Steve Jobs voulait un iPhone sans carte SIM dès le départ


Dans le cadre de la promotion de son livre Build, Tony Fadell a donné une nouvelle interview à Joanna Stern pour le Computer History Museum. Le "papa de l'iPod" comme on le surnomme souvent a aussi travaillé sur le premier iPhone, et il a dû se confronter aux idées de Steve Jobs. Dans son interview (à partir de 29:01), Tony Fadell explique la différence entre les décisions prises selon des opinions profondes (c'est souvent le cas pour un tout nouveau produit), et les décisions prise en fonction de données tangibles (notamment pour adapter les évolutions suivantes aux désirs des utilisateurs). Pour une V1, il faut se jeter à l'eau d'une manière ou d'une autre : « si ça doit être révolutionnaire, alors c'est basé sur une opinion. »

Tony Fadell explique que Steve Jobs fonctionnait beaucoup en fonction de ses opinions, souvent très tranchées, parfois révolutionnaires et parfois totalement à côté de la plaque. « Si on ne croyait pas à certains trucs, on ne pouvait pas se confronter à lui avec d'autres opinions, on devait revenir et lui montrer de vraies données qui prouvaient que son opinion ne tenait pas. » Il raconte une intéressante anecdote au sujet du tout premier iPhone : dès le départ, Steve Jobs ne voulait pas que l'iPhone embarque un tiroir à carte SIM : « Nous n'avons pas besoin d'un trou de plus là-dedans, regardez chez Verizon avec la technologie CDMA, ils n'ont pas de carte SIM, pourquoi aurions-nous besoin de carte SIM ? Nous n'aurons pas de carte SIM sur notre téléphone. » Tony Fadell et son équipe ont dû rassembler les données relatives aux technologies utilisées par les opérateurs partout dans le monde pour prouver au grand chef qu'il avait tort, ce qu'il admettait alors volontiers.


iPhone 2007 carte SIM

Photo par iFixit



Tort... mais pas forcément parce que son idée était mauvaise : elle était simplement en décalage par rapport aux technologies de l'époque. Fidèle à sa vision, Steve Jobs s'est par la suite battu pour réduire la taille de la carte SIM, d'abord avec l'adoption du format micro SIM sur l'iPhone 4, puis avec la nano SIM sur l'iPhone 5 et les modèles ultérieurs. Il a fallu attendre l'iPhone XS en 2018 pour que l'iPhone intègre une eSIM, mais cette carte SIM virtuelle cohabite toujours avec la carte SIM car beaucoup d'opérateurs ne souhaitent pas s'en débarrasser. « Je pense que pour l'iPhone 20 il n'y aura plus que l'eSIM », sourit Tony Fadell.
Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Partager

Retrouvez l'iPhone sur notre comparateur de prix.

Sur le même sujet

Vos réactions (2)

LolYangccool

13 mai 2022 à 17:20

Intéressant.

VanZoo

14 mai 2022 à 14:13

Reconnaitre qu'on a eu tord est une qualité quand d'autres s'entêtent.
Pi bon, c'est Steve Jobs qui a fait venir Tony Fadell chez Apple.
Comme la dernière émission d'ORLM l'a bien expliqué, Steve était la passerelle entre les ingénieurs et les designers (Product owner)

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription