DMA : Apple détaille la petite révolution d'iOS dans l'Union européenne


La législation sur les marchés numériques, souvent surnommée DMA pour Digital Markets Act, entrera en vigueur le 6 mars 2024 au sein de l'Union européenne. Apple a ce soir lancé la première version bêta d'iOS 17.4 qui comprend les changements à venir, détaillés dans un communiqué de presse. Apple annonce que ce sont pas moins de 600 nouvelles APIs qui sont mises en place pour respecter la DMA à la lettre, ainsi que de nouvelles options pour le paiement et la distribution d'applications sur iOS.

Apple fait clairement comprendre qu'elle considère que cette nouvelle législation est une mauvaise chose, et c'est pourquoi les changements apportés seront uniquement valables au sein de l'Union européenne. « Les changements que nous annonçons aujourd'hui respectent les contraintes de la DMA au sein de l'Union européenne, tout en aidant à protéger les utilisateurs de l'inévitable hausse des risques de sécurité et de confidentialité que cette régulation engendre », a déclaré Phil Schiller qui est en charge de l'App Store.

Il ajoute que « les développeurs peuvent aujourd'hui prendre connaissance des nouveaux outils et conditions disponibles pour la distribution alternative d'applications et les systèmes de paiements alternatifs, les nouvelles possibilités pour les moteurs de navigateurs alternatifs, les paiements sans contact alternatifs, et plus. Et surtout, les développeurs peuvent choisir de conserver les mêmes conditions de travail qu'aujourd'hui si c'est ce qu'ils préfèrent. »


iOS Safari App Store

Apple annonce quatre changements majeurs pour les développeurs sur iOS. Premièrement, il y a de nouvelles options pour distribuer les applications iOS depuis des boutiques d'applications tierces, incluant de nouvelles APIs et des outils qui permettent aux développeurs de proposer leurs applications iOS depuis des places de marché alternatives. Deuxièmement, Apple met en place un nouveau framework et des APIs pour créer des boutiques alternatives, permettant notamment aux développeurs d'installer des applications et de gérer les mises à jour pour le compte d'autres développeurs. Troisièmement, de nouveaux frameworks et APIs permettent la mise en place de moteurs alternatifs pour les navigateurs (ils doivent aujourd'hui utiliser le moteur WebKit de Safari). Quatrièmement, un formulaire est mis en place pour que les développeurs puissent soumettre des requêtes supplémentaires pour l'interopérabilité entre les fonctionnalités matérielles et logicielles de l'iPhone et d'iOS.

iOS 17.4 met également en place les changements requis par la DMA concernant les paiements sans contact. Cela inclut de nouvelles APIs pour permettre aux développeurs d'utiliser la technologie NFC au sein de leurs applications bancaires ou de portefeuilles dans l'Espace économique européen. Au sein de l'Union, Apple permet également de sélectionner une application de paiement alternative (et une boutique d'apps alternative) par défaut.

Pour limiter les risques de sécurité, Apple annonce quatre mesures. La plus importante concerne la notarisation des applications iOS, à la fois automatique et manuelle sur certains points, pour vérifier que les applications ne posent pas de problème de sécurité avant d'être distribuées sur une boutique alternative à l'App Store. Des tableaux récapitulatifs obligatoires vont également informer l'utilisateur sur les diverses fonctionnalités des applications distribuées via des canaux alternatifs. Pour les développeurs de boutiques alternatives, il faudra montrer patte blanche et signer des engagements pour obtenir l'autorisation de distribution. iOS intègre également de nouvelles barrières pour bloquer le lancement d'applications qui contiendraient des malwares.

Concernant Safari, un nouveau panneau s'ouvrira au premier lancement du navigateur afin de proposer une liste de navigateurs alternatifs qui peuvent être sélectionnés pour devenir le nouveau navigateur par défaut.


Infographie DMA Apple

Pour accompagner ces nouveautés, Apple annonce une importante évolution des conditions financières associées à la distribution d'apps sur l'App Store au sein de l'Union européenne. Pour les développeurs qui choisissent de rester sur l'App Store avec ces nouvelles conditions, la commission sur les transactions sera réduite de 30% à 17%, ou de 15% à 10% pour les souscriptions après un an ou pour les développeurs ayant un petit CA. En revanche, il y aura des frais additionnels de 3% pour l'utilisation du système de paiement de l'App Store et un frais fixe annuel de 0,50 € pour toute première installation d'application par an au-delà d'un million de copies. Cette "Core Technology Fee" s'applique même aux applications gratuites, ce qui est assez incompréhensible.

Les développeurs peuvent en tout cas choisir de conserver les anciennes conditions ne permettant pas de passer par des boutiques et des systèmes de paiement tiers mais permettant d'éviter la taxe de 50 centimes. Apple estime toutefois que 99% des développeurs choisissant les nouvelles conditions feront des économies sur les commissions versées à Apple, et que moins d'un pour-cent des développeurs seront soumis à la "Core Technology Fee". On notera qu'Apple n'a pas tenté de forcer la main de l'UE sur le sujet le plus sensible : contrairement à ce que craignaient les rumeurs, il n'y a pas de commission sur les App Stores tiers et les systèmes de paiement tiers. Apple a également mis en place un simulateur pour que les développeurs puissent estimer leurs frais selon les anciennes ou les nouvelles conditions.

Maintenant qu'iOS 17.4 est entré en version bêta, les développeurs vont avoir quelques semaines pour découvrir et implémenter ces différents changements. La version finale d'iOS 17.4 devrait sans surprise arriver au tout début du mois de mars, juste avant l'entrée en vigueur de la DMA. Pour ce qui est de l'adoption du standard RCS sur l'application Messages, qu'Apple a promis pour 2024, il faudra sans doute attendre l'arrivée d'iOS 18 en septembre prochain après une annonce à la WWDC en juin.
Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours. Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Partager

Retrouvez l'iPhone sur notre comparateur de prix.

Sur le même sujet

Vos réactions (16)

pim

25 janvier 2024 à 20:12

C'est une révolution, il va y avoir une sacrée fuite des apps & des développeurs.

VanZoo

25 janvier 2024 à 21:45

Il y a beaucoup trooop d’applications sur le store. Je ne pense pas que ce sera une révolution. Sur Android, suis convaincu que l’immense majorité ne va que sur le Playstore.
Les géants vont peut-être finir par faire ce que fait Microsoft dans le jeu vidéo, racheter les éditeurs les plus intéressants.
Avec les futurs API sur l’IA, ça va bousculer bien plus les stores.

DKSnake

25 janvier 2024 à 22:06

Je pense également que c'est une révolution. C'est une bonne chose pour l'utilisateur.

VanZoo

25 janvier 2024 à 22:13

Plus historique que révolutionnaire

Sethenès

25 janvier 2024 à 22:21

1% des devs, cela ne veut rien dire en soi, l'élément clé est de connaitre le poids en terme de C.A. de ce "1%".

J'avoue que je ne comprends pas très bien le nouveau mécanisme, mais 17% de commission, même augmenté de 3% de frais de paiement, c'est quand même mieux que 30%.

Par contre l'histoire d'un prélèvement "annuel" de 0,50 euros me parait étrange. Si l'appli ne subit pas de nouvelle version payante, faudra-t-il rémunérer Apple pour qu'elle reste disponible ?

@VanZoo : n'oublie pas que dans le DCA/DMA, les "bigs" (dont Apple) devront informer l'UE de toute nouvelle acquisition de société.

pim

25 janvier 2024 à 22:27

Y’a beaucoup trop d’applications totalement foireuses, surtout. L’App Store est devenu assez infréquentable

Piroquem

25 janvier 2024 à 22:40

@set
En baissant les commissions, Apple fait sans doute le pari d’étouffer toute tentative de créer des stores alternatifs économiquements viables. Disons qu’on store alternatif divise la commission par deux, je ne suis pas sur que le client final sorte de l’AppStore pour 5% de remise…

Kirou

26 janvier 2024 à 07:11

Ce que je vois arriver se sont surtout un vrai Firefox avec ses add-on, un vrai Chrome, des émulateurs… pourquoi pas un Fdroid pour l’iPhone ! On peut toujours rêver ^^

pehache

26 janvier 2024 à 08:29

Miracle, la commission qui passe de 30% à 20% (17+3) par la seule grâce de la mise possible en concurrence ! Ca donne une idée à quel point Apple se gavait jusque là.

Gaius

26 janvier 2024 à 09:25

Je pense fondalementalement que c'est une bonne chose, cela ouvre des possibilités et casse une position de monopole de la part d'Apple. La preuve en est qu'avec sa simple annonce, Apple propose de réduire les commissions, c'est dire.

On parle beaucoup des développeur, mais qu'en est il des utilisateurs ? Jusque là, la fermeture de l'OS et du store me permettait de ne pas trop réfléchir à ce que j'installais ou non. Je n'ai pas envie de devoir réfléchir à ça à l'avenir. Est-ce qu'un utilisateur comme moi peut continuer serainement sa navigation et l'installation d'App depuis l'AppStore sans a chaque fois se demander : "est ce que je suis pas en train d'installer un truc alternatif qui va ouvrir des breches ?"

Woodcutter

26 janvier 2024 à 11:34

Quelle usine à gaz. Moi ça me fait plus peur qu’autre chose…

clive-guilde

27 janvier 2024 à 13:49

@Kirou mais tellement d'accord. Quand je vois les commentaires sur macg Florent Morin en tête a asséner des commandements de façon totalement péromptoire alors que rien n'oblige l'utilisateur a quitter le store je ne comprendrai jamais cette façon de refuser un changement et ce d'autant plus quand c'est bénéfique pour l'utilisateur.
Après comme sur Android la majorité des utilisateurs vont rester sur le store mais cela va permettre aux utilisateurs avancées d'être moins dans une prison à l'instar de macOS.

LolYangccool

27 janvier 2024 à 15:08

Je ne suis que moyennement satisfait.
C'est un vrai parcours du combattant pour ouvrir une boutique tierce.
Il n'y a pas d'installation possible des apps en dehors des boutiques (via un site web par exemple)
C'est limité à l'iPhone et pas à l'iPad alors que le système est quasiment identique, c'est la même base en tous cas.
Au final, la commission européenne aurait du fermer sa bouche : Apple ne voulait pas le faire donc ils l'ont fait à reculons : C'est mal fait.

LolYangccool

28 janvier 2024 à 19:13

Spotify et Mozilla ont publiquement râlé sur le fait qu'Apple ne jouait pas le jeu imposé par la commission européenne et qu'elle se comporte comme un enfant.
Moi je dis que l'union européenne va pas tarder à resserrer encore un peu plus les boulons.

pehache

29 janvier 2024 à 01:06

@Clive-Guilde Non mais Florent Morin c'est le Gardien du Temple Apple de façon générale

jc7net

29 janvier 2024 à 06:40

Bonjour, je serai obligé d’avoir les nouveaux mises à jours? Je crains pour le sécurité.
Et pour l’opinion dans tous ça, je ne suis pas d’accord avec l'Union européenne qui agit comme un dictateur. Si je crée un produit ces sont mes règles tant qu’il ne constitue un danger pour la santé d’autrui.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription