais à tout ce qui tourne autour (le BIOS/EFI, les différents bus, etc...). C'est ce qui fait qu'avec des drivers génériques un OS pour PC peut s'installer sur quasiment tous les PC. Je ne suis pas sûr que les machines ARM soient parties sur cette voie.

Sethenès

19 janvier 2021 à 16:32

Le meilleure preuve est que Microsoft a sorti une version de Windows pour ARM, mais c'est au constructeur de machine ARM à décliner "l'installer" pour leur propre machine.

Ce qu'il manque c'est un standard comme l'a été le Bios et l'est aujourd'hui l'UEFI. Or ça, justement, il n'y a pas dans le monde ARM. Puisque non seulement le CPU est différent mais tout ce qui l'entoure. Dans un PC, il y a certes le Bios/UEFI mais aussi le chipset composé entre autre du Northbridge (ajd "dans" le CPU ou plus exactement logé dans le boitier qui abrite aussi le CPU), le Southbridge, etc.

Or ça, les constructeur ARM ont pu faire à leur sauce. On en revient à la situation d'avant où l'Apple II et le Commodore-64 partage le même CPU (6502) mais aucun programme ni aucun périphérique ne sont compatibles entre eux.

bétéhel

20 janvier 2021 à 14:37

Je comprends ton point de vue. C'est l'argumentaire principal en entreprise avec un marcher bien plus lourd et inertiel. Mais sur le marcher grand public bien plus concurrentiel les choses sont toutes autres. Les assembleurs cherchent à se démarquer avec des composants tous tellement standardiser que plus grand chose ne fait la différence. Le développement arm sera le nouveau front de l'évolution, tout simplement parce que l'industrie en a besoin.

Sethenès

20 janvier 2021 à 21:48

Tous les produits "révolutionnaires" ont balayé leurs prédécesseurs. Que sont devenus les Palm Pilot, les Nokia ou plus récemment les Blackberry ?

Donc oui, un jour le x86 fera partie du passé. Sera-ce l'ARM qui le détrônera ? C'est possible.

Mais il faut être conscient que pour que cela se passe, il faut en passer par toutes les étapes que j'ai évoquées. Et il y en a d'autres. Un exemple ? Etre capable de créer un Rosetta aussi efficace que celui d'Apple.

Alors il existe déjà, en partie chez Microsoft. Mais quand on voit la panoplie de software et de hardware existant, on se rend quand même compte que la partie n'est peut-être pas gagnée d'avance. Ensuite qui a intérêt à créer et à soutenir une tel développement ?

Surtout qu'ARM arrive avec une réputation de "beaucoup" moins cher qu'Intel. Donc il faudra et des performances à la hausse, et des prix à la baisse. Sans cela, et pour un bon moment encore, la question de l'intérêt pour le client sera posée.

A moins bien sûr d'annoncer, comme Apple peut le faire que toute la gamme va basculer ... Tant qu'il y aura le choix entre un x86 (avec toutes la compatibilité qu'on lui connait) et un ARM "propriétaire" du constructeur, la question restera ouverte. J'ai (re)switché vers le monde PC il y a presque 2 ans, mais même si je ne l'avais pas fait, jamais je n'aurais acheté un MAC ARM. En tout cas tant qu'il y avait des PCs x86 pouvant me convenir. Jamais.

Et à nouveau, cela pose la question du "standard" ARM. Il va peut-être arriver. C'est possible. Mais j'ai peine à croire que cela soit avant 3 à 5 ans. De plus, il faudra que les versions M2, M3, ... prouvent que ce gain n'est pas unique mais qu'il s'agit bien d'une vraie révolution, pas d'une différence unique. Et ça, j'ai quand même peine à croire. S'il y avait de tels opportunités, pourquoi AMD ne s'en est-elle pas emparée ?

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription