Vers des mises à jour plus espacées pour les Macs ?


Vous l'aurez certainement constaté si vous suivez l'actualité du Mac de près ou de loin ces dernières années : Apple a de plus en plus tendance à prendre son temps entre deux mises à jour. Cette année, plusieurs annonces ont mis cette nouvelle habitude en exergue : le renouvellement du Mac mini quatre ans après le précédent modèle, l'arrivée d'un tout nouveau MacBook Air à peine renouvelé depuis 2015, et la confirmation par Apple qu'un nouveau Mac Pro fera son apparition en 2019, après plus de cinq ans d'attente. Alors que le MacBook et l'iMac n'ont pas reçu de révision depuis l'année dernière, seul le MacBook Pro semble encore suivre un rythme plus ou moins annuel même si tous les modèles n'ont pas été mis à jour en 2018.

À l'occasion de l'événement d'Apple du 30 octobre, John Gruber a pu demander à des employés d'Apple pourquoi ils avaient attendu aussi longtemps pour renouveler le MacBook Air et le Mac mini. « On m'a dit qu'Apple voulait se concentrer sur des "mises à jour importantes". Le temps des "speed bumps" est largement révolu. Cela n'a pas assez de valeur. », affirme le célèbre blogueur. Les petites mises à jour régulières n'apportant parfois qu'un processeur plus récent et une légère réorganisation tarifaire éventuelle, ce serait donc fini. Les évolutions majeures demandant plus de temps, les mises à jour seraient ainsi amenées à s'espacer, comme nous avons pu le constater sur plusieurs gammes ces derniers temps.


Mac 2018

John Gruber n'a pas précisé quel était le niveau de responsabilité des employés en question ; il convient donc de prendre un maximum de recul et envisager qu'il ne s'agisse que d'une libre interprétation de la situation actuelle, qui pourrait n'être que conjoncturelle suite aux récentes difficultés d'Intel. Comme nous l'avons vu récemment, Apple aurait en effet annulé le lancement de certaines de ses nouveautés du côté des ordinateurs portables, et il est difficile de ne pas faire de lien avec les pénuries rencontrées par Intel qui affectent l'ensemble de l'industrie. La gamme d'Apple étant devenue trop complexe, notamment du côté des portables, nous espérons vivement que la firme de Cupertino remettra certaines choses à plat l'année prochaine...

Des liens n'apparaissent pas ? Des images sont manquantes ? Votre bloqueur de pub vous joue des tours.
Pour visualiser tout notre contenu, merci de désactiver votre bloqueur de pub !

Retrouvez les produits d'Apple sur notre comparateur de prix.

PARTAGER SUR :

Sur le même sujet

Vos réactions (19)

bunios

9 novembre 2018 à 19:50

Un peu des 2 sont effectivement fautifs. Si Intel est dans l'impasse depuis ces 2-3 dernières années. Après il me semble qu'un des dirigeants avaient clairement fait entendre que les mises à jour à minima ou speed dump n'apportaient rien à Apple (au chiffre d'affaire de ventes....!!!).

Dommage en tout cas.

A+

fabien77880

9 novembre 2018 à 20:34

Une manière plus simple de dire : « je me concentre sur mes processeurs Apple »
... et les prochaines mises à jour seront avec les puces Apple Xmac

LolYangccool

10 novembre 2018 à 06:29

Moi je pense surtout qu'Apple ne sait pas trop ou aller et que c'est un peu le bazar dans l'organisation et les sorties de produits.
Pour preuve la gamme actuelle des Mac, complètement bordélique selon mon point de vue, et ça s'arrange pas. :/

pehache

10 novembre 2018 à 10:02

Je pense surtout que le Mac n'est plus du tout une priorité chez Apple. Ils continuent à exploiter le créneau tant qu'il gagne de l'argent, mais en n'y consacrant plus les effort passés.

jebster

10 novembre 2018 à 11:26

D'accord avec Pehache, ce n'est pas là qu'ils gagnent de l'argent, et même côté image, ces bécanes n'ont plus l'avance d'autrefois sur la concurrence. Pour ma part je ne serais pas étonné à l'avenir de revenir vers le monde du PC par la force des choses, pour ne pas à un instant T chez Apple, devoir me contenter d'un appareil sous-dimensionné par rapport au reste du marché, ou surpayer un appareil à jour mais qui n'a plus l'avance d'autre fois en design, qualité, etc...

Nic0

10 novembre 2018 à 12:18

Perso j'adore macOS, je suis sur Mac depuis l'iBook G4. Mais j'avoue que la si mon 13" de 2014 me lâchait, je serai bien embêté pour le renouvellement, vu les tarifs

bunios

10 novembre 2018 à 15:55

@ fabien77880

Oui avec les ARM. Je pense qu'actuellement ce n'est que de l'optimisation du dessin des processeurs ARM qu'Apple améliore nettement. D'ailleurs ils sont très fort. Tout indique qu'effectivement les Macs seront bientôt avec des processeurs ARM en 2020 et 2021. L'avenir nous dira si ce sera le cas.

Là où j'ai un doute c'est que l'on annonce la gravure en 5 nanomètres pour cette même date (voir news ici. ça commence a devenir très petit. Où est la limite physique que l'on voit par contre chez Intel. Je m'interroge tout de même. Il va falloir que tous les logiciels Pro soient convertis à cette nouvelle architecture. Photoshop sera le premier.

On verra bien.

@pehache et Jebster

ça n'a jamais été leur priorité depuis l'apparition de l'iPhone du Mac en générale. C'est juste une bascule Pc-Mac en tête de gondole l'iPhone. Maintenant l'iPhone ne progresse que très peu. Pour moi ils n'ont pas réussi à trouver (la conduite autonome) ou imposer (comme c'est le cas de l'AppleWatch) pour un relais de croissance à l'iPhone. Puisque la bataille est perdu vis à vis des chinois (huawei et compagnie).


A+

VanZoo

10 novembre 2018 à 19:09

Je ne crois pas qu’Apple délaisse le Mac. Les Pro oui. Sinon il y a juste une gestion des priorités.

bunios

10 novembre 2018 à 20:31

@VanZoo,

Le Mac est plus un "hobby" qu'une priorité.


A+

Sethenès

10 novembre 2018 à 23:58

Je crois que la meilleure manière de voir la politique d'Apple, c'est de remarquer qu'ils font tout pour éviter "l'effet de mode".

J'entends par la, un produit que tout le monde possède. Si évidemment, c'est intéressant "un temps", ça devient vite "ennuyeux" puisque tout le monde en a un. Et par la suite, les ventes chutes et on passe à autre chose.

Je pense que ça date de S. Jobs, cette vision. Alors évidemment, quand le Mac, ce n'était que quelques pourcents du marché, ce n'était pas difficile. Il suffisait de faire des belles machines avec de réels innovations et de mettre un prix en regard de celui des composants.

Le prix servant à la fois de frein, d'appel et de justification. Frein pour ceux n'ayant pas les moyens, appel via l'envie que cela suscitait chez ceux qui n'avaient pas les moyens et justification auprès de ceux qui avaient acheté et se convainquaient d'avoir un produit d'exception. Je citerai deux exemples, que même le président des USA utilise : Audi et Mercedes. C'est exactement ce que je décris.

Il y a aussi un dessous plus sombre à cette histoire, c'est que les anciens qui avaient les moyens et qui ne les ont plus (perte d'un travail, une famille qui se fonde, ...) doivent malgré tout être remplacé, mais ils le sont par des nouveaux clients qui eux ont acquis de plus gros moyens. Il y avait donc une sorte d'équilibre entre anciens acheteurs (changement de situation, déçu pour une raison ou une autre) et les nouveaux acheteurs, toujours plus nombreux.

Oui mais l'iPhone a changé la donne car soudain, le produit a eu un tel succès qu'il n'a pas été possible de véritablement freiner l'acquisition. Malgré tout, Apple fidèle à cette idée directrice a freiné les choses en augmentant très régulièrement le prix de ses produits.

Mais cette explosion a eu deux conséquences, c'est que le réservoir de ceux qui avaient envie du produit s'est vidé, ne fut-ce que parce qu'ils ont été déraisonnables et ont acheté au dessus de leurs moyens (ou de la valeur qu'ils considéraient normales pour un bien).

Par contre, ce qui a grossi, c'est le nombre d'anciens acheteurs. C'est purement mécanique puisque le nombre d'acheteurs a explosé.

Donc, pour la première fois, il y a plus de clients qui quittent Apple que de clients qui rejoignent Apple et Apple ne peut rien faire, c'est mécanique. S'ils baissent leurs prix pour augmenter les parts de marchés, ils vont avoir l'effet de mode et ça, ils ne le veulent pas. Mais ... mais ... augmenter les prix, c'est bien, mais il faudrait aussi des vraies nouveautés. Objectivement, à part des améliorations, qu'est-ce qu'un iPhone de cette année fait de plus que celui d'il y a 3 ans ?

Apple est donc face peut être pas à un mur comme Intel, mais en tout cas, le ciel s'assombrit et ils cherchent de nouveaux débouchés.

Malheureusement, ils ont tellement eu l'habitude de perdre des déçus, aussitôt remplacés par des nouveaux clients (et même en plus grand nombre), qu'il n'est pas dans leur ADN de réfléchir au pourquoi ces clients perdus d'abord,et surtout d'essayer de les récupérer ensuite.

Et c'est pour ça qu'ils n'accordent qu'une si piètre considération aux utilisateurs Macs des premières heures.

Mais plus dure pourrait être la chute.

jebster

11 novembre 2018 à 10:44

Très bonne analyse Sethenès. Je pense aussi que les anciens clients ont un affect et des attentes bien supérieures vis-à-vis de la marque, ce qui ne fait qu'accentuer leur (notre) déception. C'est en effet risqué comme politique.

Pour le moment ça tient, parce que si on regarde la concurrence, un portable équivalent en qualité à un Macbook Pro, comme le MS Surface Book 2, vaut à peu près le même prix.

Mais voilà, maintenant, on regarde sans vergogne la concurrence, alors que ça ne me serait pas venu à l'idée avant tant la supériorité des Mac (pour mes besoins) était évidente.

The Hoff

11 novembre 2018 à 15:22

@ Jebster: ce n'est pas si risqué, puisqu'Apple gagne très peu d'argent avec les Mac (comparé au reste de leurs produits et services). Concrètement, s'ils décidaient demain d'arrêter complètement les Mac, ça ne changerait rien à leurs performances financières. Le temps où ils jouaient leur avenir sur un nouvel ordinateur est définitivement révolu.

Sethenès

11 novembre 2018 à 15:55

@The Hoff : pas de Macs, pas d'applis iPhone / iPad qui ont besoin de Xcode pour se programmer et s'uploader sur le store.

Nic0

11 novembre 2018 à 18:06

@Sethenès : Apple sort Xcode sur Windows et Linux, problème réglé

Baradal

12 novembre 2018 à 07:02

Apple sort Xcode sur iPad

Bien qu’elle ne rapporte plus autant en proportion qu’avant, tant que la division Mac rapporte elle restera au catalogue. Donc si, ça changerai leur performances financières.

Je pense aussi que la fréquence de renouvellement des Mac est plus élevées que celles des iPhone.

Et je le sous estimerait pas le duo Mac-iPhone. Demain Apple arrête le Mac je pense très sérieusement que le switch back sur Windows ou Linux me ferait changer de smartphone également pour un Androïd. Ce que j’aime dans l’iPhone c’est ça symbiose avec le Mac. Sans ça il perdrait énormément en intérêt.

pehache

12 novembre 2018 à 08:24

@Baradal : là aussi rien n'empêcherait Apple de développer la symbiose Windows-iOS.

Baradal

12 novembre 2018 à 13:00

Absoluement mais bizarrement j’y crois moyennement.

pehache

12 novembre 2018 à 14:31

Moi non plus je n'y crois pas, du moins à court terme. Ce que je veux dire c'est qu'il n'y aurait aucun obstacle "technique" s'ils voulaient le faire.

Baradal

12 novembre 2018 à 17:52

Oui tout comme porter macOS sur PC. Même à 200€ la licence avec un OS revus tous les 3 ans je prends.
Tous les ans c’est du grand n’importe quoi.

Réagir
Vous devez être connecté à notre forum pour pouvoir poster un commentaire.

Plus loin Connexion
Plus loin Inscription