Test : à la découverte de l'iMac M1


La tant attendue refonte de l'iMac est arrivée. Apple a profité du passage à l'architecture Apple Silicon pour revoir le design de son tout-en-un, avec de multiples évolutions et subtilités que nous allons explorer. Voici notre test !


Test iMac M1

Déballage


L'iMac M1 est livré dans un tout nouvel emballage, entièrement en carton : il n'y a pas de plastique ni de polystyrène pour garder l'ordinateur en place tout en le protégeant des chocs, comme sur les précédents modèles. La boîte a la particularité de s'ouvrir sur le côté et doit être posée à plat. Il n'y a aucun élément à retirer : il suffit de pousser chaque côté du carton vers l'extérieur pour libérer l'iMac. C'est simple, mais plutôt malin et élégant.


Déballage iMac M1

Sous l'écran de l'iMac se cachent les différents accessoires : le clavier et la souris (ou le trackpad si on a choisi cette option) du même coloris que l'ordinateur, le câble Lightning et le cordon d'alimentation assortis, ainsi que le bloc d'alimentation. Dans la petite pochette de documentation, on retrouve même un autocollant de la bonne couleur.


Accessoires iMac M1

On sent tout de suite qu'Apple a voulu créer une expérience particulière autour de la couleur avec des rappels permanents au coloris de l'iMac. Même la mention « Hello » sur la protection de l'écran est assortie !


iMac M1 Hello

Design et écran


Au premier abord, l'iMac M1 impressionne par sa finesse. On a beau l'avoir déjà vu sous toutes ses coutures depuis sa présentation, la première rencontre fait tout de même son petit effet. Le dos parfaitement plat donne instantanément un énorme coup de vieux aux anciens modèles, dont le design bombé remontait tout de même à 2012. Côté coloris, c'est très intense et plutôt sensible à la lumière : ce n'est absolument pas discret. Le dos de l'ordinateur attire franchement le regard, que l'on aime ou que l'on n'aime pas. Chacun fera donc selon ses préférences, Apple proposant un modèle gris beaucoup plus neutre.

Un mot sur le pied : comme sur les précédents modèles, il n'est pas réglable en hauteur, seulement en inclinaison. C'était un gros manque à l'époque, et ça l'est toujours aujourd'hui. Le positionnement vertical de l'écran est essentiel pour une bonne tenue de l'utilisateur, et il est dommage de devoir avoir recours à des accessoires (ou des piles de livres...) pour un réglage aussi important. Côté stabilité, cet iMac M1 nous fait un peu peur, notamment pour les personnes ayant des animaux de compagnie agités, la bascule sur le côté ne nécessitant pas beaucoup de force.


iMac M1 dos bleu

À l'avant, l'iMac rappelle son coloris sur son pied et surtout sur son fameux "menton", qui arbore une teinte bien plus pastel qu'à l'arrière. Il n'y a plus de logo sur la partie basse, et la vitre entourant l'écran est passée du noir au blanc — gris clair, en réalité. Là aussi, c'est une question de goût. Les réactions à ce changement ont été vives et même si on s'y fait vite, il aurait été appréciable qu'au moins un coloris d'iMac présente une façade noire pour les personnes appréciant ce contraste avec l'écran.

Pour ce qui est de l'écran lui-même, il n'y a pas de surprise : la dalle Retina 4,5K de 23,5 pouces (et non 24 pouces) est parfaitement fidèle à ce à quoi Apple nous a habitués depuis quelques années avec la luminosité de 500 nits, la gamme de couleurs P3 ou encore la technologie True Tone qui ajuste la température des couleurs à la luminosité ambiante. C'est une dalle d'excellente facture, sans compromis.


iMac M1 bleu

Connectique et haut-parleurs


La connectique de ce nouvel iMac est directement dépendante des choix de design opérés par Apple. L'ordinateur est d'une finesse extrême (11,5 mm), ce qui pose des problèmes de profondeur pour certains connecteurs. Contrairement aux ordinateurs portables dont la connectique se trouve sur les tranches, les connecteurs de l'iMac se situent en effet au dos... et pour certaines prises, ça coince !

L'arrière de l'iMac M1 est donc assez minimaliste. À l'emplacement habituel, il n'y a plus que deux ou quatre connecteurs USB-C selon les modèles. Sur l'iMac M1 d'entrée de gamme, il y a deux ports Thunderbolt 3 / USB 4 (jusqu'à 40 Gbit/s). Sur les modèles supérieurs, il y a deux ports USB 3.1 Gen 2 (jusqu'à 10 Gbit/s) supplémentaires. Et c'est tout !


iMac M1 ports USB

Au centre, Apple n'a pas pu intégrer son connecteur d'alimentation habituel faute de profondeur nécessaire, et c'est un nouveau connecteur circulaire et magnétique bien plus petit qui fait son apparition. L'aimantation est plutôt puissante : il faut vraiment se prendre les pieds dans le câble d'alimentation pour qu'elle se déconnecte... avec un risque non négligeable de faire tomber l'ordinateur au passage. Apple n'a pas donné à ce connecteur l'appellation MagSafe ; c'est très similaire dans l'exécution, mais l'objectif semble surtout de gagner en finesse sans risquer les déconnexions intempestives.


Connecteur alimentation iMac M1

Ce nouveau connecteur a un autre avantage : il est capable de véhiculer des données en plus de l'électricité. Apple a ainsi trouvé le moyen d'expatrier une prise Gigabit Ethernet sur le bloc d'alimentation de l'iMac. C'est sous la forme d'une option (+26 €) sur le modèle d'entrée de gamme, et c'est en standard sur les modèles supérieurs.

Certains apprécieront de pouvoir cacher tout cela sous un bureau, mais d'autres regretteront ce fouillis supplémentaire. C'est la conséquence de l'obsession pour la finesse qu'Apple entretient depuis tant d'années. Avec un peu plus d'épaisseur, cet iMac aurait pu intégrer ce volumineux bloc d'alimentation qu'il n'était pas nécessaire de déporter, et il n'y aurait pas eu de problème pour l'intégration des connecteurs au dos de l'ordinateur.


Bloc alimentation iMac M1

Le summum de l'absurde concerne la prise jack. Faute d'épaisseur suffisante là aussi, elle a été déplacée sur la tranche de l'iMac. L'idée est loin d'être bête : cela permet de s'affranchir de la contrainte de profondeur et d'offrir un accès plus aisé à l'utilisateur. On aurait pu retrouver le même concept avec un lecteur de cartes SD, dont l'absence est d'ailleurs franchement regrettable sur une machine de cet acabit. Pour la prise jack, c'est cependant partir du principe que cette prise n'aura qu'un usage ponctuel, par exemple pour y brancher des écouteurs.


Prise jack iMac M1

Il est impossible d'aborder le sujet de la prise jack sans mentionner les haut-parleurs de l'iMac. N'y allons pas par quatre chemins : ils sont mauvais. Notre déception est à la hauteur de l'annonce d'Apple, qui promet le meilleur système sonore jamais intégré dans un Mac. C'est peut-être le cas, mais cela reste un système extrêmement fin qui ne peut pas lutter contre la moindre enceinte externe digne de ce nom : les basses sont peu présentes, les aigus assez criards et l'ensemble manque globalement de corps.

Beaucoup d'utilisateurs seront donc tentés de brancher une paire d'enceintes externes de manière permanente, d'autant plus si le bel écran de l'iMac est utilisé pour regarder des vidéos. Là, l'emplacement de la prise jack deviendra visuellement dérangeant. Il y aura toujours l'astuce d'opter pour un câble audio coudé, mais la prise restera quoi qu'il en soit visible en bas à gauche de l'écran.


iMac M1 jack enceintes externes

Clavier, souris, trackpad


Les périphériques de l'iMac M1 n'ont visuellement pas beaucoup évolué. Le clavier et la souris (ainsi que le trackpad en option) d'Apple sont désormais déclinés dans des coloris équivalents à ceux de l'iMac. En dehors de cette considération esthétique, la Magic Mouse et le Magic Trackpad sont identiques aux précédents modèles. Le Magic Keyboard évolue en revanche plus nettement. Il arbore des coins plus arrondis, et accueille surtout le capteur d'empreintes digitales de Touch ID sur la touche en haut à droite du clavier.

Touch ID est inclus par défaut sur les modèles haut de gamme, mais pas sur le modèle d'entrée de gamme où il est proposé en option (+50 €). Il faut également rajouter 26 € si l'on veut un clavier étendu, avec pavé numérique.


Magic Keyboard Touch ID iMac M1

On s'attendait plutôt à l'intégration de la reconnaissance faciale de Face ID au niveau de la webcam de l'iMac (cette intégration aurait été repoussée), mais Touch ID a au moins le mérite de parfaitement fonctionner lorsque son utilisateur est contraint de porter un masque. Malgré la connexion Bluetooth, l'authentification biométrique reste d'ailleurs très rapide et le clavier conserve une bonne autonomie.

Autre avantage : ce nouveau clavier est pleinement compatible avec n'importe quel Mac doté d'une puce Apple Silicon, et il permet donc d'apporter Touch ID au Mac mini (il est pour le moment uniquement vendu avec l'iMac mais sa commercialisation séparée semble inévitable à moyen terme) et de conserver Touch ID en cas d'utilisation d'un MacBook Air ou d'un MacBook Pro avec un clavier externe. C'est un surcoût non négligeable, mais cette solution reste intéressante pour apporter une solution d'authentification biométrique à l'iMac et une cohérence à l'ensemble de la gamme.


Webcam et micros


L'iMac M1 intègre une caméra FaceTime HD 1080p et non 720p comme sur les anciens modèles 21,5". Apple promet également un meilleur traitement de l'image grâce au processeur de signal d’image de la puce M1. Et c'est plutôt pas mal ! La webcam du nouvel iMac permet d'obtenir de bien meilleures images que sur les MacBook Air et MacBook Pro M1, avec une qualité qui reste correcte dans les mauvaises situations d'éclairage. C'est une belle évolution pour les utilisateurs d'applications de visioconférence, à laquelle il faut ajouter les nouveaux micros qui sont de très bonne facture (sans être réellement de « qualité studio » comme l'affirme Apple qui a le superlatif facile) et permettent une bonne atténuation des bruits parasites. Seule frustration, on aurait aimé qu'Apple intègre une solution similaire à celle de l'iPad Pro, avec la fonction Cadre centré qui permet le suivi du déplacement des personnes lors des sessions de visioconférence.


Test webcam iMac M1

Bonnes conditions d'éclairage


Test webcam iMac M1

Pièce dans la pénombre, sauf porte ouverte lointaine



Stockage


Mine de rien, c'est la première fois qu'un iMac a été pensé pour fonctionner uniquement avec un SSD. Les précédents modèles étaient déjà fournis en standard avec de la mémoire flash en lieu et place du traditionnel disque dur, mais il restait possible d'intégrer un Fusion Drive en option. En l'absence de SSD de large capacité en option, c'était d'ailleurs la seule solution pour monter à 1 To de stockage, ce qui entraînait des compromis en terme de performance. Désormais, tout cela est du passé : l'iMac M1 fait exclusivement appel à de la mémoire flash, et de la mémoire flash très rapide qui plus est.

Apple a en effet opté pour des modules similaires à ceux déjà utilisés sur les MacBook Air, MacBook Pro et Mac mini déjà équipés de la puce Apple M1. Cela permet de profiter de débits extrêmement élevés, même sur les configurations d'entrée de gamme : les SSD montent jusqu'à près de 2,4 Go/s en écriture et même 2,7 Go/s voire 2,8 Go/s en lecture.


Disk Speedtest SSD iMac M1

Cela fait quelques années que le débit des SSD n'est plus tellement une question sur les ordinateurs portables d'Apple : on sait que l'on peut s'attendre à des performances élevées, quelle que soit la configuration. Sur l'iMac, c'est assez nouveau : si vous comptez vous offrir un iMac M1 et que votre configuration actuelle est un ancien modèle équipé d'un simple disque dur, le bond en avant sera absolument considérable. Moins si vous possédez déjà un Fusion Drive (qui allie un petit SSD à un disque dur capacitaire), mais ce sera tout de même notable. C'est une libération pour la réactivité des applications au quotidien.


Comparatif débits SSD iMac M1

Le seul reproche que nous ayons à formuler au sujet du SSD de l'iMac M1 concerne les options proposées par Apple : seuls les deux modèles haut de gamme permettent de monter à 2 To de stockage, le modèle d'entrée de gamme plafonnant à 1 To. Il est vrai que beaucoup d'utilisateurs ayant besoin d'une large capacité de stockage ont également des besoins plus exigeants, en terme de connectique notamment, mais ce n'est pas forcément universel.


Puce Apple M1 et performances


Au-delà du nouveau design, la puce Apple M1 représente la plus grande avancée technique de cette nouvelle génération d'iMac, qui abandonne les processeurs fabriqués par Intel pour adopter une puce ARM conçue directement par Apple. On retrouve donc la puce Apple M1, le même moteur que sur les MacBook Air, MacBook Pro et Mac mini dévoilés en fin d'année dernière.

La puce Apple M1 étant identique, l'iMac est sans surprise capable de performances parfaitement comparables aux modèles M1 déjà sur le marché, et ces performances sont excellentes. En terme de puissance brute, on peut retenir que la puce M1 fait mieux que tous les processeurs Core d'Intel utilisés jusqu'ici sur les modèles 21,5", et que la puce M1 se compare plus aux Core i5 hexacoeurs utilisés sur les modèles 27". C'est encore en-deçà des modèles les plus musclés, mais c'est très amplement suffisant pour le grand public et même pour de nombreux usages professionnels. Voici par exemple comment la puce Apple M1 se compare sur GeekBench aux autres modèles d'iMac et de Mac mini :


iMac M1 Test GeekBench 5

Il y a deux petites subtilités à connaître toutefois, et elles concernent une nouvelle fois ce fameux modèle d'entrée de gamme. Premièrement, ce modèle n'est équipé que d'un seul ventilateur au lieu de deux sur les modèles haut de gamme. Cela a une influence sur la puissance brute, ou en tout cas sur la capacité de l'ordinateur a maintenir cette puissance brute dans le durée : poussé dans ses retranchements, l'iMac d'entrée de gamme va brider le processeur pour éviter la surchauffe et il faudra alors s'attendre à un retrait des performances de l'ordre de 10%. À usage égal, il pourra également être un peu plus bruyant si l'unique ventilateur doit faire du zèle (il reste globalement très silencieux au quotidien).

Deuxièmement, la partie graphique de ce dernier est équipée de sept coeurs au lieu de huit sur les autres modèles (par procédé de chip binning), et les performances graphiques sont donc en retrait d'environ 10%. C'est moins bien, mais on reste dans un mouchoir de poche : comme vous pouvez le voir sur les tests OpenCL et Metal ci-dessous, la puce M1 se situe quoi qu'il en soit entre les cartes Radeon Pro 555X et Radeon Pro 560X qui étaient utilisées sur les précédents modèles d'iMac 21,5".


Test iMac M1 OpenCL Metal

C'est une petite prouesse pour le processeur graphique intégré d'Apple que de venir se mesurer à des cartes graphiques dédiées, mais cela reste des modèles d'entrée de gamme : on est loin des scores des cartes graphiques utilisées sur les iMac 27". La puce reste cependant très bien optimisée pour certains usages : vous pouvez parfaitement compter dessus pour du montage vidéo en 4K sur Final Cut Pro avec des effets en temps réel, et il est même possible de manipuler des fichiers 8K. Le jeu n'est pas exclu, mais pas les tous derniers titres avec des graphismes réglés au maximum.

Un petit mot, enfin, sur la mémoire vive : l'iMac est livré par défaut avec 8 Go de RAM, quel que soit le modèle. C'est peu, mais la mémoire unifiée de la puce Apple M1 est d'une réactivité phénoménale et macOS la gère de manière remarquable, notamment par le biais des fichiers d'échange qui profitent du SSD très rapide. Les performances avec 8 Go de RAM sur l'iMac M1 sont ainsi supérieures à celles d'un Mac Intel embarquant une quantité de RAM identique. Il faut toutefois approcher le sujet avec prudence et surtout prévoyance : si vous avez un usage soutenu de votre iMac, il peut être intéressant d'opter pour 16 Go de RAM afin que celui-ci vous accompagne confortablement pendant plusieurs années. Le tarif de 230 € est en revanche prohibitif, et on ne peut que le regretter. Notez qu'il n'y a pas d'option pour monter à 32 Go ; c'est une limitation de la puce Apple M1.


Conclusion


Cet iMac M1 est une démonstration de force technique. C'est une réalisation parfaitement fidèle à la philosophie d'Apple, brillante sur certains aspects et frustrante sur d'autres, avec son lot de choix tranchés ne pouvant faire l'unanimité mais rendant l'ensemble immédiatement iconique. Comme souvent depuis l'arrivée de l'USB-C, c'est principalement la connectique qui coince avec cette nouvelle génération d'iMac. Est-ce rédhibitoire ? Tout dépendra des usages. Reste à voir ce qu'Apple va nous concocter pour le successeur de l'iMac 27" : les utilisateurs les plus exigeants pardonneront plus difficilement certains excès.


Test iMac M1

D'un point de vue pratique, Apple a plutôt bien dosé sa gamme : l'iMac M1 d'entrée de gamme peut parfaitement suffire pour de nombreux usages, mais avec plusieurs éléments en moins (processeur bridé, connectique inférieure, absence de Touch ID) qui vont pousser les utilisateurs plus exigeants à opter pour le modèle supérieur. La segmentation est finement jouée mais le tarif peut vite s'envoler, avec 220 € d'écart entre les deux premiers modèles et un stockage de 256 Go en standard qui sera trop étriqué pour beaucoup de monde (l'option pour passer à 512 Go est à 230 €). En résumé, le modèle standard haut de gamme à 1 899 € pourra vite représenter un minimum pour de nombreux utilisateurs, et la moindre option de RAM ou de stockage supplémentaire fera exploser la barre des 2 000 €. C'est cher !


Tarifs iMac M1

Comme d'habitude, il suffira d'attendre pour bénéficier de rabais, par exemple avec la remise de 15% qu'il sera sans doute possible d'obtenir dans les prochains mois lorsque l'iMac M1 débarquera en version reconditionnée sur le Refurb Store. Ou chez les revendeurs, qui organisent souvent des offres promotionnelles sur les ordinateurs d'Apple — vous pouvez d'ores et déjà créer des alertes personnalisées sur notre comparateur de prix ou suivre régulièrement nos bons plans. Si vous êtes étudiant ou enseignant, notez que l'iMac est bien éligible aux remises de l'Apple Store éducation.

Vous pouvez retrouver l'iMac M1 sur l'Apple Store en ligne et chez les principaux revendeurs comme Amazon, Boulanger, Darty et Fnac. En cas d'interrogation ou de doute, n'oubliez pas que vous pouvez exposer votre situation et obtenir un conseil personnalisé sur nos forums.

iMac sur l'Apple Store
Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez l'iMac sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (20)

pim

16 juin 2021 à 18:18

Super, merci pour le test Sylvain !

C'est étrange, mais les HP se font rhabiller pour l'hiver, alors que tous les testeurs semblaient assez dithyrambiques jusqu'à présent. D'où mon interrogation : est-ce que les autres testeurs n'ont pris la métaphore de l'iPad posé sur un support au pied de la lettre, et n'ont pas comparé le rendu sonore avec celui d'un iPad ? Certes ce dernier est excellent, vu la taille, mais tout de même limité.

Orion

16 juin 2021 à 18:30

T'as mesuré pour voir si l'écran est penché ?

Sethenès

16 juin 2021 à 19:04

Indubitablement, la performance mono-coeur du CPU est au rendez-vous.

Par contre, je trouve quand même que les perfs graphiques sont faibles. D'accord, c'est 3x mieux que l'UHD 630 d'Intel mais cette puce était faiblarde (et c'est quand même Apple qui a choisi de ne pas la seconder par une meilleure). A titre d'info, la successeur de l'UHD 630 est en concurrence avec la 560x tout comme la puce M1.

Si je vois bien dans l'historique de l'iMac 21", la puce 560X est disponible en option depuis juin 2017. Présenter sans alternative, 4 ans plus tard, une puce aux performances comparables est quand même un signe.

Je l'interprète (peut-être à tort) comme un signe d'un futur calqué sur le modèle iPhone / iPad avec une puce (et demi) par an avec comme pour les iPhones / iPad, une segmentation basée uniquement sur la génération de la puce (ce sont les anciens iPhone/iPad qui sont refourgués en entrée de gamme les années suivantes).

d@n

16 juin 2021 à 21:10

Je ne retiendrais qu’une seule chose : « ils sont mauvais »
Je me suis pouffé de rires

pim

16 juin 2021 à 22:06

Ça semblait un peu étonnant aussi, qu'avec quatre hauts parleurs minuscules et ultra minces, ils soient arrivés à faire aussi bien ou mieux que de véritables enceintes que personne dans l'industrie n'est jamais arrivé à réduire la taille, quelque soit la technique ou le prix.

Je pense donc que face à un iPhone ou un iPad, le son doit être meilleur ; face à des enceintes de monitoring, le son doit être hyper mauvais. C'est la logique même.

Unreal

16 juin 2021 à 23:32

Merci pour ce test Sylvain, toujours du beau travail qualitatif

C'est drôle quand tu parles du "Côté coloris, c'est très intense et plutôt sensible à la lumière : ce n'est absolument pas discret", car j'entendais au contraire chez un youtubeur ( où ça parle de mug ) qu'au contraire ces bandes blanches permettaient de "dissoudre" et rendaient l'écran plus discret dans une pièce.

Comme quoi, les goûts et les couleurs

fabien77880

17 juin 2021 à 07:44

Initialement, l’iMac représentait le meilleur rapport qualité prix mais sur cette version, Apple se gave. On retrouve les performances d’un MacBook Air, quasiment les mêmes connectiques et ce qui change c’est l’écran 4,5K mais non transportable et sans batterie. Et c’est là que ça s’équilibre et pour moi l’iMac M1 devrait être à 1200€ Pour l’entrée de gamme et 1400€ pour le milieu de gamme. Sauf pour l’intérêt de l’esthétique (discutable selon les avis) un Mac mini avec un écran externe qu’on pourra faire évoluer au fil des années (vu la durabilité des mac M1 qui promettent être monstrueuses) est pour moi plus judicieux. Le Mac mini avec l’écran LG by Apple nous amène au total, 2TB3 et 2USBC sur écran et 2TB4, HDMI, ethernet et 2USBC sur Mac mini. Après, tout dépendra des besoins et de l’esthétique. Mr tout le monde aura plus intérêt a prendre un écran externe 4K à 300-400€ (Non P3 et pas à 500 nits certes) et un Mac mini à 600-700€. Et le tout bien plus durable qui plus est

JCHO

17 juin 2021 à 08:11

Très déçu finalement par les perfs graphiques de cette puce M1 qui est à comparer aux entrées de gamme des cartes graphiques actuelles. C'est peut-être suffisant sur un MBA, vu la cible, mais j'ai du mal à croire qu'on puisse monter aisément de la vidéo 4K ou du 3D avec cette puce M1. J'ai encore plus de mal à croire qu'on puisse monter du 8K, mais bon ... . Quant à la connectique, ça devient vraiment agaçant cette obsession de la simplification/design au détriment de l'ergonomie. Supprimer le lecteur de carte SD et mettre la prise Jack 3.5, dont on peut s'étonner de la persistance de la présence au regard de la politique de simplification Apple, est une aberration. ça me fait penser à mon MBP 2018 auquel je sui obligé de greffer un dock multiprises pour travailler ! Bref, en dehors de tout aspect esthétique subjectif, cet Imac ne me fait pas rêver une seule seconde, à moins que cette politique soit bien calculée, à savoir créer de la frustration et ajouter chaque année un petit plus afin de leur faire acheter le nouveau modèle ... ça me rappelle d'autres produits de chez Apple

Sylvain

17 juin 2021 à 09:20

@pim : vraiment j'ai pas compris cet engouement. Forcément quand tu t'attends à une excellente surprise, tu tombes d'encore plus haut. J'ai même vérifié si j'avais pas laissé un bout de film plastique sur la grille... Mais c'est logique, on parle d'un truc d'un centimètre de profondeur. Est-ce que c'est un bon haut-parleur d'un centimètre de profondeur ? Oui. Est-ce que c'est un bon haut-parleur ? Non.

@Orion : non, ça ne m'a pas choqué en tout cas mais je suis un mauvais exemple, ma table est complètement destroy de toutes façons.

@Unreal : alors on ne parle pas de la même chose, quand je dis que ce n'est pas discret je parle du coloris du dos, pas de l'avant.

The Hoff

17 juin 2021 à 10:21

En effet, il est probable que la conception du dos et celle de face aient obéi à des logiques différentes. Plutôt discret à l’avant, et très voyant à l’arrière. Ce qui donne un style assez bling bling, mais malgré cela, je trouve cet objet très réussi en dépit de ces aberrations fonctionnelles

pehache

17 juin 2021 à 10:56

Sur un iMac 2011 je trouve que le son est plutôt bon pour des HP intégrés. Mais il est vrai que l'iMac 2011 est beaucoup épais que cet iMac 2021, ceci expliquant cela ! Là aussi leur obsession pour une finesse inutile sur un ordi fixe conduit à une régression.

iTibo

17 juin 2021 à 11:27

Pourtant sur les MacBook Pro et iPad on a une qualité de haut parleur qui, relativement à la finesse des machines, est vraiment pas mal je trouve. En tout cas dans mon expérience c'est systématiquement bien meilleur que les HP des PC portables que j'ai eu dans le cadre du travail (dans la même gamme que les MacBook Pro).
Mais je suis d'accord que avec le jack + les mauvaise HP on touche les limites du raisonnable en terme de design vs. fonctionnalité. Surtout comme le signale pehache que c'est une régression par rapport aux modèles vieux de 9 ans.

LoTsey

17 juin 2021 à 11:28

J’ai également peur pour les performances graphiques… À voir si ils vont faire clairement mieux sur le mbp16…

VanZoo

17 juin 2021 à 13:32

Je pense que ce produit est « parfaitement » réussi pour le public visé

Sethenès

17 juin 2021 à 16:46

Par contre, ayant eu un iMac 21" pendant près de 10 ans devant les yeux, ce qui m'a d'emblée surpris sur la première image de la news, c'est la relativement petite largeur du pied en comparaison du modèle précédent.

Aussi, je me demande si les problèmes d'horizontalité rencontrés chez quelques possesseurs ne sont pas liés à ce nouveau choix, et surtout, évidemment, si ce problème ne pourrait pas s'amplifier avec le temps, ou pire, apparaître sur des iMacs apparemment épargnés !

Sethenès

17 juin 2021 à 16:56

Je viens d'aller jeter un oeil sur iFixit.

Voici le bridage à l'intérieur d'un iMac Pro : https://guide-images.cdn.ifixit.com/igi/kGOIKNaZYGJHTVC4.huge

En comparaison, le bridage du nouvel iMac 24' : https://guide-images.cdn.ifixit.com/igi/LNNTO4uP41BRUbBQ.huge et ici la vue arrière du pied : https://guide-images.cdn.ifixit.com/igi/wr2cfMweaZESV22f.huge

Que chacun se fasse son opinion, mais en tout cas, je n'exclus pas un lien directe (au fond, c'est encore une conséquence de la finesse de l'écran) et surtout d'une possible évolution négative future.

matt

17 juin 2021 à 19:12

@vanzoo, en effet, et je ne pense pas être le publique. Mais malheureusementApple fait un choix :
L’ancien iMac touchait un publique bien plus large que le nouvel iMac ! Certain Pro pouvait s’offrir l’ancien iMac !
Et en plus le prix a augmenté…
Maintenant si t’es un pro, va falloir dépenser plus que précédemment …

bulusglo

17 juin 2021 à 21:11

J’espere que le SSD fonctionne bien ?
Il y a eu quelques problèmes si ma mémoire est bonne : https://youtu.be/e8aCgnb_RQs

Sylvain

17 juin 2021 à 21:17

@bulusglo : Oui, il fonctionne bien. Et tu le sais très bien puisque c'est la quatrième fois que tu places ce lien et que tu obtiens la même réponse : Puce M1 : le bug des SSD trop sollicités résolu

Sethenès

18 juin 2021 à 02:08

J'ai repensé à ce problème dans la soirée et j'ai bien réétudié les images d'iFixit.

Cet alignement des points de bridages ne me parait pas une idée des plus heureuses, surtout si le métal à l'arrière n'est pas suffisamment costaud.

Et la présence de la plaque de renfort (qui n'existait pas sur l'iMac Pro) me conforte de plus en plus dans cette idée.

Image

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription