Apple Vision Pro : des retours très mitigés


Cette fois, c'est l'heure du grand bain pour l'Apple Vision Pro qui sortira officiellement ce vendredi 2 février aux États-Unis. En amont du lancement, Apple a comme d'habitude envoyé des exemplaires de démonstration à des youtubeurs et journalistes américains. La vidéo publiée par The Verge est particulièrement intéressante car elle offre, en plus de sa réalisation soignée, un point de vue à la fois complet et nuancé sur les différents aspects du casque et de l'expérience de l'informatique spatiale avec visionOS.

Nilay Patel résume son test en une phrase : « c'est de la magie jusqu'à ce que ça n'en soit plus. » En substance, c'est très impressionnant mais bourré de concessions et encore loin de la perfection que l'on attend de ce type de produit, qui plus est à un tel tarif. C'est une V1, un produit qui s'améliorera mais qui ne pourra pas outrepasser certaines limitations physiques.




Avant même d'aborder l'expérience à l'intérieur du casque, The Verge s'étonne de la mauvaise qualité de la fonctionnalité EyeSight, qui retranscrit les yeux de l'utilisateur sur l'écran OLED externe. Non seulement la résolution est faible (on distingue les pixels de loin), mais la luminosité l'est aussi (en plein jour, on ne voit pas grand chose) et le rendu est globalement flou. « L'idée que vous allez entrer en contact visuel avec les gens est fantasmatique. » À noter également que visionOS n'indique pas lorsque les yeux sont retranscrits à l'extérieur : « Imaginez que vous regardez quelqu'un droit dans les yeux, vous lui parlez et vous ne savez pas s'il peut voir vos yeux : c'est bizarre ! »


EyeSight

EyeSight



Concernant le poids de l'appareil, on le savait déjà : oui, c'est lourd, jusqu'à 650 grammes. On ressent ainsi rapidement une certaine fatigue, voire une douleur en cas d'utilisation prolongée. La Dual Loop Band, qui ajoute un bandeau supplémentaire au-dessus de la tête, permet de réduire cette sensation mais sans miracle.

La batterie externe rajoute 353 grammes et ne permet une autonomie que de deux heures et trente minutes. Il est bien sûr possible de garder le casque branché au secteur lors d'une utilisation sédentaire prolongée, ou de disposer d'une seconde batterie pour continuer à utiliser le casque pendant que la première est en train de charger. Pas question en revanche de débrancher une batterie pour en brancher une autre dans la foulée : l'Apple Vision Pro s'éteint instantanément. Cela passe donc forcément par une extinction et un redémarrage.

Le son provenant des haut-parleurs intégrés « est bon, puissant et l'audio spatial est plutôt convaincant. » L'audio directionnel a en revanche ses limites : un éventuel voisin entendra tout ce qui se passe et il vaut donc mieux privilégier des écouteurs comme les AirPods pour une utilisation en public.


Haut-parleur Apple Vision Pro

Un haut-parleur



À l'intérieur, les écrans n'offrent pas l'immersion à laquelle certains pourraient s'attendre : le champ de vue est limité et on peut voir du noir tout autour de l'image, un peu comme lorsqu'on utilise des jumelles. Apple n'a pas donné de chiffres sur la question mais The Verge évoque un champ inférieur à 110°, le tout avec un phénomène de vignettage assombrissant la périphérie de l'image et de légères distorsions de couleurs sur les bords. Il peut également y avoir des effets indésirables en cas de zones fortement lumineuses, qui viennent créer des aberrations optiques en franchissant les lentilles.


Champ de vue Apple Vision Pro

Vue simulée — les captures d'écran sont sinon parfaitement rectangulaires



En eux-mêmes, les écrans Micro OLED sont jugés très impressionnants, avec une excellente finesse d'affichage et de belles couleurs sans pour autant saturer.  «Ils sont tellement petits mais fonctionnent tellement bien qu'ils donnent l'impression d'être gigantesques. » La latence pour retranscrire la vidéo du monde extérieur, qui serait de seulement 12 millisecondes selon Apple, est également qualifiée de convaincante, de loin la meilleure du marché. Nilay Patel raconte ainsi qu'il est parfaitement possible de scroller sur son iPhone à travers les écrans du Vision Pro sans ressentir un quelconque décalage.

Reste ce qui est peut-être le plus gros problème de l'Apple Vision Pro, et donc le plus gros challenge d'Apple pour les prochaines années : la promesse du casque est de reproduire le monde réel. Or, il n'est pas possible — en tout cas avec les technologies actuelles — d'atteindre le niveau des yeux humains, notamment dans la simulation du mouvement et dans la sensibilité en faible luminosité. On peut ainsi voir du flou lorsque l'on bouge un peu vite, et une qualité d'image qui régresse lorsque la lumière du jour diminue avec du bruit numérique qui apparaît alors. Le nombre d'images par seconde étant limité, filmer un écran LCD ou une source d'éclairage non continue peut également causer des interférences.


Lentille Apple Vision Pro

La navigation au sein de l'interface du casque est d'une simplicité déconcertante : il suffit de viser avec les yeux puis de cliquer en pinçant des doigts. Le système serait d'une grande précision et les caméras du casque offriraient une grande liberté dans le positionnement de la main. Côté critiques, les éléments d'interface de visionOS seraient parfois un peu trop proches les uns des autres, et le positionnement de la main a ses limites : impossible de laisser tomber sa main derrière l'accoudoir du canapé, sous la table ou derrière sa jambe lorsque l'on est debout.

Sans remettre en cause le bon fonctionnement du suivi oculaire, Nilay Patel a eu particulièrement du mal à s'adapter à l'idée même d'avoir à viser quelque chose des yeux pour pouvoir le sélectionner. Pour lui, ce serait quelque chose de complètement contre-intuitif dans le monde informatique où les contrôles sont habituellement dissociés des yeux. Un exemple parlant : lorsque l'on fait glisser un curseur dans l'édition d'une photo, que cela soit sur Mac avec la souris ou sur l'iPhone avec son doigt, on regarde les changements qui apparaissent en temps réel sur la photo. Pas le curseur !

À ce titre, The Verge estime que le clavier virtuel de visionOS est pratiquement inutilisable, en tout cas « pas plus que pour rentrer le code du Wi-Fi. » Au-delà, il faut se munir d'un bon vieux clavier externe.


Pincement doigts Apple Vision Pro

Côté caméras, l'Apple Vision Pro prend des photos à 6,5 mégapixels : « je ne recommande pas la prise de photos avec le Vision Pro à moins que vous n'ayez vraiment pas le choix. » La vidéo s'en sort mieux, mais avec beaucoup de compression et des effets de distorsion. « Sans oublier que vous avez l'air fondamentalement ridicule à essayer de prendre des photos de votre famille avec ce truc sur votre visage. » La bonne nouvelle, c'est que les vidéos spatiales prises avec l'iPhone 15 Pro « sont très convaincantes » malgré l'absence de 4K.

Pour la visioconférence sur l'Apple Vision Pro, Apple a créé les Personas qui sont des avatars reprenant en temps réel les expressions de l'utilisateur à l'intérieur du casque. C'était un défi incroyablement complexe à relever. Sentant les critiques arriver, Apple avait prévenu que les Personas seraient en bêta dans un premier temps. Heureusement que l'on a cette précision : « c'est profondément bizarre extrêmement troublant. » La fameuse vallée de l'étrange...


Apple Vision Pro Personas

Coucou, Marques Brownlee



L'aspect logiciel du casque ressemblerait beaucoup à ce qu'on connaît sur l'iPad, avec quelques absences notables concernant les applications disponibles (on pense à toi, Netflix). Le positionnement des applications en 3D entièrement personnalisable, incluant la retranscription de l'écran du Mac, peut aboutir à un certain chaos créatif : « j'adore, c'est complètement dingue. » L'écran du Mac est en revanche limité à une définition de 2 560 x 1 440 pixels, ce qui est un peu (beaucoup) léger. À noter, concernant le Mac, qu'il n'est possible d'afficher qu'un seul écran à la fois.

Regarder un film sur l'Apple Vision Pro serait évidemment très immersif et aussi très qualitatif, avec de multiples options de fonds et d'environnements. La qualité d'image serait exceptionnelle, au niveau voir au-dessus d'un téléviseur très haut de gamme. « Mais après un moment, le poids vous rappelle que ce téléviseur se trouve sur votre visage (il me faut généralement 30 minutes avant d'avoir envie d'une pause). » Le tout en étant seul à pouvoir voir l'image.


Apple Vision Pro et batterie

En conclusion, « l'Apple Vision Pro est un produit incroyable » avec plein d'idées novatrices et une exécution qui va loin dans l'attention aux détails. « Mais ce qui est frappant, c'est qu'Apple a révélé par mégarde que certaines de ses idées fondamentales sont des impasses - qu'elles ne pourront jamais être réalisées suffisamment bien pour que cela se démocratise. [...] Il y a tellement de technologie dans ce truc que ça a l'air magique quand ça marche... et ça vous frustre complètement quand ce n'est pas le cas. »

Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez découvrir d'autres vidéos réalisées par Marques Brownlee, Brian Tong, The Wall Street Journal, CNET, iJustine et Tom's Guide. Rappelons que le casque Apple Vision Pro sera uniquement disponible aux États-Unis dans un premier temps, à un tarif débutant à 3 499 dollars. Apple a annoncé que d'autres pays seraient concernés dans le courant de cette année, mais on n'en sait pas plus pour le moment.
Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours. Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Partager

Sur le même sujet

Vos réactions (14)

Revan

30 janvier 2024 à 19:22

Rien de surprenant. C’est une V1, lourde et pas très ergonomique.

matt

30 janvier 2024 à 19:34

Image
Huh …

Sur la video de TWSJ

fabien77880

30 janvier 2024 à 19:37

Arf c’est quoi cette vue intérieure carrément pas immersif comparée à la pub Apple qui vendait du rêve en mode « évadez vous ».
Super déçu 😞

LolYangccool

30 janvier 2024 à 20:28


Allez, une V2 et on en parlera plus.

VanZoo

30 janvier 2024 à 20:48

Pourquoi Apple t-il sorti le Vision Pro ? J’espère que ce n’est pas le seul ego de Tim Cook à vouloir laisser un héritage qui a poussé à sa sortie prématurée. Ou pour planter quelques graines, apprendre de cette première mouture et favoriser le développement d’app.
Le 1er IPhone n’est pas sans (gros) défauts et la 1ere AppelWatch était une beta voir même une alpha.

HalLeHan

30 janvier 2024 à 21:23

@VanZoo l'héritage de Cook c'est l'Apple Watch IMO

fabien77880

31 janvier 2024 à 07:42

Y à probablement un peu de ça : legacy’s Cook
Quand tu es bani à être l’ombre de Steeve Job (même si tu as placé Apple au top 1ere entreprise du monde), c’est compréhensible et logique de vouloir marquer « l’après iPhone de Steeve Job » et le chemin du casque est peut être le début des futures lunettes légère 👓 .

Shanan_-

31 janvier 2024 à 09:56

Bon, ben déçu. Je me doutais qu’un tel produit aurait d’inévitables défauts de jeunesse (poids, autonomie, prix, manque de contenu adapté) mais par sur l’expérience principale c’est à dire la promesse d’une expérience RA/RV immersive. Vu le prix, je comprends mieux les volumes de production initiaux. À mon avis la reproduction de la réalité par caméra interposée est une impasse, non transposable sur d’éventuelles Apple Glasses. Il faudra une technologie permettant de combiner écran et transparence du verre pour convaincre, et élargir considérablement l’angle de vue.

Michel Bellemare

31 janvier 2024 à 11:00

Question: Ça prend quel succès commercial d'un produit en version Beta, pour permettre à un conseil d'administration de donner le feu vert à d'autres versions améliorées! On parle constamment des défauts du iPhone ou de la Apple Watch... mais c'est produits se sont relativement bien vendu!

Sneyek

31 janvier 2024 à 19:00

Le principal soucis sur cette V1 pour moi c'est la limitation a un seul ecran pour le mirror du mac. Et j'ai l'impression que le mac doit etre ouvert obligatoirement..
Pouvoir afficher jusqu'a 3 ecrans aurait ete quand meme bien plus pertinent pour un outil de "productivite".

Sethenès

31 janvier 2024 à 21:50

Au mois de novembre dernier, j'étais à l'étranger et j'ai eu l'occasion de discuter avec un dev actif dans le milieu du developpement d'applis pour les casques Quests.

Alors qu'on n'avait même pas évoqué le thème PC/Mac ou Apple, ma première question a été de lui demandé s'il était enthousiaste à propos du casque d'Apple. Sa réaction a été très tranchée : "Cela ne nous intéresse pas car nous préférons développer pour un casque qui se vend par centaine de milliers.".

Par la suite, il a un peu nuancer en disant qu'ils mettront la main dessus dès qu'ils le pourront (achat via société, récupération TVA, etc). Par la suite, j'ai compris que pour une structure de 5 personnes, ils ont peut-être vu juste et qu'il vaut mieux développer de petits applis, peu chères, vite achetées et que pour ce type d'entreprise, le casque d'Apple à 3500$ est "a priori" casse-gueule.

Et je crois que c'est ça qui m'interroge. Qu'Apple soit présent sur le segment "premium" est logique, mais n'y a-t-il pas un risque à délaisser totalement le segment "entousiaste", celui des "early-adopters" en ne proposant pas un second produit mieux placer au niveau du tarif ?

Sneyek

1er février 2024 à 07:02

Les enthusiast sont généralement pas tant concernés par le prix justement.

Nexx

1er février 2024 à 07:30

@Sneyek Cela conserve le meme format d’affichage ? On ne peut pas adopter une taille de fenêtre qui nous agréera pour avoir en un écran unique l’équivalent de plusieurs écrans ?

Sethenès

1er février 2024 à 10:26

@Sneyek : tu l'as bien écrit : "pas tant concernés". Je suis habituellement un enthousiaste et un early adopters mais à 3500$ sans options ... il faut le vouloir. Surtout dans ce cas-ci, où un concurrent existe qui coûte 7x moins cher et où les premiers retours ne sont pas dithyrambique.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription